Nos extraits de C dans l'air sur France 5

Revenir en haut
C dans l'air sur France 5
#cdanslair
Du lundi au vendredi à 17h45 et 22h25
C dans l'air est une émission télévisée française de débat consacrée à l'actualité. Ce programme est diffusé du lundi au vendredi, à 17 h 45 et en direct sur France 5 (anciennement La Cinquième jusqu'en 2002) depuis le 17 septembre 2001. Produit par Jérôme Bellay, il est présenté par Yves Calvi, remplacé parfois par Thierry Guerrier (joker de 2006 à 2010), Axel de Tarlé (joker depuis 2008) ou Laurent Bazin (joker depuis 2011).

LES PRESENTATEURS & PRESENTATRICES

Caroline Roux

Bruce Toussaint

LES PERSONNALITES DONT ON PARLE LE PLUS SOUVENT

Emmanuel Macron

33 fois

Isabelle Saporta

23 fois

Sophie Coignard

19 fois

Yves Thréard

18 fois

Alain Bauer

16 fois

Christophe Barbier

15 fois

Hervé Kempf

15 fois

Jean Garrigues

15 fois

Jérôme Fourquet

13 fois

Nicolas Hulot

12 fois

François Hollande

8 fois

Christian Barbier

5 fois

Emmanuel Besnier

5 fois

Bernard Cazeneuve

4 fois

Manuel Valls

3 fois

José Bové

3 fois

Bruno Retailleau

3 fois

Laurent Wauquiez

3 fois

LES EXTRAITS DES EMISSIONS

C DANS L'AIR D'HIER

Ce qu'on a dit sur Sophie Coignard

Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier
...un coup d'accélérateur sous Jospin et après, avec N.Sarkozy. N.Sarkozy, grand partisan de cet aéroport... La crise financière a pas mal rebattu les cartes. La grande part de responsabilité, c'est quand même F.Hollande, qui a laissé traîner les choses. Il n'a même pas appliqué le résultat de la consultation populaire. -

S.Coignard

: Les aéroports globalement très rentables Ily a des déconvenues dans la privatisation, mais quand on regarde les projections sur la privatisation de l'aéroport de Paris, on voit qu'il y a des convoitises. - S.Fay: 500 millions d'euros par an, le bénéfice d'Aéroports de Paris. - Y.Thréard: On peut tout imagi...
Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier
...ussi sur les débats à venir. La question de la rétrocession des terres aux agriculteurs est posée. J'ai le sentiment que les choses vont s'apaiser. Ily a aussi cette idée de ne pas évacuer la ZAD par la force. On respecte la trêve hivernale. Les choses vont se déliter. Le ciment va se dissoudre. - C.Roux: Vous êtes optimiste. -

S.Coignard

: Difficile de faire un pronostic. - C.Roux: D'autres sujets sont sur la table. Le patron de Vinci est au ministère de l'Economie. -

S.Coignard

: L'aspect économique est un volet important, mais sur ce sujet, les opposants à cet arrêt de Notre-Dame-des-Landes ne se feront pas entendre. Vinci va s'arranger avec l...
Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier Sophie Coignard C dans l'air d'hier
...- C.Roux: On parle de l'addition - Y.Thréard: Je tiens des précisions de B.Retailleau lui-même. Il est pourtant hostile à la décision du gouvernement. par les collectivités locales. Il a été convenu que l'Etat les prenne en charge. -

S.Coignard

: Les contribuables paieront d'une manière ou d'une autre. - C.Roux: Ils peuvent s'arranger entre eux, mais si c'est le contribuable qui paie à la fin! - S.Fay: Ily avait 430 millions d'infrastructures pour arriver jusqu'à Notre-Dame-des-Landes. Si on aménage Nantes, on n'a pas besoin de faire les mêmes travaux. Il...

Ce qu'on a dit sur Yves Thréard

Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier
...Son patron a été reçu à Bercy par B.Le Maire. Le ministre a l'intention de faire baisser la note.

Y.Thréard

, bonsoir. Vous êtes éditorialiste et directeur adjoint de la rédaction du Figaro. Vous vous intéressez aux conséquences de cette décision. A.Gossement est avocat spécialiste en droit de l'environnement. S.Fay, vous êtes journaliste et cheffe du service économique Bonsoir, S.Coignard. Vous êtes journaliste au Point. Poli...
Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier
...-

Y.Thréard

: Non! - C.Roux: On va beaucoup insister sur l'aspect économique. L'aéroport actuel devra être réaménagé. On est au début d'un nouveau bras de fer? - A.Gossement: Je ne pense pas. Je suis peut-être na' l'f... Les Français en savent plus qu'on ne le pense. Cette décision a été longuement amenée. Ily a eu une phase...
Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier Yves Thréard C dans l'air d'hier
...- C.Roux: On parle de l'addition -

Y.Thréard

: Je tiens des précisions de B.Retailleau lui-même. Il est pourtant hostile à la décision du gouvernement. par les collectivités locales. Il a été convenu que l'Etat les prenne en charge. - S.Coignard: Les contribuables paieront d'une manière ou d'une autre. - C.Roux: Ils peuvent s'arranger entre eux, mais si c'est...

Ce qu'on a dit sur François Hollande

François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier
...tres. Le dossier était éteint à plusieurs reprises. C'est à la une de l'actualité depuis 15 ans. Pour beaucoup de Français, c'était le symbole d'une espèce d'incurie de l'Etat de faire respecter une autorité, de savoir prendre une décision et d'avoir du courage. Ce dossier a été réactivé en 2008. C'était encore plus vrai du temps de

F.Hollande

. En plus, le 1er Premier ministre de

F.Hollande

, J.-M.Ayrault, était un élu du coin. Ça a facilité l'arrivée de toute une population, qui se disait hostile sans être vraiment concernée. Ça a été une cause politique. Les Français en avaient marre. C'était synonyme de désordre et d'un Etat faible. A travers cett...
François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier
...ily avait 9 milliards d'euros de manque à gagner qui ne serontjamais perdus. Il y a une exception française terrible. Pendant qu'on reculait sans arrêt, d'une manière insensée... D'abord, on a fait -3O % pour la Bretagne, puis pour l'Aquitaine... Pratiquement tous nos voisins étaient en train de la mettre en place.

