Nos extraits de C dans l'air sur France 5

Revenir en haut
C dans l'air sur France 5
#cdanslair
Du lundi au vendredi à 17h45 et 22h25
C dans l'air est une émission télévisée française de débat consacrée à l'actualité. Ce programme est diffusé du lundi au vendredi, à 17 h 45 et en direct sur France 5 (anciennement La Cinquième jusqu'en 2002) depuis le 17 septembre 2001. Produit par Jérôme Bellay, il est présenté par Yves Calvi, remplacé parfois par Thierry Guerrier (joker de 2006 à 2010), Axel de Tarlé (joker depuis 2008) ou Laurent Bazin (joker depuis 2011).

LES PRESENTATEURS & PRESENTATRICES

Caroline Roux

Axel de Tarlé

LES PERSONNALITES DONT ON PARLE LE PLUS SOUVENT

Emmanuel Macron

76 fois

Gérard Collomb

35 fois

Alexandre Benalla

29 fois

Christophe Barbier

27 fois

Christophe Castaner

21 fois

Theresa May

21 fois

Jean Garrigues

20 fois

Jean-Dominique Merchet

19 fois

Yves Thréard

18 fois

Raphaëlle Bacqué

17 fois

Raymond Soubie

16 fois

Brice Teinturier

14 fois

Jérôme Fourquet

14 fois

Gérald Kierzek

14 fois

Philippe Dessertine

12 fois

Benjamin Griveaux

9 fois

Nicolas Hulot

9 fois

Nicolas Sarkozy

6 fois

Donald Trump

4 fois

Michel Barnier

3 fois

Valérie Pécresse

2 fois

LES EXTRAITS DES EMISSIONS

C DANS L'AIR D'HIER

Ce qu'on a dit sur Gérald Kierzek

...-

G. Kierzek

: Il est en train de disparaître. Il y a eu un tournant psychologique. Le médecin dévoué corps et âme 24h/24, on né peut plus l'appeler la nuit par exemple. C'est un raccourci de dire qu'il n'y a plus de médecin et que les gens vont aux urgences... Une partie vont aux urgences, et heureusement! Le vrai problème dans notre système de santé, c'est le manque de coordination. - A. de Tarlé : Et que fait l'autre partie qui ne va pas aux urgences? -

G. Kierzek

: Elle ne va plus chez le médecin, et on voit un retard à l'accès aux soins. Donc ça traîne, ça s'aggrave, ça se complique, et ça termine aux urgences, avec un appel au SAMU. C'est pour ça que ce plan santé, on l'appelait de nos voeux!...
...-

G. Kierzek

: Ily a la tarification à l'activité pour les hôpitaux et la tarification à l'acte pour les médecins libéraux. Quant au pourcentage d'opérations superflues, c'est très variable... On n'a pas vraiment d'étude fiable, notamment sur les actes chirurgicaux. Et vous avez tout de même la sécu et les ARS qui vont venir regarder s'ily a des déviances... - A. de Tarlé : Avec de vraies sanctions à la clé? -

G. Kierzek

: Oui, bien sûr. La notion de pertinence est capitale. Il y va de la confiance entre les médecins et les patients. - A. de Tarlé : Autre proposition, la volonté de permettre aux patients de noter leur médecin... Vous trouvez cela honteux? De même qu'on note un restaurant, un hôtel... - C....
...-

G. Kierzek

: En province ou à Paris, d'ailleurs. Dans le plan, on propose 400 généralistes salariés, ce n'est pas beaucoup mais ilva falloir les trouver. Il faudrait arriver au dossier médical sur la Carte vitale. Cela permettra d'avoir un suivi quand vous déménagez. - A. de Tarlé : Autre question... - C. Rambaud : Actuellem...

C DANS L'AIR DU 21 SEPTEMBRE

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Macron

...iscal de F.Hollande quand il était arrivé au pouvoir. Il avait fait des mesures de fiscalité du côté des classes moyennes un peu supérieures. Beaucoup de ses conseillers lui disaient de faire attention. Là, ily a un ras-le-bol des retraités, mais ça tombe mal, car il y a des élections bientôt. Les retraités ont massivement voté pour

E.Macron

. Même quand ils ne votent pas pour

E.Macron

, ils se déplacent du côté des urnes. En voyant ce calendrier,

E.Macron

a dû dire... Est-ce que la séquence des droits de succession a été mise en scène pour surligner cette volonté de dire stop? Peut-être. Dans ce cas, c'est de la tactique. Ily a une volonté...
...seuil les aurait fortement - Un réajustement dans certaines situations. Un retraité qui touche 12 000 euros par an est exonéré de la hausse Même chose pour sa femme, avec 11 000 euros par an. En tant que couple, ils n'y échappent pas. C'est ça que l'exécutif veut corriger. Désormais, le foyer sera lui aussi Une marche arrière alors

qu'E.Macron

a longtemps justifié cette mesure. - Vous nous avez pompés. -

E.Macron

: Ce n'est pas vrai. Je vais vous expliquer... Vous avez travaillé toute votre vie - Pour avoir une retraite. -

E.Macron

: Non. C'est pour payer la retraite de vos aînés. On a baissé de 3 points toutes les cotisations salariales. To...
...eu le sentiment que ça ferait une coupe très lourde. Les retraités ont l'impression que c'est eux qu'on touche avec les successions. Comme c'est surtout eux qui regardent la télévision, avec la redevance... On ne sait pas si cette histoire de succession a été lancée délibérément par C.Castanér avec l'aval dé l'Elyséé. Dimanche soir,

E.Macron

a dit cette phrase. Dès le lendemain matin, les conseillers de l'Elysée nous l'ont dite. - A.de Tarlé: "On a demandé beaucoup d'efforts aux retraités. Maintenant, il faut arrêter de les emmerder." N'est-ce pas un recul, un revirement? - F.Guinochet: C'est une correction.

E.Macron

est spécialiste. Il po...

