Nos extraits de C dans l'air d'hier sur France 5

Revenir en haut
C dans l'air sur France 5
#cdanslair
Du lundi au vendredi à 17h45 et 22h25
C dans l'air est une émission télévisée française de débat consacrée à l'actualité. Ce programme est diffusé du lundi au vendredi, à 17 h 45 et en direct sur France 5 (anciennement La Cinquième jusqu'en 2002) depuis le 17 septembre 2001. Produit par Jérôme Bellay, il est présenté par Yves Calvi, remplacé parfois par Thierry Guerrier (joker de 2006 à 2010), Axel de Tarlé (joker depuis 2008) ou Laurent Bazin (joker depuis 2011).

LES PRESENTATEURS & PRESENTATRICES

Caroline Roux

Bruce Toussaint

LES PERSONNALITES DONT ON PARLE LE PLUS SOUVENT

Sophie Coignard

19 fois

Yves Thréard

18 fois

Nicolas Hulot

4 fois

François Hollande

4 fois

Bruno Retailleau

3 fois

LES EXTRAITS DES EMISSIONS

C DANS L'AIR D'HIER

Ce qu'on a dit sur Sophie Coignard

Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier
...un coup d'accélérateur sous Jospin et après, avec N.Sarkozy. N.Sarkozy, grand partisan de cet aéroport... La crise financière a pas mal rebattu les cartes. La grande part de responsabilité, c'est quand même F.Hollande, qui a laissé traîner les choses. Il n'a même pas appliqué le résultat de la consultation populaire. -

S.Coignard

: Les aéroports globalement très rentables Ily a des déconvenues dans la privatisation, mais quand on regarde les projections sur la privatisation de l'aéroport de Paris, on voit qu'il y a des convoitises. - S.Fay: 500 millions d'euros par an, le bénéfice d'Aéroports de Paris. - Y.Thréard: On peut tout imagi...
Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier
...ussi sur les débats à venir. La question de la rétrocession des terres aux agriculteurs est posée. J'ai le sentiment que les choses vont s'apaiser. Ily a aussi cette idée de ne pas évacuer la ZAD par la force. On respecte la trêve hivernale. Les choses vont se déliter. Le ciment va se dissoudre. - C.Roux: Vous êtes optimiste. -

S.Coignard

: Difficile de faire un pronostic. - C.Roux: D'autres sujets sont sur la table. Le patron de Vinci est au ministère de l'Economie. -

S.Coignard

: L'aspect économique est un volet important, mais sur ce sujet, les opposants à cet arrêt de Notre-Dame-des-Landes ne se feront pas entendre. Vinci va s'arranger avec l...
Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier
...- C.Roux: On parle de l'addition - Y.Thréard: Je tiens des précisions de B.Retailleau lui-même. Il est pourtant hostile à la décision du gouvernement. par les collectivités locales. Il a été convenu que l'Etat les prenne en charge. -

S.Coignard

: Les contribuables paieront d'une manière ou d'une autre. - C.Roux: Ils peuvent s'arranger entre eux, mais si c'est le contribuable qui paie à la fin! - S.Fay: Ily avait 430 millions d'infrastructures pour arriver jusqu'à Notre-Dame-des-Landes. Si on aménage Nantes, on n'a pas besoin de faire les mêmes travaux. Il...

Ce qu'on a dit sur Yves Thréard

Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier
...Son patron a été reçu à Bercy par B.Le Maire. Le ministre a l'intention de faire baisser la note.

Y.Thréard

, bonsoir. Vous êtes éditorialiste et directeur adjoint de la rédaction du Figaro. Vous vous intéressez aux conséquences de cette décision. A.Gossement est avocat spécialiste en droit de l'environnement. S.Fay, vous êtes journaliste et cheffe du service économique Bonsoir, S.Coignard. Vous êtes journaliste au Point. Poli...
Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier
...-

Y.Thréard

: Non! - C.Roux: On va beaucoup insister sur l'aspect économique. L'aéroport actuel devra être réaménagé. On est au début d'un nouveau bras de fer? - A.Gossement: Je ne pense pas. Je suis peut-être na' l'f... Les Français en savent plus qu'on ne le pense. Cette décision a été longuement amenée. Ily a eu une phase...
Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier
...- C.Roux: On parle de l'addition -

Y.Thréard

: Je tiens des précisions de B.Retailleau lui-même. Il est pourtant hostile à la décision du gouvernement. par les collectivités locales. Il a été convenu que l'Etat les prenne en charge. - S.Coignard: Les contribuables paieront d'une manière ou d'une autre. - C.Roux: Ils peuvent s'arranger entre eux, mais si c'est...