F.Hollande

a annoncé l'abandon de l'écotaxe depuis un pays balte qui l'avait mise en place depuis fort longtemps. - C.Roux: 1 milliard d'euros. - Y.Thréard: C'était encore le Grand Ouest. - C.Roux: Les regards se tournent vers l'actuel aéroport de Nantes. Le Premier ministre affirme qu'il sera agrandi pour compenser l...
François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier François Hollande C dans l'air d'hier
...Gaulle. La plupart des ministres d'aujourd'hui n'étaient pas nés. Ça a été relancé au moment de Giscard. Ily a eu un coup d'accélérateur sous Jospin et après, avec N.Sarkozy. N.Sarkozy, grand partisan de cet aéroport... La crise financière a pas mal rebattu les cartes. La grande part de responsabilité, c'est quand même

F.Hollande

, qui a laissé traîner les choses. Il n'a même pas appliqué le résultat de la consultation populaire. - S.Coignard: Les aéroports globalement très rentables Ily a des déconvenues dans la privatisation, mais quand on regarde les projections sur la privatisation de l'aéroport de Paris, on voit qu'il y a...

Ce qu'on a dit sur Nicolas Hulot

Nicolas Hulot C dans l'air d'hier Nicolas Hulot C dans l'air d'hier Nicolas Hulot C dans l'air d'hier
...on des usages, comme on l'a fait sur le Larzac. L'expérience est réussie. On ne part pas de rien. On peut essayer de voir ce qui est transposable ici en termes de gestion d'usage. - La décision d'abandonner le projet d'aéroport, certains l'attendaient depuis 50 ans. C'est un succès politique majeur, mais sans triomphalisme pour

N.Hulot

, opposant notoire au projet. Il assure ne pas avoir fait pression sur le Premier ministre. -

N.Hulot

: C'est un fantasme. Imaginez si j'avais fait peser cette menace de démission pour arracher une décision! Quelle situation de fragilité! Pas une seconde, dans les heures que nous avons passées sur ce dossier, je n'...
Nicolas Hulot C dans l'air d'hier Nicolas Hulot C dans l'air d'hier Nicolas Hulot C dans l'air d'hier
...0. - C.Roux: On passe à vos questions. Question. - Y.Thréard: Non. La méthode du gouvernement est importante. Elle est saluée par les gens sondés. On a toujours l'impression que l'Etat peut être brutal. Là, on fait mine de faire une concertation. Tout a été calculé au millimètre, y compris dans la communication de

N.Hulot

. Il n'a pas été question d'évacuation, hier. On souhaite le départ des zadistes après la trêve hivernale, d'ici au printemps. On va voir. S'ils ne partent pas, qu'est-ce qui se passe? Certains seront éligibles à prendre des terres, selon le Premier ministre. Après, on va voir Il peut y avoir des problème...

Ce qu'on a dit sur Bruno Retailleau

Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier
...- C.Roux: On parle de l'addition - Y.Thréard: Je tiens des précisions de

B.Retailleau

lui-même. Il est pourtant hostile à la décision du gouvernement. par les collectivités locales. Il a été convenu que l'Etat les prenne en charge. - S.Coignard: Les contribuables paieront d'une manière ou d'une autre. - C.Roux: Ils peuvent s'arranger entre eux, mais si c'est le contribuable qui paie à la fin!...
Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier
...es marchés publics. Vinci exploite aussi l'aéroport de Nantes Atlantique. Cet aéroport doit faire l'objet d'aménagements. On parle de 450 millions d'euros, voire plus. Les chiffres n'ont aucune valeur. En matière de travaux, c'est toujours plus cher que ce qu'on a dit. L'aéroport de Notre-Dame-des-Landes était estimé...

B.Retailleau

dit que c'était 520 millions d'euros. Si on prend les chiffres des experts, c'est 720 millions d'euros. On s'en serait tiré pour 1 milliard d'euros. Il aurait fallu employer la force contre les zadistes. De toute manière, ce ne sontjamais les chiffres annoncés. Je vous défie de me donner un ouvrage public...
Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier Bruno Retailleau C dans l'air d'hier
...- Y.Thréard: J'en ai notamment parlé à

B.Retailleau

. Pour eux, ce n'est pas une affaire financière. Le débat n'est pas sur ce terrain. Les 3 dizaines de millions, d'après lui, c'est une avance qui avait été faite par les collectivités territoriales et que l'Etat devait prendre en charge ensuite. Le débat est ailleurs, sur 2 sujets. Ça ne vous a pas échappé...

C DANS L'AIR DU 17 JANVIER

Ce qu'on a dit sur Alain Bauer

Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier
...de ce qui a été promis par E.Philippe. Il s'est bien gardé de le dire durant sa conférence de presse. On imagine que sa venue de samedi a servi à discuter des aménagements possibles. Pour l'instant, Il a parlé de liens entre Rennes et Paris, Nantes et Rennes, mais ily a aussi des questions locales. Ily aura des discussions. -

A.Bauer

: On peut parler de l'aéroport de Rennes. On ne sait pas d'où ça sort. Nantes n'est pas en Bretagne mais en Pays de Loire. - C.Roux: Vieille querelle... -

A.Bauer

: Je ne vais pas faire des choix pour les Bretons, mais la réunification n'a toujours pas eu lieu, malgré la réforme des cartes. Ily a des petits s...
Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier
...- BJeudy: On verra. - C.Roux: Tout commence maintenant.