Ce qu'on a dit sur Raymond Soubie

...Ils avaient massivement voté pour le chef de l'Etat lors de l'élection présidentielle. Aujourd'hui, ils se sentent trahis. Pour répondre à vos questions, on accueille

R.Soubie

, expert en gestion des politiques sociales. Vous avez été conseiller social à l'Elysée auprès de N.Sarkozy entre 2007 et 2010. C.Cornudet, vous êtes journaliste aux Echos. F.Guinochet, vous êtes journaliste à L'opinion, spécialiste des questions économiques et sociales. Vous êtes tous les matins sur franceinfo....
...la grande majorité d'entre eux, notamment la hausse de la CSG de 1,7 point. Ça a été appliqué à 7,5 millions de retraités. Ils n'ont pas été contents du tout. On leur a dit que la taxe d'habitation, on allait la leur supprimer. Ils se sont aperçus qu'on la supprimerait à d'autres. - A.de Tarlé: On ne l'a supprimée que d'un tiers. -

R.Soubie

: Oui. Une 1re mesure a consisté à sortir 100 000 retraités. Ce n'est pas beaucoup. Une 2e mesure sociale a été annoncée hier. Elle consiste à sortir pas beaucoup plus, 300 000. - A.de Tarlé: Sur 7,5 millions. -

R.Soubie

: Vous faites vous-même la soustraction. Il reste 7 millions. - A.de Tarlé: Cette phrase,...
...- A.de Tarlé: Les femmes françaises ont 27 ans de retraite, record mondial. Les hommes ont 23 ans, c'est 4 ans et demi de plus que la moyenne de l'OCDE. -

R.Soubie

: C'est aussi lié à l'âge de la retraite, - A.de Tarlé: On en vient à vos questions. C'est l'impression que ça vous donne? -

R.Soubie

: On respectait les anciens, dans l'Antiquité. Ily a un livre extraordinaire d'un historien, P.Ariès. C'est "L'Homme devant la mort". Il explique que dans les temps anci...

Ce qu'on a dit sur Jérôme Fourquet

...cueille R.Soubie, expert en gestion des politiques sociales. Vous avez été conseiller social à l'Elysée auprès de N.Sarkozy entre 2007 et 2010. C.Cornudet, vous êtes journaliste aux Echos. F.Guinochet, vous êtes journaliste à L'opinion, spécialiste des questions économiques et sociales. Vous êtes tous les matins sur franceinfo.

J.Fourquet

, vous êtes directeur du département opinion de l'institut de sondage IFOP. Ily a une chute brutale de la cote de popularité d'E.Macron chez les retraités. Je vais revenir sur cette phrase présidentielle. R.Soubie, quand vous avez entendu cette phrase, ça vous a rappelé Pompidou? - R.Soubie: Oui. Pompidou avait dit ça....
...Peut-être. Dans ce cas, c'est de la tactique. Ily a une volonté de corriger le tir. - A.de Tarlé: Vous constatez que le mal est fait,

J.Fourquet

? -

J.Fourquet

: Ily a eu d'autres annonces, comme la désindexation Les pensions de retraite augmentent moins vite que l'inflation, mais c'est pour tout le monde. On a parlé de modifier les pensions de réversion. Ce sont les veuves qui les touchent quand le conjoint est décédé. Pour la question de l'héritage, c'...
...-

J.Fourquet

: C'est très prégnant à droite, mais quand on regarde dans nos enquêtes, 80 % des Français estiment qu'on est trop taxés. Là, ça va bien au-delà. Dans l'imaginaire collectif, c'est l'idée de la maison ou de l'appartement des parents et l'Etat qui vient prendre sa dîme à un moment tragique. C'est très impopul...

Ce qu'on a dit sur Christophe Castaner

...plus, 300 000. - A.de Tarlé: Sur 7,5 millions. - R.Soubie: Vous faites vous-même la soustraction. Il reste 7 millions. - A.de Tarlé: Cette phrase, dans quel contexte a-t-elle été prononcée et pourquoi a-t-elle - C.Cornudet: Elle a fuité dé façon délibérée. Les conseillers ont dit aux journalistes... On avait eu tout un week-end avec

C.Castaner

qui disait qu'on allait peut-être toucher aux droits de succession. F.Nyssen disait qu'on allait toucher à la redevance. Ce n'était pas spécifiquement pour les retraités, mais d'un coup, ily a eu le sentiment que ça ferait une coupe très lourde. Les retraités ont l'impression que c'est eux qu'on touche avec les success...
...- Ces retraités se sont inquiétés d'une idée lancée ily a une semaine par

C.Castaner

. Il a fait sa conférence de rentrée et s'est emparé d'un sujet qui touche particulièrement les seniors: l'héritage. -

C.Castaner

: Ça n'a pas vraiment suivi l'évolution de la société et des nouvelles formes familiales. Il nous semble essentiel d'ouvrir une réflexion sans tabou, en vue de réfléchir en prof...
...n cherche toujours la plus grande masse de gens à ponctionner. - A.de Tarlé: 17 millions. - C.Cornudet: Facialement, c'est moins énorme. - A.de Tarlé: Transmettre son patrimoine elle l'une des principales préoccupations des retraités. La France est l'un des pays au monde où les successions sont le plus taxées. Pourtant,

C.Castaner

a souhaité ouvrir un débat sur la taxation accrue des héritages. E.Macron a immédiatement sifflé la fin de la partie, y voyant une réforme trop risquée. - On s'étire vers le plafond. - Comme chaque semaine, ces retraités sont venus ici pour se dépenser. Depuis quelques mois, ce ne sont pas que les abdos ou...