Ce qu'on a dit sur François Hollande

François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier
...tres. Le dossier était éteint à plusieurs reprises. C'est à la une de l'actualité depuis 15 ans. Pour beaucoup de Français, c'était le symbole d'une espèce d'incurie de l'Etat de faire respecter une autorité, de savoir prendre une décision et d'avoir du courage. Ce dossier a été réactivé en 2008. C'était encore plus vrai du temps de

F.Hollande

. En plus, le 1er Premier ministre de

F.Hollande

, J.-M.Ayrault, était un élu du coin. Ça a facilité l'arrivée de toute une population, qui se disait hostile sans être vraiment concernée. Ça a été une cause politique. Les Français en avaient marre. C'était synonyme de désordre et d'un Etat faible. A travers cett...
François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier
...ily avait 9 milliards d'euros de manque à gagner qui ne serontjamais perdus. Il y a une exception française terrible. Pendant qu'on reculait sans arrêt, d'une manière insensée... D'abord, on a fait -3O % pour la Bretagne, puis pour l'Aquitaine... Pratiquement tous nos voisins étaient en train de la mettre en place.

F.Hollande

a annoncé l'abandon de l'écotaxe depuis un pays balte qui l'avait mise en place depuis fort longtemps. - C.Roux: 1 milliard d'euros. - Y.Thréard: C'était encore le Grand Ouest. - C.Roux: Les regards se tournent vers l'actuel aéroport de Nantes. Le Premier ministre affirme qu'il sera agrandi pour compenser l...
François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier
...Gaulle. La plupart des ministres d'aujourd'hui n'étaient pas nés. Ça a été relancé au moment de Giscard. Ily a eu un coup d'accélérateur sous Jospin et après, avec N.Sarkozy. N.Sarkozy, grand partisan de cet aéroport... La crise financière a pas mal rebattu les cartes. La grande part de responsabilité, c'est quand même

F.Hollande

, qui a laissé traîner les choses. Il n'a même pas appliqué le résultat de la consultation populaire. - S.Coignard: Les aéroports globalement très rentables Ily a des déconvenues dans la privatisation, mais quand on regarde les projections sur la privatisation de l'aéroport de Paris, on voit qu'il y a...

Ce qu'on a dit sur Nicolas Hulot

Nicolas Hulot C dans l'air d'hier Nicolas Hulot C dans l'air d'hier Nicolas Hulot C dans l'air d'hier
...on des usages, comme on l'a fait sur le Larzac. L'expérience est réussie. On ne part pas de rien. On peut essayer de voir ce qui est transposable ici en termes de gestion d'usage. - La décision d'abandonner le projet d'aéroport, certains l'attendaient depuis 50 ans. C'est un succès politique majeur, mais sans triomphalisme pour

N.Hulot

, opposant notoire au projet. Il assure ne pas avoir fait pression sur le Premier ministre. -

N.Hulot

: C'est un fantasme. Imaginez si j'avais fait peser cette menace de démission pour arracher une décision! Quelle situation de fragilité! Pas une seconde, dans les heures que nous avons passées sur ce dossier, je n'...
Nicolas Hulot C dans l'air d'hier Nicolas Hulot C dans l'air d'hier Nicolas Hulot C dans l'air d'hier
...0. - C.Roux: On passe à vos questions. Question. - Y.Thréard: Non. La méthode du gouvernement est importante. Elle est saluée par les gens sondés. On a toujours l'impression que l'Etat peut être brutal. Là, on fait mine de faire une concertation. Tout a été calculé au millimètre, y compris dans la communication de

N.Hulot

. Il n'a pas été question d'évacuation, hier. On souhaite le départ des zadistes après la trêve hivernale, d'ici au printemps. On va voir. S'ils ne partent pas, qu'est-ce qui se passe? Certains seront éligibles à prendre des terres, selon le Premier ministre. Après, on va voir Il peut y avoir des problème...

Ce qu'on a dit sur Bruno Retailleau

Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier
...- C.Roux: On parle de l'addition - Y.Thréard: Je tiens des précisions de

B.Retailleau

lui-même. Il est pourtant hostile à la décision du gouvernement. par les collectivités locales. Il a été convenu que l'Etat les prenne en charge. - S.Coignard: Les contribuables paieront d'une manière ou d'une autre. - C.Roux: Ils peuvent s'arranger entre eux, mais si c'est le contribuable qui paie à la fin!...
Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier
...es marchés publics. Vinci exploite aussi l'aéroport de Nantes Atlantique. Cet aéroport doit faire l'objet d'aménagements. On parle de 450 millions d'euros, voire plus. Les chiffres n'ont aucune valeur. En matière de travaux, c'est toujours plus cher que ce qu'on a dit. L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes était estimé...

B.Retailleau

dit que c'était 520 millions d'euros. Si on prend les chiffres des experts, c'est 720 millions d'euros. On s'en serait tiré pour 1 milliard d'euros. Il aurait fallu employer la force contre les zadistes. De toute manière, ce ne sontjamais les chiffres annoncés. Je vous défie de me donner un ouvrage public...
Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier
...- Y.Thréard: J'en ai notamment parlé à

B.Retailleau

. Pour eux, ce n'est pas une affaire financière. Le débat n'est pas sur ce terrain. Les 3 dizaines de millions, d'après lui, c'est une avance qui avait été faite par les collectivités territoriales et que l'Etat devait prendre en charge ensuite. Le débat est ailleurs, sur 2 sujets. Ça ne vous a pas échappé...