A.Bauer

, ce qui a joué dans cette prise de décision, c'était le bras de fer entre les zadistes... -

A.Bauer

: C'est le mort. On pense à R.Fraisse. C'est le sparadrap des Dupondt. Ce sparadrap a été transféré. On voulait étendre l'aéroport, allonger la piste... Il faut voir s'il n'y a pas des points de crispation. La probl...
Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier Alain Bauer C dans l'air du 17 janvier
...-

A.Bauer

: C'était au cas où. Ça faisait quelques jours que cette question était résolue. La 2e option, c'était de ne pas le faire mais de montrer qu'il ne faut pas rigoler. Demain matin, ils peuvent dégager les voies de circulation. Dans les populations de la ZAD, pour ne pas parler de zadistes, car ce terme est réducteur......

Ce qu'on a dit sur Hervé Kempf

Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier
...-

H.Kempf

: Bien sûr. Les zadistes... Ily a une alliance de contre-expertises, de grèves de la faim... Des paysans ont mis leurs tracteurs en danger. Ce n'est pas que les zadistes. Des dizaines de milliers de personnes sont attentives à cette affaire. - C.Roux: Vous avez raison de le préciser. Quand on parle des zadistes,...
Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier
...-

H.Kempf

: Quelques centaines. J'ai eu la chance ou le désir d'y retourner ily a une dizaine de jours. ce que je connais... Là, je vous parle de 2017. Je réponds à votre question. Ils veulent continuer à faire ce qu'ils font dans cette zone. Ils veulent vivre d'une manière différente des autres. Ils ne veulent pas être...
Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier Hervé Kempf C dans l'air du 17 janvier
...-

H.Kempf

: Je crois qu'il faut tourner une page. Ce projet a été mal pensé. - C.Roux: Et il datait. -

H.Kempf

: Oui. Ensuite, il n'y a pas qu'un problème à Nantes. La question n'est pas seulement le développement de Nantes. On s'est intéressés à Notre-Dame-des-Landes car on sent que c'est révélateur d'une chose....

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Macron

Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier
...un dimanche, à la demande d'un président de la République qui leur a demandé leur avis. Il piétine le suffrage universel qui est le socle de notre République et de notre démocratie. Au fond, le président de la République tourne le dos à nos territoires de l'ouest de la France, 8 millions d'habitants. - Le référendum de 2016,

qu'E.Macron

s'était engagé à faire respecter lorsqu'il était candidat. -

E.Macron

: Ily a eu un vote. Mon souhait, c'est de le respecter. On va le faire. - Une volte-face que le gouvernement présente aujourd'hui comme une décision d'apaisement. Dans la ZAD, on crie victoire. - Le projet sera donc définitivement nul...
Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier
...- BJeudy: Il n'y avait pas de bonne décision, dans ce dossier. Sinon, la décision aurait été prise bien avant. E.Philippe est en 1re ligne. On n'aura pas entendu

E.Macron

prononcer le moindre mot sur ce dossier. C'est la 1re épreuve d'E.Philippe. Il a beaucoup consulté. C'est un ancien élu local. Il est parti du rapport des médiateurs. Ce dernier a orienté la décision. Il avait mis sur la table l'extension de Nantes Atlantique. E.Philippe a essayé de voir s'il y avait une possibilité...
Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 17 janvier
...Cette dernière a orienté la décision du Premier ministre. Il a écouté tout le monde. Samedi, il a été sur le terrain. Il a été bousculé par les élus locaux. A Nantes, ça représente 80 % de personnes favorables au projet de Notre-Dame-des-Landes, gauche, droite et marcheurs confondus. E.Philippe prend cette décision car, à l'arrivée,

E.Macron

voit ce dossier de façon nationale. Il est dans une démarche de président vert. Il a pris la tête d'une démarche écologique au niveau planétaire. Cette décision lui aurait été reprochée. N.Hulot fait partie de son gouvernement. C'est un aspect très important. Sur le plan de la faisabilité et de la question de sécurité,...

Ce qu'on a dit sur José Bové

José Bové C dans l'air du 17 janvier José Bové C dans l'air du 17 janvier José Bové C dans l'air du 17 janvier
...une transparence totale sur l'indemnisation que l'Etat va verser à Vinci. - L.Wauquiez: Il faudra indemniser Vinci. Personne, jusque-là, au gouvernement, n'a fait la transparence dessus. Les Français ont le droit de savoir. C'est leur argent. Ça se chiffre en dizaines de millions d'euros, si ce n'est plus. -

J.Bové

se pose la question de l'avenir de la ZAD et propose un modèle: une gestion collective des terres, comme c'était le cas en 85 dans le Larzac. -

J.Bové

: On a proposé que l'ensemble du patrimoine de l'Etat soit géré directement par les agriculteurs, les habitants et des délégués des commissions d'aménagement f...
José Bové C dans l'air du 17 janvier José Bové C dans l'air du 17 janvier José Bové C dans l'air du 17 janvier
...- S.Quéméner: Pour moi, ily en a eu un, aujourd'hui. Si on relit le rapport des médiateurs, ces derniers expliquent qu'ils voudraient que ces terres restent à l'Etat. E.Philippe dit que la négociation...

J.Bové

se bat pour cette solution. Monsieur Orphelin, ancien porte-parole de la Fondation Nicolas-Hulot, député La République en marché, se bat pour cette solution. Ily a une fin de non-recevoir pour E.Philippe. Pour la suite, ce sera plus dur. Ils pourront cultiver, mais de façon légale. L'Etat ne va pas garder les terres....