Ce qu'on a dit sur Nicolas Sarkozy

...Ils avaient massivement voté pour le chef de l'Etat lors de l'élection présidentielle. Aujourd'hui, ils se sentent trahis. Pour répondre à vos questions, on accueille R.Soubie, expert en gestion des politiques sociales. Vous avez été conseiller social à l'Elysée auprès de

N.Sarkozy

entre 2007 et 2010. C.Cornudet, vous êtes journaliste aux Echos. F.Guinochet, vous êtes journaliste à L'opinion, spécialiste des questions économiques et sociales. Vous êtes tous les matins sur franceinfo. J.Fourquet, vous êtes directeur du département opinion de l'institut de sondage IFOP. Ily a une chute brutale...
...ns sont plus basses que les salaires d'activité. Le différentiel qui fait passer devant les retraités, c'est essentiellement les revenus venant des dividendes. C'est leur épargne, l'épargne de tout une vie. Les revenus qu'ils reçoivent en plus de leur pension de retraite, c'est le résultat - A.de Tarlé: Quand vous conseilliez

N.Sarkozy

, vous étiez conscient du fait qu'il voulait ménager les retraités? Ce sont des gens qui ne sont pas organisés. Ils ne sont pas bruyants dans la rue. Quels étaient les rapports? - R.Soubie: Si on prend les réformes des retraites... Pour faire une réforme des retraites, ily a 2 manières. La 1re, c'est d'augmen...
...sans la résidence principale. Elle fait l'objet d'un abattement très important. Compte tenu du prix du logement en France, notamment en province, la plupart des successions ne donnent pas lieu à des héritages. Mais dans l'imaginaire collectif, ça reste très ancré. On a travaillé toute sa vie et on a droit à la retraite.

N.Sarkozy

disait: "Le fruit d'une vie de labeur, ce serait totalement injuste si on ne pouvait pas le transmettre en intégralité à ses enfants." Cette idée est profondément ancrée dans l'opinion publique. Il aurait pu y avoir, au moment de la suppression de l'ISF, un discours en disant que pour ce public très spécifique, 30...

C DANS L'AIR DU 20 SEPTEMBRE

Ce qu'on a dit sur Theresa May

...suit entre les 27 et T.May. La Première ministre estime que son plan est à prendre ou à laisser. Le président Macron l'a renvoyée gentiment dans ses cordes, évoquant des propositions inacceptables. Les Européens sont prêts à rallonger les délais de négociation pour éviter une sortie sans accord. Le pays s'impatiente et les adversaires de

T.May

s'en donnent à coeurjoie. - Le Brexit, un psychodrame qui s'affiche en une des quotidiens. Depuis plusieurs jours, les journaux font leurs gros titres sur les divisions au sein des conservateurs, qui se déchirent sur les termes d'un accord. Le plan de

T.May

pour l'Irlande est une catastrophe, selon BJohnson. <...
...- PJoannin:

T.May

est inflexible. mais elle ne veut pas le "back stop". - P.Turle:

T.May

doit aussi négocier avec le parti d'Irlande du Nord, qui est pour partir de l'UE et qui soutient le gouvernement de

T.May

. Si ces personnes claquent la porte, le gouvernement va tomber. Elle doit négocier avec eux. Pour la souveraineté de la Grande-Bretagne, elle ne peut pas imaginer qu'on mette une frontière dans la mer irlandaise entre l'Irlande du Nord et le reste du Royaume-Uni. C'est soit la totalité qui reste, soit la totalité qui sort. C'est un casse-tête. Ily a peut-être une peur contre les postes de douane, mais pour tous les gens qui traversent tous les jours la frontière entre la République irlandaise et l'Irlande du Nord, comment va-t-on instaurer ces contrôles?...
...ure brutale. Ily a même l'hypothèse d'un nouveau référendum. Avec nous pour en parler, P.Dessertine, qui dirige l'Institut de haute finance. P.Turle, vous êtes journaliste britannique à RFI. PJoannin, vous êtes directrice de la Fondation Robert-Schuman. C.Mathieu, vous êtes économiste Bonsoir et merci de participer à cette émission.

T.May

fermement renvoyée dans les cordes. Elle est arrivée avec un plan. Les 27 lui ont dit qu'il fallait plancher de nouveau, que c'était inacceptable en l'état, selon E.Macron. On n'y arrive pas. - P.Dessertine:

T.May

a un double problème: elle a des interlocuteurs européens et elle a cette si courte majorité. Quand el...

Ce qu'on a dit sur Philippe Dessertine

...a plus de Britanniques. Le quota britannique disparaît. Cette question est pour vous, - P.Turle: La reine ne dit rien. Elle ne parle pas. On croit comprendre qu'elle est assez catastrophée par ce qui se passe. Elle est plutôt pro-Europe que pro-Brexit. - C.Roux: Il faut surveiller la couleur de son chapeau. Question. -

P.Dessertine

: La couler, on ne sait pas. Le Brexit va miner l'économie européenne. - C.Roux: Ça peut déboucher sur une crise comme en 2008? -

P.Dessertine

: On n'aura pas besoin que du Brexit pour la faire, mais ça n'arrangera rien. - C.Roux: Question. - P.Turle: Je pense que D.Cameron doit être catastrophé C'...
...ettre d'accord sur les conditions du Brexit. Il est question de reporter une nouvelle fois la date de clôture des discussions, alors que la sortie est prévue pour le 29 mars. Tous les scénarios sont possibles, un accord à l'arraché ou une rupture brutale. Ily a même l'hypothèse d'un nouveau référendum. Avec nous pour en parler,

P.Dessertine

, qui dirige l'Institut de haute finance. P.Turle, vous êtes journaliste britannique à RFI. PJoannin, vous êtes directrice de la Fondation Robert-Schuman. C.Mathieu, vous êtes économiste Bonsoir et merci de participer à cette émission. T.May fermement renvoyée dans les cordes. Elle est arrivée avec un plan. Les 27 lui...
...Ils se désintéressent totalement de ce qui se passe entre les 27 et T.May’_l -

P.Dessertine

: La Grande-Bretagne espérait qu'ils allaientjouer un rôle important. La 1re visite de T.May en tant que Première ministre, ça a été pour rencontrer D.Trump. Elle voulait rencontrer quelqu'un qui lui permette de recréer une seconde zone de libre-échange anglo-saxonne. La réponse a été tout de suite non. Quand on...

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Macron

...lan est le bon. Il maintient des relations commerciales sans friction. C'est le seul plan crédible et négociable qui n'engendre aucune frontière en Irlande du Nord et qui respecte le vote du peuple britannique. Si nous voulons parvenir à une conclusion positive, l'UE devra faire évoluer sa position. - Quelques heures plus tard,

E.Macron

répond avec la même fermeté. -

E.Macron

: Les propositions faites en l'état aujourd'hui ne sont pas acceptables, tout particulièrement dans le domaine économique. Nous devons défendre le marché unique, sa cohérence. Nous avons réaffirmé notre volonté de ne rien céder sur ce point. C'est notre intérêt de court terme...
...- C.Roux: Bonsoir. Nous attendons vos questions pour alimenter notre discussion. "Les propositions de T.May sont inacceptables en l'état", la phrase est signée

E.Macron

. Il est réuni avec d'autres leaders européens à Salzbourg. Malgré les efforts, les 27 et les Britanniques ne parviennent pas à se mettre d'accord sur les conditions du Brexit. Il est question de reporter une nouvelle fois la date de clôture des discussions, alors que la sortie est prévue pour le 29 mars. Tous l...
...te britannique à RFI. PJoannin, vous êtes directrice de la Fondation Robert-Schuman. C.Mathieu, vous êtes économiste Bonsoir et merci de participer à cette émission. T.May fermement renvoyée dans les cordes. Elle est arrivée avec un plan. Les 27 lui ont dit qu'il fallait plancher de nouveau, que c'était inacceptable en l'état, selon

E.Macron

. On n'y arrive pas. - P.Dessertine: T.May a un double problème: elle a des interlocuteurs européens et elle a cette si courte majorité. Quand elle dit que c'est ce plan et pas un autre... Ce sont ses alliés qui regardent. Elle ne fait pas tomber un ultimatum sur la tête des Européens. Dans la résidence d'été de la P...

Ce qu'on a dit sur Donald Trump

...- P.Dessertine: On n'aura pas besoin que du Brexit pour la faire, mais ça n'arrangera rien. - C.Roux: Question. - P.Turle: Je pense que D.Cameron doit être catastrophé C'est comme Obama qui réagit face à

Trump

. Il ne dira rien. - PJoannin: D'après ce qu'on m'a dit, il est déprimé. - C.Mathieu: Je pense qu'ils veulent un autre modèle. - C.Roux: Ça fait longtemps qu'ils le veulent. - P.Dessertine: Non. - C.Mathieu: Si, depuis toujours. - P.Dessertine: Ils ont eu le problème des migrants. - PJoannin: Je ne pense pas...

Ce qu'on a dit sur Michel Barnier

...s. T.May dit que ça suffit, qu'elle a fait assez de concessions, qu'elle a négocié un projet non sans mal pour une sortie honorable, et que c'est aux autres de faire un compromis. L'Union européenne dit ne pas être demandeuse de ce départ de la Grande-Bretagne. "Vous êtes en position de faiblesse et nous, en position de force."

M.Barnier

a fait des concessions... Finalement, non. On tourne en boucle. Personne ne veut bouger. - C.Roux: Le bras de fer se poursuit entre les 27 et T.May. La Première ministre estime que son plan est à prendre ou à laisser. Le président Macron l'a renvoyée gentiment dans ses cordes, évoquant des propositions inacceptables. Le...
...une zone de libre-échange entre sa province et l'Europe. Objectif: empêcher le rétablissement d'une frontière avec la République d'Irlande, ce qui pourrait raviver des tensions politiques et fragiliser le commerce. Cet arrangement irrite Bruxelles. Face au spectre d'un divorce sans accord, le négociateur en chef se veut rassurant. -

M.Barnier

: Nous sommes en train de clarifier le type de marchandises à contrôler arrivant d'Irlande du Nord vers le Royaume-Uni. La plupart des contrôles peuvent avoir lieu loin de la frontière, dans les locaux des entreprises ou sur les marchés. Nous devons dédramatiser ces contrôles. - Dédramatiser les conséquences du Brexit, p...
...- C.Roux:

M.Barnier

disait qu'il fallait dédramatiser l'histoire du contrôle aux frontières. C'est ce problème avec la frontière irlandaise qui bloque. C'est encore le point d'achoppement? Ce sont des questions commerciales? - PJoannin: La question irlandaise est un sérieux point. C'est la seule frontière terrestre qu'ily aurait entr...

C DANS L'AIR DU 19 SEPTEMBRE

Ce qu'on a dit sur Alexandre Benalla

...mmencer par des excuses était plutôt de bon aloi. Réussir à garder son calme et à répondre posément lors d'une audition de 2 heures 30 alors qu'elle devait durer plutôt - C.Roux: Il avait été un peu sévère à l'endroit du Sénat ily a quelques semaines. On s'attendait à un ton un peu différent. - C.Barbier: Ily a un peu Dr JekyIl et Mister

Benalla

. On a l'impression que c'est étrange, de voir cet homme en cravate aussi posé et raisonnable, qui serait le même que celui du 1er mai, qui se déchaînait place de la Contrescarpe. Y a-t-il 2 personnages? Lequel est le vrai? Est-ce que l'un des 2 est formé et pris en main, bien coaché par des spécialistes de la co...
...- C.Barbier: Ily a 2

Benalla

, celui des propos qu'il a prononcés et celui qui s'excuse pour les propos qu'il a prononcés. On a vu aujourd'hui un

Benalla

cravaté, calme, avec de l'humour. La psychologie du personnage est difficile à établir. C'est devant les juges et probablement devant un tribunal qu'il devra se défendre de ce qu'il a fait. Ça n'entache en rien son parcours assez remarquable. Sortir d'Evreux et de son milieu social, faire ces études-là et arriver à ce type de responsabilités, ça permet une certaine admiration. - J.-D.Merchet: Il dit quelque chose d'extravagant. Il dit qu'il n'avait que des fonctions administratives mais qu'ilvenait au travail avec un revolver. Qui a une fonction administrative dans ce pays et vient au boulot le matin avec un revolver à la ceinture?...
...- C.Barbier: On fait de la politique avec ce qu'on trouve comme arme. L'affaire

Benalla

a permis de détruire la réforme constitutionnelle que Macron avait rêvé de faire. - C.Roux: Des sénateurs dans la lumière depuis le début de l'affaire

Benalla

. Le travail méthodique du Sénat a mis la chambre haute au coeur de l'actualité au point que le ton est monté ces derniers jours entre cette ass...