Ce qu'on a dit sur Laurent Wauquiez

Laurent Wauquiez C dans l'air du 17 janvier Laurent Wauquiez C dans l'air du 17 janvier Laurent Wauquiez C dans l'air du 17 janvier
...ailleau est un fervent défenseur de ce projet. L'élu rappelle le référendum de 2016, favorable à l'aéroport. - B.Retailleau: Immense déception. Je pense à nos territoires, au Grand Ouest. C'est 8 millions d'habitants. C'est une capitulation en rase campagne. 179 décisions de justice... - L'abandon risque de coûter cher, selon

L.Wauquiez

. Il réclamait, ce matin, une transparence totale sur l'indemnisation que l'Etat va verser à Vinci. -

L.Wauquiez

: Il faudra indemniser Vinci. Personne, jusque-là, au gouvernement, n'a fait la transparence dessus. Les Français ont le droit de savoir. C'est leur argent. Ça se chiffre en dizaines...
Laurent Wauquiez C dans l'air du 17 janvier Laurent Wauquiez C dans l'air du 17 janvier Laurent Wauquiez C dans l'air du 17 janvier
...jà en début de quinquennat au sujet des nouvelles dispositions budgétaires du gouvernement. Ily a déjà un lit de rivière. On sent qu'ils essaient de refaire couler l'eau dans ce lit de rivière. F.Riester est pourtant proche du gouvernement. Il fait partie du groupe Agir des constructifs. Il utilise le terme de "mépris".

L.Wauquiez

se présente comme l'opposant numéro 1. Il a parlé de "haine des territoires". E.Philippe est allé samedi en Loire-Atlantique pour discuter avec des élus car il ne faut pas rompre le fil. Ily a un fil ténu. Le gouvernement sait que c'est dangereux. Il va devoir travailler sur ce sujet. - C.Roux: Il y a...

C DANS L'AIR DU 16 JANVIER

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Macron

Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier
...avec les Britanniques. Il pourra poser crûment le problème en indiquant qu'il est allé à Calais et qu'il a rencontré des difficultés. - C.Roux: En même temps, ce déplacement était à l'image de Macron, avec de la compassion à l'égard des migrants et de la fermeté envers les illégaux. L'Etat ne laissera pas la Jungle se reconstituer.

E.Macron

veut préparer le terrain pour un projet de loi immigration très contesté. -

E.Macron

: Bonjour. Vous allez bien? -

E.Macron

est au contact - Accolades, selfies... Il se veut chaleureux, comme avec ce Soudanais arrivé en France ily a 4 mois. -

E.Macron

: Vous avez demandé l'asile en France? - Je v...
Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier
...udition Conseil - C.Roux: Bonsoir. Nous attendons vos questions. C'est une charge signée par des macronistes de la première heure. Une tribune dénonce le manque d'humanité de la politique migratoire d'E.Macron. Le président, en visite à Calais, a défendu sa ligne. Il n'y aura pas de nouvelle Jungle à Calais, a-t-il répété sur place.

E.Macron

est en première ligne pour porter un projet de loi sur l'immigration. Il est populaire dans les sondages, mais cela est contesté dans le milieu associatif. Le sujet divise toujours autant la classe politique. C.Barbier est journaliste éditorialiste à L'Express. E.Vincent est reporter police-justice au journal Le Monde. J...
Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 16 janvier
...économiques et sociales. Ily a eu une huées. Les sondages indiquaient qu'une large majorité des Français était contre la réforme de l'ISF, contre la réforme du marché du travail. Tout cela s'est bien passé au niveau parlementaire. Sur les questions sociétales ou régaliennes, ily a encore un clivage entre la gauche et la droite.

E.Macron

va-t-il pouvoir cantonner la fronde? J'en ai le sentiment, mais on le verra. - C.Roux: On a acquis l'idée qu'il n'y avait plus d'opposition. Là, ily a des inquiétudes. Voici un passage de la tribune: "Nous nous sommes réveillés dans un pays où on arrache les couvertures à des migrants, à Calais, où on lacère les toiles...

Ce qu'on a dit sur Jean Garrigues

Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier
...que dans ces pays, le plus rapidement possible, il y ait la paix et du travail. Qu'on puisse y vivre heureux sans avoir envie d'immigrer. On va voir comment on arrive à faire revenir en Irak ceux qui sont partis à cause de la guerre. L'hébergement humanitaire, c'est provisoire et c'est en attendant que ça aille mieux. -

J.Garrigues

: Les cas sont très différents d'un pays d'immigration à un autre. 95 % des demandes d'asile venant d'immigrés syriens sont satisfaites. En revanche, les Albanais, qui sont le plus gros contingent de demandes d'asile, ce sont des taux beaucoup plus faibles. - C.Barbier: On n'est pas en danger en Albanie....
Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier
...- E.Vincent: Que ce soit plus souple sur les mineurs et le rapprochement familial. Tout ça est prévu par les accords de Dublin, mais c'est du cas par cas. - C.Roux: Question. -

J.Garrigues

: La frontière est en France. - C.Barbier: C'est l'espace Schengen. -

J.Garrigues

: Depuis les accords du Touquet. Il faut que les choses bougent. Le moment est propice, à cause du Brexit. - C.Roux: Ça a changé quoi? -

J.Garrigues

: Ça a affaibli la position britannique. - E.Vincent: Ça a so...
Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier Jean Garrigues C dans l'air du 16 janvier
...ace. E.Macron est en première ligne pour porter un projet de loi sur l'immigration. Il est populaire dans les sondages, mais cela est contesté dans le milieu associatif. Le sujet divise toujours autant la classe politique. C.Barbier est journaliste éditorialiste à L'Express. E.Vincent est reporter police-justice au journal Le Monde.