Ce qu'on a dit sur Christophe Barbier

...-D.Merchet: Il faut que ce soit organisé par la loi. - R.Bacqué: A.Benalla est peut-être très bien, mais on ne sait pas tout à fait quand même qui il est. E.Macron le connaît depuis 2 ans. -

C.Barbier

: Un gendarme ou un policier nous avait déjà créé un problème. - C.Roux: Question. - J.Garrigues: C'est le style sénatorial, très policé, qui donne cette impression. C'est la recherche d'un langage élégant, courtois, officiel. J'ai trouvé qu'il y avait un respect mutuel dans le dialogue entre les uns et les a...
...-D.Merchet: On n'est pas obligé de le croire sur parole. - R.Bacqué: C'est possible - C.Roux: Question. -

C.Barbier

: Comme toujours. A un moment, ily a un dérapage et c'est dû aux réseaux sociaux et au travail des journalistes du Monde. A.Benalla n'a pas anticipé. Ça montre qu'il était un peu limité dans son raisonnement. - R.Bacqué: Il s'en est aperçu tout de suite. - J.Garrigues: Il avait un sentiment d'impunité, ce qui...
...auditoire sur des points-clés, à commencer par la question du port d'arme. Il a affirmé qu'il l'avait demandé pour se protéger lui-même. Il disait n'avoirjamais exercé de fonction de police à l'Elysée. La suite, ce sera face à la justice. L'affaire a tourné au bras de fer politique entre le gouvernement et le Sénat. Pour en parler,

C.Barbier

, éditorialiste à L'Express. R.Bacqué, vous êtes grand reporter au Monde. J.-D.Merchet, vous êtes journaliste à L'opinion. J.Garrigues, vous êtes historien et spécialiste de la vie politique. Vous présidez le Comité d'histoire parlementaire et politique. Bonsoir à tous les 4, merci de participer à cette émission. Il...

Ce qu'on a dit sur Jean Garrigues

...-

J.Garrigues

: On pourrait considérer que le rôle du Sénat est de contrôler le gouvernement et pas la présidence Mais on voit que le périmètre institutionnel et la surprésidentialisation font qu'il est nécessaire qu'une assemblée comme le Sénat intervienne. J'ai trouvé que le président de la commission et les 2 rapporteurs le faisa...
...Ce n'est pas sérieux. - C.Roux: Une question fait écho à ce que vous dites. Il n'a pas vraiment convaincu sur ce sujet. -

J.Garrigues

: Ce qui ressort, à travers ce côté policé et le respect qu'on peut avoir pour sa trajectoire, et qui a dû fasciner E.Macron et son entourage, c'est qu'à un certain moment, on voit réapparaître une certaine fascination pour les armes à feu. Il dit que c'est sa passion, le tir. C'est légitime. Des centaines...
...-

J.Garrigues

: Ils essaient de voir à quel point ily a une improvisation, comme cela a souvent été le cas à l'issue des campagnes électorales, surtout lorsque ça se construit sous la forme d'un commando, comme avec V.Giscard d'Estaing, quand une petite équipe gagne l'Elysée. La démonstration des sénateurs avait pour but de montrer qu'il y avait une sorte de bricolage dans la construction de l'équipe présidentielle. Même au stade de chargé de mission, ça voulait montrer qu'il y avait une sorte de bricolage. - C.Roux: C'est comme ça que ça se passe? - R.Bacqué: Ils voulaient savoir si c'était E.Macron lui-même qui l'avait imposé. -

J.Garrigues

: Ça pose la question du clientélisme. Tous les débordements sont possibles. - J....

Ce qu'on a dit sur Raphaëlle Bacqué

...qu'on a tous vu sur les vidéos, mais aussi montrer qu'il n'était pas le deus ex machina de la sécurité qu'on avait l'impression qu'il était. - C.Roux: Ses réponses commençaient systématiquement par "pour être très précis". Il apportait des dates, parfois des numéros de bureau. Il était très préparé et vous dites que c'est normal. -

R.Bacqué

: N'importe qui se préparerait devant une commission parlementaire. C'est une épreuve et le contexte est extrêmement tendu. Mais il y avait aussi une façon de faire. Cette abondance de détails était parfois destinée à noyer le poisson. Il n'a pas toujours répondu directement aux questions. Les sénateurs ont parfois dû...
...-D.Merchet: Il faut que ce soit organisé par la loi. -

R.Bacqué

: A.Benalla est peut-être très bien, mais on ne sait pas tout à fait quand même qui il est. E.Macron le connaît depuis 2 ans. - C.Barbier: Un gendarme ou un policier nous avait déjà créé un problème. - C.Roux: Question. - J.Garrigues: C'est le style sénatorial, très policé, qui donne cette impression. C'est la recherche d'un langage élégant, courtois, officiel. J'ai trouvé qu'il y avait un respect mutuel dans le dialogue entre les uns et les autres. - C.Barbier: Ily a un peu de paternalisme dans une maison où, ily a quelques années, il fallait avoir 35 ans pour être élu. -

R.Bacqué

: Ily a aussi un peu de mépris de classe. C'est ce que vous disiez tout à l'heure. - C.Barbier: Qui est le vrai Benalla?...
...-D.Merchet: On n'est pas obligé de le croire sur parole. -

R.Bacqué

: C'est possible - C.Roux: Question. - C.Barbier: Comme toujours. A un moment, ily a un dérapage et c'est dû aux réseaux sociaux et au travail des journalistes du Monde. A.Benalla n'a pas anticipé. Ça montre qu'il était un peu limité dans son raisonnement. -

R.Bacqué

: Il s'en est aperçu tout de suite....

C DANS L'AIR DU 18 SEPTEMBRE

Ce qu'on a dit sur Gérard Collomb

...- BJeudy: Il annonce qu'ilva aux municipales, mais ça s'accompagne d'une critique de la méthode. Il dit que c'est bien de retourner à Lyon parce qu'on voit ce que disent les gens Sur les retraites, il ne faudrait peut-être pas charger la barque. C'est une critique de la méthode. C'est un défi et c'est l'indépendance de

G.Collomb

, qui dit les choses en face. Cette interview a été réalisée mardi 11 septembre. Le lendemain, ilva dire ce qu'il a dit au président. - C.Roux: Ce dîner était un dîner d'explications entre

G.Collomb

, c'est quand même celui qui pleure pendant la passation de pouvoir. Ce dîner a lieu parce que le président de...
...- S.Quéméner: Ily a une comparaison qui peut être faite avec N.Hulot. Depuis longtemps, on dit que G.Collomb va quitter le gouvernement dans la perspective des municipales de 2020. C'était un secret de polichinelle. Ce qui est particulier aujourd'hui, c'est que

G.Collomb

, comme N.Hulot, décident de quand ils sortent du gouvernement. C'est normalement un choix Ce sont des pièces majeures dans le dispositif d'E.Macron, qui n'est pas très large. Quand ily a des départs de cet ordre-là, ça se discute, ça se prépare. A la fois pour N.Hulot comme pour

G.Collomb

, l'exécutif est pris d...
...... G.Darmanin dit qu'il veut aller à Tourcoing l'année prochaine. Ily a peut-être urgence à édicter Il ne faudrait pas que le gouvernement devienne le Club Med. C'est assez curieux, comme rentrée, pour le gouvernement. Ça n'aide pas le président de la République, même si l'Elysée s'est empressé de dire que c'était une bonne nouvelle que

G.Collomb

retourne à Lyon. - C.Roux: Vous dites que c'est curieux. Ça donne une impression de flottement. Pourquoi maintenant? Pourquoi le ministre de l'Intérieur, dans une période où ily a la menace terroriste... Cette nuit, un adolescent a été tué à coups de kalachnikov. Ce n'est pas rien que ce soit à ce poste qu'il décid...

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Macron

...fois pour N.Hulot comme pour G.Collomb, l'exécutif est pris de court. G.Collomb, c'est le marcheur de la 1re heure, et c'est pour ça qu'il est très apprécié de B.Macron, car il a dit en 1er que F.Hollande ne pouvait pas se représenter C'est quelqu'un de central Ce n'est pas la 1re mauvaise manière qu'il lui fait. Il met en contradiction

E.Macron

par rapport à ce qu'il a promis dans sa campagne. Les ministres choisissent leur date, mais les paroles qu'ils choisissent quand ils partent, ça laisse un poison dans l'opinion. - C.Roux: C'est aussi peut-être un divorce. - I.Trippenbach: C'est les 2. G.Collomb dit son attachement à Lyon. Le paradoxe, c'est le timin...
...sissant cette date, c'est un message fort. C'est le plan santé. Le calendrier est choisi à dessein. Ça ne peut pas être un hasard. - BJeudy: L'Express est en kiosque demain. Il ne faut pas non plus toujours se dire que c'est calculé au millimètre près. Le faire à la rentrée, c'est probablement une mauvaise manière, pour

E.Macron

.

E.Macron

cumule les mauvaises séquences. N.Hulot, c'est sans doute la plus difficile. Il est dans une situation où l'économie est en phase de ralentissement. La difficulté d'E.Macron, c'est que tout ça s'enchaîne dans un climat où il n'a pas beaucoup de résultats. Cette République monarchique...
...à Lyon, ce n'est pas anodin. S'il éprouve le besoin de donner si vite des signaux à sa ville, c'est qu'il doit y avoir des signaux, qu'on ne voit pas, nous, aujourd'hui, mais cela veut dire qu'il faut y aller tout de suite, à Lyon. Les européennes sont importantes. Derrière, ily a les municipales et ce sera très important pour

E.Macron

. Est-ce que La République en marche existe vraiment dans les villes? - C.Roux: E.Philippe, chef de la majorité, chef de ce gouvernement, dans un moment de tension comme celui-ci... Quel rôle peut-iljouer dans ce moment-là? - BJeudy: Ça devait être son mois.

E.Macron

avait choisi de se projeter sur la...

Ce qu'on a dit sur Christophe Castaner

...e la vie politique repose sur ces 2 piliers. Macron, avec ce discours qui était séduisant pour des gens qui avaient toujours vécu dans des clivages, dans des affrontements assez violents, quelqu'un qui disait que c'était le vieux monde, c'était séduisant. Un an après, on voit que le monde est toujours le même. - C.Roux:

C.Castaner

fait partie de ceux qui croient encore à la Macronie? Au sommet du pouvoir, quand on approche les plus fidèles d'E.Macron, ils commencent à intégrer cette idée qu'il faudra faire un virage sur l'aile et revenir aux pratiques politiques à l'ancienne? - P.Ridet:

C.Castaner

est lucide. Il reconnaît qu...
...-Y.Le Drian et G.Collomb sont plutôt des hommes d'expérience. Ils n'ont pas réussi à trouver une incarnation dans cette Macronie. - C.Roux: Question. C'est un grand maire. Il a des réseaux locaux. - I.Trippenbach: Il n'est pas encore parti, mais ily a un aspect de désavoeu vis-à-vis d'E.Macron. Pareil pour

C.Castaner

. C'est un désavoeu d'E.Macron vis-à-vis de

C.Castaner

, mais ily a aussi un isolement du pouvoir qui n'est plus réceptif à ce qui émane de la base, aux demandes relayées par les politiques.

C.Castaner

et G.Collomb ont cette écoute du terrain. Ce risque se matérialise par touches. - S.Quémén...
...la rentrée économique. Ilva faire une émission de télé sur France 2, d'ailleurs. Depuis, on a l'impression qu'il se cache ou qu'il ne trouve pas sa place dans cette rentrée. La classe gouvernementale est assez dissipée et ce n'est pas lui qui va ramener l'ordre. - C.Roux: Dans cette rentrée difficile, un recadrage inhabituel.