J.Garrigues

est historien, spécialiste de la vie politique. J.Fourquet est directeur du département opinion et stratégie à l'Ifop. Bonsoir à tous. E.Macron est-il en train de réanimer la gauche? - C.Barbier: Oui, mais où est-elle, la gauche? Il est en train de réveiller une fracture qui avait disparu au sein des macronistes....

Ce qu'on a dit sur Christophe Barbier

Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier
...président, en visite à Calais, a défendu sa ligne. Il n'y aura pas de nouvelle Jungle à Calais, a-t-il répété sur place. E.Macron est en première ligne pour porter un projet de loi sur l'immigration. Il est populaire dans les sondages, mais cela est contesté dans le milieu associatif. Le sujet divise toujours autant la classe politique.

C.Barbier

est journaliste éditorialiste à L'Express. E.Vincent est reporter police-justice au journal Le Monde. J.Garrigues est historien, spécialiste de la vie politique. J.Fourquet est directeur du département opinion et stratégie à l'Ifop. Bonsoir à tous. E.Macron est-il en train de réanimer la gauche? -

C.Barbier

: Ou...
Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier
...rves sur les délais de rétention. J'ai des réserves sur les mineurs. Pardon, la rétention. On ne voit pas bien la limite. - Le ministre de l'Intérieur veut rester ferme. En 2017, les éloignements d'étrangers en situation irrégulière ont augmenté de 14,6 %. - C.Roux: Nous reprenons notre discussion avec cette question. -

C.Barbier

: Ily a eu ce traitement par B.Cazeneuve de Calais. A la suite de M.Valls, il a été dans une ligne de fermeté. La gauche a évolué sur ces sujets. Au fil des ans, on s'est rangé à gauche sur un discours de réalisme parfois un peu brutal. Il est incarné par cette phrase de M.Rocard: "On ne peut pas accueillir t...
Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier Christophe Barbier C dans l'air du 16 janvier
...- E.Vincent: Que ce soit plus souple sur les mineurs et le rapprochement familial. Tout ça est prévu par les accords de Dublin, mais c'est du cas par cas. - C.Roux: Question. - J.Garrigues: La frontière est en France. -

C.Barbier

: C'est l'espace Schengen. - J.Garrigues: Depuis les accords du Touquet. Il faut que les choses bougent. Le moment est propice, à cause du Brexit. - C.Roux: Ça a changé quoi? - J.Garrigues: Ça a affaibli la position britannique. - E.Vincent: Ça a sorti des accords de Dublin. -

C.Barbier

: E.Macron ne...

Ce qu'on a dit sur Jérôme Fourquet

Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier
...Sur le droit d'asile, la France reste hospitalière. Elle l'est moins que certains de ses voisins. Il faut soutenir la machine économique et la croissance. -

J.Fourquet

: Il n'y a pas un peuple européen qui est prêt à entendre cela. - C.Barbier: Les Allemands! -

J.Fourquet

: Regardez où en est A.Merkel aujourd'hui. Ily a une poussée en Allemagne de l'extrême droite qui est inédite Les thèmes abordés, c'est du pain bénit pour l'extrême droite. Le président autrichien a dit...
Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier
...Manifestement non pour ceux-là. Le message de fermeture envoyé par l'Europe fait que les réseaux de passeurs... -

J.Fourquet

: Les réseaux sont toujours très actifs. Ily a de l'argent derrière. C'est un message subliminal envoyé à nos populations nationales et étrangères. - C.Roux: Ça change quelque chose? -

J.Fourquet

: Ce n'est pas évident. La Syrie et la Turquie ont fermé le robinet massivement. Ily a un début très précaire d...
Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier Jérôme Fourquet C dans l'air du 16 janvier
...- C.Barbier: La plupart des politiques considèrent que ça ne marche plus comme ça. Le modèle canadien ne peut pas être appliqué à la France. -

J.Fourquet

: On est arrivés au moment où ce débat montait en puissance avec la crise économique. - J.Garrigues: Dans le projet de loi, ily a un encouragement aux capacités des étrangers qui souhaiteraient venir en France. L'immigration qualitative. - C.Roux: Pour venir faire leurs études. -

J.Fourquet

: On a une difficulté sur l'immigration choisie. On va prendre des métiers en tension, mais ça peut être aussi dans le médical. L'objectif de contribuer au développement de ces pays, si vous drainez toutes leurs élites, vous les enfoncer dans le sous-développement. - C.Barbier: Ça peut être à titre provisoire pour terminer une formation. - E.Vincent: Le travail au noir?...

Ce qu'on a dit sur Christian Barbier

Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier
...président, en visite à Calais, a défendu sa ligne. Il n'y aura pas de nouvelle Jungle à Calais, a-t-il répété sur place. E.Macron est en première ligne pour porter un projet de loi sur l'immigration. Il est populaire dans les sondages, mais cela est contesté dans le milieu associatif. Le sujet divise toujours autant la classe politique.