C.Castaner

, le patron de La République en marche, a été contredit vertement par l'Elysée. Il avait proposé d'ouvrir sans tabou le débat sur les droits de succession. La réponse ferme est venue de l'Elysée. - Vendredi dernier, conférence de presse de rentrée pour

C.Castaner

. 1 heure 30 pour présenter les...

Ce qu'on a dit sur Benjamin Griveaux

...e politiquement, mais ce n'est pas fini pour elle. C'est une élection très compliquée à Paris. Ça se joue dans chaque arrondissement, à 3 tours. Passer tant de temps sur un scrutin tellement incertain et lointain, c'est risqué politiquement. - I.Trippenbach: Cette pagaille permet de tester les noms qui émergent pour E.Macron.

B.Griveaux

a perdu 9 points en 6 mois. C'est considérable, même s'il reste le mieux placé. On n'est pas à l'abri d'autres candidatures En marche. A.Hidalgo est fragilisée. Le sondage de l'IFOP montre que tout est ouvert. La droite existe encore. Si elle s'allie aux Verts, elle est réélue à Paris.

B.Griveaux

b...
...éséquilibré son "en même temps" vers la droite. Il se dit qu'il est le garant de le ramener au centre de ce que doit être le "en même temps". - C.Roux: Si G.Collomb a des envies de municipales, il n'est pas le seul au sein de la famille des macronistes. Au moins 3 marcheurs se disputent la place pour la mairie de Paris.

B.Griveaux

et M.Mahjoubi ne font pas mystère de leurs ambitions. - La Mairie de Paris au coeur des convoitises. La belle aiguise les appétits et au bal des prétendants, la liste La compétition est ouverte. Pas encore candidat,

B.Griveaux

, porte-parole du gouvernement, n'en cache pas moins son ambition, son intérêt...
...départ en moins d'un mois, c'est du jamais-vu. Ça commence à être compliqué - BJeudy: Oui, 2 ministres d'Etat et notamment le ministre de l'Intérieur, qui annonce que, l'année prochaine, il retourne à Lyon, c'est une façon assez originale et embêtante pour le gouvernement de le faire maintenant. Ça s'ajoute à des gens moins connus.

B.Griveaux

a aussi des velléités pour aller à Paris. Ily a un autre secrétaire d'Etat, M.Mahjoubi... G.Darmanin dit qu'il veut aller à Tourcoing l'année prochaine. Ily a peut-être urgence à édicter Il ne faudrait pas que le gouvernement devienne le Club Med. C'est assez curieux, comme rentrée, pour le gouvernement. Ça n'aide pas...

Ce qu'on a dit sur Nicolas Hulot

...- S.Quéméner: Ily a une comparaison qui peut être faite avec

N.Hulot

. Depuis longtemps, on dit que G.Collomb va quitter le gouvernement dans la perspective des municipales de 2020. C'était un secret de polichinelle. Ce qui est particulier aujourd'hui, c'est que G.Collomb, comme

N.Hulot

, décident de quand ils sortent du gouvernement. C'est normalement un choix Ce sont des pièces majeure...
...issionner du ministère de l'Intérieur. La France est dans une situation, en termes d'insécurité et de lutte contre le terrorisme, extrêmement compliquée. On a un ministre qui fait le malin et qui ne pense qu'à lui-même. - Je n'ai pas l'impression que son départ n'émeuve grand monde au gouvernement, mais c'est quelque chose qui continue, après

N.Hulot

. Tout continue à s'effilocher. - Car cette rentrée est celle des coups durs pour La République en marche.

N.Hulot

, L.Flessel et maintenant les ministres démissionnent. A l'Assemblée, le groupe LREM, qui semblait si solide ily a un an, avance dans le brouillard. Pour succéder à R.Ferrand, 7 candidats à la pré...
...e, c'est le timing. Ily a une sorte d'improvisation qui fait qu'on a l'impression d'une perte de contrôle des 2 têtes de l'exécutif. E.Macron court après les décisions individuelles de ses ministres. Attachement à Lyon, oui, mais ily a aussi une forme de prise d'autonomie par rapport à E.Macron. - P.Ridet: C'est manifestement que lancent

N.Hulot

et G.Collomb. Chacun à leur manière et pour leurs propres raisons. Ils ébranlent la réputation qu'avait E.Macron de présidentjupitérien. Ils leur disent: "Tu n'es pas grand-chose." "Moi qui suis un ancien maire de Lyon, je suis un baron qui te défie." - BJeudy: Il annonce qu'ilva aux municipales, mais ça s'accompagne...

C DANS L'AIR DU 17 SEPTEMBRE

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Macron

...- C.Roux: On continuera cette discussion, mais avançons sur le premier reportage. L'échange a donné lieu à une de ces sorties dont

E.Macron

a fait sa marque de fabrique. Il suffirait de traverser la rue pour aller trouver du travail. L'opposition, de droite et de gauche, dénonce une forme de mépris, la brutalité de ce conseil présidentiel, quand certains patrons confirment que c'est la réalité. -

E.Macron

, tout sourire, dans les jardins de l'Elysée....
...Un président ne devrait pas parler comme cela. - N.Dupont-Aignan: C'est un peu facile de faire du buzz comme ça. Imaginez le général de Gaulle ou F.Mitterrand faire le clown en écrasant quelqu'un qui est en situation de difficulté et qui ne peut pas répondre. - Des critiques tant sur le fond que sur la forme, car ce n'est pas la 1re fois

qu'E.Macron

adopte un style cash, comme ily a près d'un an. Des salariés de GM&S manifestent pour sauver leurs postes. Voilà ce qu'en dit

E.Macron

... - Un franc-parler assumé, notamment sur les questions sociales et d'emploi. Une habitude que le président a prise au moment de la campagne, -

E.Macron

: Une gare est un li...
...marche. - Beaucoup aimeraient que ça aille mal, va bien. Politiquement, nous allons bien. Nos forces vives se réunissent à Fréjus pour lancer cette année électorale qui sera dense. - L'échéance électorale du printemps donne des ailes notamment à M.Le Pen. Après son échec de l'an dernier, elle entend rejouer le duel avec

E.Macron

. -

E.Macron

n'incarne pas le début mais la fin d'un cycle. On le voit maintenant, à l'heure où tout le monde fait sa rentrée. Il donne l'impression de faire sa sortie. Il n'a pas de grandes visions. Il tâtonne. Il ne marche plus, il rame. - Immigration, insécurité, rejet du système, l'offensive...

Ce qu'on a dit sur Yves Thréard

...Pour en parler,

Y.Thréard

, directeur adjoint de la rédaction du Figaro. F.Fressoz, vous êtes éditorialiste politique au Monde. B.Vivier, vous êtes directeur de l'Institut supérieur du travail. B.Teinturier, vous êtes directeur général délégué de l'Institut de sondage Ipsos. Votre institut a mené une grande enquête sur le marché de l'emploi. Bons...
...-

Y.Thréard

: Le FN revient à ses fondamentaux, c'est-à-dire l'immigration. C'est la préoccupation dominante des sympathisants et des électeurs FN. - C.Roux: Mais l'emploi reste une préoccupation des Français? - B.Teinturier: Certes, mais elle a régressé. La préoccupation première, bien au-dessus de toutes les autres, c'est... C'est derrière le terrorisme ou le pouvoir d'achat. La question du pouvoir d'achat et du terrorisme vient devant l'emploi. L'emploi est beaucoup moins dominant qu'il ne l'a été pendant 20 ans. -

Y.Thréard

: Si Macron gagne des points au niveau de l'emploi et du pouvoir d'achat, il devrait remonter dans les sondages. C'est pareil sur le terrorisme. Il pourrait restaurer son image. Pour le FN, c'est très simple. M.Le Pen a affronté ces sujets pendant la campagne avec des réponses pas très loin, même si ça l'a fait sursauter, de ce que disait J....
....Vivier: Non, ça se voit. Le sens de ces métiers est important. l'homme ou la femme. Ily a une création. Lorsque l'homme prolonge la machine, ilvaut mieux supprimer le travail de l'homme en question. Ce sont toujours des travaux douloureux et pénibles. Mais quand ily a création, libération... - C.Roux: Question. -

Y.Thréard

: C'est l'un des grands problèmes de la France. L'apprentissage n'a jamais été une filière valorisée. Ily a quand même de gros progrès réalisés dans ce domaine. Ily a un engouement pour l'apprentissage en France. Les inscriptions ont augmenté C'est appréciable. Ily a plein de métiers qui ne pourront pas être rempla...

Ce qu'on a dit sur Brice Teinturier

...C'est là le hiatus, le fond de cette scène: E.Macron rêve à une société qui soit mobile, où tout le monde se remet au travail, mais c'est beaucoup plus compliqué. On n'avance pas tous au même rythme. -

B.Teinturier

: Ily a quand même une alternative... Ça ne se réduit pas à "donnez-moi votre CV". La promesse d'E.Macron, qui avait fonctionné, était une promesse dé déblocage dé la société. Cela s'appuie aussi sur la société. Il a développé l'idée que les Français avaient les solutions et qu'il fallait lever les verrous...
...Pour en parler, Y.Thréard, directeur adjoint de la rédaction du Figaro. F.Fressoz, vous êtes éditorialiste politique au Monde. B.Vivier, vous êtes directeur de l'Institut supérieur du travail.

B.Teinturier

, vous êtes directeur général délégué de l'Institut de sondage Ipsos. Votre institut a mené une grande enquête sur le marché de l'emploi. Bonsoir à tous les 4. Merci de participer à l'émission. Est-ce qu'E.Macron fait exprès? Il prend du plaisir à aller au contact direct avec les Français. Est-ce que ce sont des dérapages...
...C'était aussi ce qui a fait son succès, cette façon de dire les choses qui étaient dans le débat public, incarnées par des longues phrases. Dire les choses aux Français, ça a marché. -

B.Teinturier

: Mais il était du côté des Français, quand il le faisait. Là, il est président de la République et il fait la leçon aux Français. Ça traduit un problème de forme et de fond, pas un problème de forme mais pas de fond. Il ne s'agit pas de dire à un individu qui est dans telle filière de traverser la rue pour trouv...

Ce qu'on a dit sur Nicolas Sarkozy

...spécialités. Ily a un problème majeur d'adaptation. - C.Roux: Vous parlez de problème mais c'est peut-être une mutation de la société. - Y.Thréard: C'est le terme qu'avait utilisé E.Macron lorsqu'il était en campagne. - F.Fressoz: Là, il est sur le rétablissement de la valeur travail de façon spectaculaire, dans la foulée de

Sarkozy

, mais il n'y a pas beaucoup de réflexion sur les attentes des Français et sur la qualité du travail. Les hommes sont de plus en plus attachés à la garde d'enfants aussi. Ils adaptent aussi leur travail et leurs horaires à cet aspect. - C.Roux: Dans les brasseries parisiennes, les horaires sont compliqués et le...

Ce qu'on a dit sur Valérie Pécresse

...ver leurs postes. Voilà ce qu'en dit E.Macron... - Un franc-parler assumé, notamment sur les questions sociales et d'emploi. Une habitude que le président a prise au moment de la campagne, - E.Macron: Une gare est un lieu où l'on croise les gens qui réussissent et les gens qui ne sont rien. - Une liberté de ton qui ne plaît pas à

V.Pécresse

, notamment, même si selon elle, le président de la République soulève une vraie question. -

V.Pécresse

: Ces propos sont d'une grande brutalité. On ne dit pas à un jeune horticulteur qu'il doit aller travailler dans l'hôtellerie alors qu'il a la passion de son métier. Le vrai problème, c'est qu'il y...