C.Barbier

est journaliste éditorialiste à L'Express. E.Vincent est reporter police-justice au journal Le Monde. J.Garrigues est historien, spécialiste de la vie politique. J.Fourquet est directeur du département opinion et stratégie à l'Ifop. Bonsoir à tous. E.Macron est-il en train de réanimer la gauche? -

C.Barbier

: Ou...
Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier
...rves sur les délais de rétention. J'ai des réserves sur les mineurs. Pardon, la rétention. On ne voit pas bien la limite. - Le ministre de l'Intérieur veut rester ferme. En 2017, les éloignements d'étrangers en situation irrégulière ont augmenté de 14,6 %. - C.Roux: Nous reprenons notre discussion avec cette question. -

C.Barbier

: Ily a eu ce traitement par B.Cazeneuve de Calais. A la suite de M.Valls, il a été dans une ligne de fermeté. La gauche a évolué sur ces sujets. Au fil des ans, on s'est rangé à gauche sur un discours de réalisme parfois un peu brutal. Il est incarné par cette phrase de M.Rocard: "On ne peut pas accueillir t...
Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier Christian Barbier C dans l'air du 16 janvier
...- E.Vincent: Que ce soit plus souple sur les mineurs et le rapprochement familial. Tout ça est prévu par les accords de Dublin, mais c'est du cas par cas. - C.Roux: Question. - J.Garrigues: La frontière est en France. -

C.Barbier

: C'est l'espace Schengen. - J.Garrigues: Depuis les accords du Touquet. Il faut que les choses bougent. Le moment est propice, à cause du Brexit. - C.Roux: Ça a changé quoi? - J.Garrigues: Ça a affaibli la position britannique. - E.Vincent: Ça a sorti des accords de Dublin. -

C.Barbier

: E.Macron ne...

C DANS L'AIR DU 13 JANVIER

Ce qu'on a dit sur Nicolas Hulot

Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier
...C'est un vrai traumatisme. Ils en parlent encore aujourd'hui. Je ne crois pas un seul instant que l'Etat prendra le moindre risque d'un 2e drame. Je ne juge pas ce qu'il s'est La justice a ordonné un non-lieu la semaine dernière. Mais on ne prendra pas ce risque. Il y a des solutions de sortie qui sont agitées par les proches de

Nicolas Hulot

. On est en train de réfléchir à un après-ZAD pour montrer qu'on n'a pas cédé aux zadistes. - B.Toussaint: Ilva y avoir une évacuation quoi qu'il arrive. 2 500 gendarmes seront mobilisés. On montre un peu les muscles? - S.Quéméner: Oui, mais un travail très important est fait.

Nicolas Hulot

est très pr...
Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier
...Depuis que la médiation s'est mise en route,

Nicolas Hulot

s'est mis de côté. Il était présent hier avec les élus locaux. Edouard Philippe a dit aux élus locaux qu'en en aucun cas,

Nicolas Hulot

avait mis sa démission dans la balance. Edouard Philippe a dit qu'il ne contestait pas la consultation contrairement à ce qu'il a été laissé entendu. C'est Edouard Philippe qui annoncera la décision. On voit bien sa méthode. D'abord, c'est un élu local, alors il sait parler aux élus locaux. C'est un plus, dans le dossier. Et Emmanuel Macron a des rapports C'est le président de la République qui prendra la décision, c'est le dossier du début de l'année. Il voit bien que quand il met bout à bout tous les éléments, comme le fait de se démarquer de François Hollande, tout ça est de la politique nationale. Ensuite, ily a les questions locales. Il y a eu une consultation validée 179 recours en justice ont été retoqués par les différents mouvements....
Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier Nicolas Hulot C dans l'air du 13 janvier
...Ils ont fait naufrage ensemble. On a aussi Matthieu Orphelin, ancien porte-parole de la Fondation Nicolas Hulot, qui est aujourd'hui député. Il met des solutions en avant. José Bové n'a pas la même culture politique que

Nicolas Hulot

, mais il l'avait soutenu pour la primaire. Ily a tout un réseau qui se met en place pour dire qu'on n'est pas obligé d'évacuer la ZAD. Ily a un choc des cultures. Ceux qui occupaient le plateau du Larzac ne sont pas que ceux qui sont aujourd'hui dans la ZAD. Les terres pourraient être gérées par ce...

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Macron

Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier
...imées. - P.Subra: Dans la commune qui accueille l'aéroport, il y a un très fort vote contre Notre-Dame-des-Landes, qui paraît a priori surprenant. L'aéroport est une source de richesse. C'était aussi une source d'identité pour la ville. - A.Gossement: Ce sont des gens qui travaillent sur l'infrastructure. - BJeudy: Pour

Emmanuel Macron

, deux personnages sont dans son environnement. Ils ont l'oreille du président. Il y a son directeur de cabinet, Patrick Strzoda. Il connaît assez bien l'aspect sécurité. Il fut aussi préfet de la région Bretagne. L'autre personne qui a un rôle important, c'est Jean-Yves Le Drian, ancien président Il n'...
Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier
...Ils ont la légitimité des élus, de la consultation, ça montrerait une décision de fermeté et on sait

qu'Emmanuel Macron

aime bien la bagarre. Ça pourrait être une option. - BJeudy: La question se pose. Le problème est l'évacuation de la ZAD.

Emmanuel Macron

s'était prononcé de façon moins nette pendant la campagne présidentielle pour Notre-Dame-des-Landes. Certaines choses se sont passées depuis le début de son ma...
Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier Emmanuel Macron C dans l'air du 13 janvier
...Le 13 décembre dernier, 3 experts mandatés par le gouvernement remettent leur copie au Premier ministre. Un rapport commandé à son arrivée à l'Elysée par

Emmanuel Macron

. - E.Philippe: Là où le raisonnement privilégié consistait à se poser la question s'il fallait faire Notre-Dame-des-Landes ou rien, le rapport nous invite à réfléchir sur un choix qui se formalisera plutôt de la façon suivante: "Notre-Dame-des-Landes ou un réaménagement de l'aéroport Nantes-Atlantique." - Construire un nouvel aéroport ou réaménager l'actuel aéroport Deux hypothèses raisonnablement envisagées. Depuis, le Premier ministre multiplie les consultations avec tous les acteurs du dossier. Hier il réunissait à Matignon les grands élus locaux. Ils sont très majoritairement favorables au projet - On est là et l'aéroport régional connaît la plus forte augmentation de trafic....

Ce qu'on a dit sur François Hollande

François Hollande C dans l'air du 13 janvier François Hollande C dans l'air du 13 janvier François Hollande C dans l'air du 13 janvier
...d'une décision qui politiquement, serait celle de l'abandon. Pour Edouard Philippe, ily a une difficulté entre la politique nationale et le dossier local. Localement, ily a de grosses Edouard Philippe le dit et le répète, que c'est un dossier difficile. Ce dossier date de 1965. Il a été accéléré à l'initiative de Lioneljospin.

François Hollande

s'y est cassé les dents avec ses ministres. C'est devenu un cactus politique. Ce sera très compliqué, sans même parler de l'évacuation de la ZAD. Ce dossier est compliqué. - B.Toussaint: Ça a été annoncé sur Twitter. Le Premier ministre a lui-même fait cette annonce. Est-ce un coup de com, selon vous? Ou est-ce que ç...
François Hollande C dans l'air du 13 janvier François Hollande C dans l'air du 13 janvier François Hollande C dans l'air du 13 janvier
...t bien sa méthode. D'abord, c'est un élu local, alors il sait parler aux élus locaux. C'est un plus, dans le dossier. Et Emmanuel Macron a des rapports C'est le président de la République qui prendra la décision, c'est le dossier du début de l'année. Il voit bien que quand il met bout à bout tous les éléments, comme le fait de se démarquer de

François Hollande

, tout ça est de la politique nationale. Ensuite, ily a les questions locales. Il y a eu une consultation validée 179 recours en justice ont été retoqués par les différents mouvements. C'est compliqué. Il ne faut pas donner l'impression de céder, sur ce dossier. Si l'Etat choisit l'agrandissement, il faudra...
François Hollande C dans l'air du 13 janvier François Hollande C dans l'air du 13 janvier François Hollande C dans l'air du 13 janvier
...Ils nous ont brutalisés, mais on va sans doute retourner sur les lieux rapidement, aussitôt que l'on pourra. - Vous êtes des souris de laboratoire. - L'opération échoue. La ZAD est rapidement réinvestie. L'Etat lance alors des consultations.

François Hollande

annonce finalement un vote pour arbitrer, - F. Hollande: Si c'est oui et que la population accepte cet aéroport, alors tout le monde devra l'accepter. Si c'est non, l'Etat en tirera les conséquences. - En juin, dans les bulletins, c'est finalement oui. En dépit des promesses, rien n'est fait avant la fin d...

Ce qu'on a dit sur Bernard Cazeneuve

Bernard Cazeneuve C dans l'air du 13 janvier Bernard Cazeneuve C dans l'air du 13 janvier Bernard Cazeneuve C dans l'air du 13 janvier
...Ça fait des années... On a envoyé à Marianne 5 reporters. Ily a des enfants de la ZAD - BJeudy: Dans son livre,

Bernard Cazeneuve

explique qu'on est dans un contexte d'état d'urgence. Ça n'excuse pas le fait qu'il n'ait pas pris de décision, mais c'est pour remettre dans le contexte. L'évacuation de la ZAD, selon

Bernard Cazeneuve

, nécessiterait la mobilisation de pratiquement la moitié des forces mobiles du pays. Et ensuite...
Bernard Cazeneuve C dans l'air du 13 janvier Bernard Cazeneuve C dans l'air du 13 janvier Bernard Cazeneuve C dans l'air du 13 janvier
...y sont accoutumés. Se met en place aujourd'hui une réflexion sur l'après-ZAD. Pour avoir fait partie de la commission qui a été mise en place par Ségolène Royal après le drame de Sivens, il ne faut pas sous-estimer le traumatisme pour les hauts fonctionnaires et les ministres qui étaient là Cette affaire a beaucoup abîmé l'image de

Bernard Cazeneuve

. C'est un vrai traumatisme. Ils en parlent encore aujourd'hui. Je ne crois pas un seul instant que l'Etat prendra le moindre risque d'un 2e drame. Je ne juge pas ce qu'il s'est La justice a ordonné un non-lieu la semaine dernière. Mais on ne prendra pas ce risque. Il y a des solutions de sortie qui sont ag...

Ce qu'on a dit sur Manuel Valls

Manuel Valls C dans l'air du 13 janvier Manuel Valls C dans l'air du 13 janvier Manuel Valls C dans l'air du 13 janvier
...- A.Gossement: Ils ont une épine dans le pied, qui est la consultation prévue A l'époque,

Manuel Valls

avait dit qu'il consulterait les gens sur place et respecterait la parole donnée. On sait que cette parole était un "oui", dans un contexte particulier. Ily a besoin de consulter pour faire oublier la consultation. On consulte beaucoup en allant sur place, comme l'avait fait

Manuel Valls

. Il avait choisi de consulter des citoyens. Or ici, Edouard Philippe ne consulte pas les citoyens mais les élus. Il sait très bien qu'ilva les agacer mais il faut les remettre en scène. Il sait que la majorité d'entre eux est favorable à l'aéroport, mais il leur redonne la parole. Il veut faire passer le message que c'est eux qui vont décider de l'avenir de ce dossier. Lorsque Edouard Philippe reçoit le rapport des médiateurs en décembre, il dit: "Ily a une solution qu'on n'avait pas étudiée."...
Manuel Valls C dans l'air du 13 janvier Manuel Valls C dans l'air du 13 janvier Manuel Valls C dans l'air du 13 janvier
...Ily a eu des épreuves de force qui ont raté, comme l'opération César. C'était une opération d'évacuation, en 2012 qui s'est soldée par une réoccupation en masse avec un soutien important, quelques semaines plus tard. Ily a eu des coups de menton, dont

Manuel Valls

est coutumier. Ily a eu des propositions d'ouverture, de dialogue, avec la commission du dialogue. Et puis il y a eu cette fausse bonne idée du référendum, qui s'est transformée en piège et en difficulté supplémentaire pour sortir du conflit. Maintenant, il faut expliquer à l'opinion publique qu'on ne respecte pas le vote...

C DANS L'AIR DU 12 JANVIER

Ce qu'on a dit sur Isabelle Saporta

Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier
...C'est tout l'objet de la plainte pour tromperie que l'UFC-Que Choisir a posé. -

I.Saporta

: Il faut que l'Etat arrête de sombrer dans ce chantage à l'emploi et qu'il s'attaque à ces grands groupes. Il faudrait un peu de courage politique. -

I.Saporta

: Il peut y aller. Il peut faire en sorte qu'ils soient obligés de remonter directement, de publier, quand ily a On peut faire des amendes...
Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier
...Le manque de concurrence est structurel au secteur. Cette autorégulation, dans ce type de secteur, quand ily a peu d'acteurs et que ce n'est pas très concurrentiel, ça fonctionne moins bien. - B.Toussaint: J'ai entendu ce que disait N.Bouzou concernant les conséquences d'une telle affaire... -

I.Saporta

: C'est une catastrophe. - B.Toussaint: Il n'y a pas d'erreur volontaire. -

I.Saporta

: On ne peut pas On ne peut pas jeter l'opprobre sur une entreprise en disant que c'est volontaire. - B.Toussaint: Ily a de la négligence? -

I.Saporta

: Tout cela est très compliqué. Vous collectez votre lait....
Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier Isabelle Saporta C dans l'air du 12 janvier
...ouler. E.Besnier n'est pas sorti de sa réserve. Il a consenti à aller chez B.Le Maire. En 2016, quand il a été mis en cause par les agriculteurs qui se plaignaient des tarifs du lait pratiqués par Lactalis, qui les sous-payaient notoirement, S.Le Foll, ministre de l'Agriculture, n'avait pas réussi à joindre E.Besnier. -

I.Saporta

: C'était mythique! - E.Ducros: La seule personne que l'on ait vue, c'est le porte-parole M.Nalet. C'est la seule incarnation physique de Lactalis. - B.Toussaint: Le groupe reconnaît ses erreurs, par la voix de son porte-parole. Le gouvernement dit que des excuses, ça ne va pas suffire. Question. -

...

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Besnier

Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier
...e stratégie de se cacher derrière ses marques. Elle communique derrière ses marques. Il a des marques en France et un peu partout dans le monde. Mais on ne fait pas le lien. Aujourd'hui, les gens sont bien Tout le monde sait que le camembert Président, c'est Lactalis. Le capitaine du Titanic est quand même en train de couler.

E.Besnier

n'est pas sorti de sa réserve. Il a consenti à aller chez B.Le Maire. En 2016, quand il a été mis en cause par les agriculteurs qui se plaignaient des tarifs du lait pratiqués par Lactalis, qui les sous-payaient notoirement, S.Le Foll, ministre de l'Agriculture, n'avait pas réussi à joindre

E.Besnier

....
Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier
...I.Saporta, vous êtes journaliste, spécialiste de l'agriculture. E.Ducros, vous êtes journaliste économique à L'opinion, en charge des questions agricoles. Bonsoir et merci de participer à l'émission. Nous attendons vos questions par SMS et Internet. B.Le Maire est en première ligne dans ce dossier. Il a reçu le patron de Lactalis,

E.Besnier

. Que dire de cette décision? La reprise de toute boîte de lait fabriquée à Craon, quelle que soit la date... Ça sert à quoi? - C.Musso: A rassurer les consommateurs. Ils se posent beaucoup de questions. Un retrait est ordonné par les pouvoirs publics. L'effectivité de celui-ci n'est pas au rendez-vous. On retr...
Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier Emmanuel Besnier C dans l'air du 12 janvier
...ses comptes. Cela lui vaut une amende de quelques milliers d'euros chaque année. Elle est en illégalité sur ce point et accepte de payer une amende C'est la 3e génération à la tête de l'entreprise. C'est une entreprise familiale. Elle fait 58 % de son chiffre d'affaires en Europe. Le reste, hors de l'Europe. Le patron,

E.Besnier

, on ne l'a pas On a 3 ou 4 photos de lui. Il a 47 ans. C'est tout ce que l'on sait. - B.Toussaint: C'est la 11e fortune française? - E.Ducros: Entre 11 et 13. Il oscille selon les années. Son capital est entièrement détenu ses frères et soeurs et lui. Dans la plupart des entreprises, ily a d'habitude un conseil...

Ce qu'on a dit sur Frédéric Beigbeder

Frédéric Beigbeder C dans l'air du 12 janvier Frédéric Beigbeder C dans l'air du 12 janvier Frédéric Beigbeder C dans l'air du 12 janvier
...-Anne-Elisabeth: Il est hors de question de décéder sans réagir. Voilà la bonne résolution de

F.Beigbeder

, qui rêve d'une vie sans fin et qui s'en donne les moyens dans son dernier roman. Il sera accompagné dé l'animatrice préférée des Français. -K.Le Marchand: Tu vas me faire pleurer. -Pleure. Je peux te sécher les larmes. -Anne-Elisabeth: K.Le Marchand toute chose devant les agriculteurs. Elle revient avec une 13e saison de "L'amour est dans le pré". Une nouvelle collection de "Ambition intime". Après les candidats à la présidentielle, ce sont des stars qui se confessent sur son canapé. On aura le fact checking, le débrief de la semaine avec Maxime et Antonin, et notre coup de coeur cinéma de cette rentrée: un film émouvant, lumineux, inspiré d'une histoire vraie, le portrait sensible d'une mère malade, mais toujours fantasque. -"T'es déguisée?...