Nos extraits de C dans l'air sur France 5

Revenir en haut
C dans l'air sur France 5
#cdanslair
Du lundi au vendredi à 17h45 et 22h25
C dans l'air est une émission télévisée française de débat consacrée à l'actualité. Ce programme est diffusé du lundi au vendredi, à 17 h 45 et en direct sur France 5 (anciennement La Cinquième jusqu'en 2002) depuis le 17 septembre 2001. Produit par Jérôme Bellay, il est présenté par Yves Calvi, remplacé parfois par Thierry Guerrier (joker de 2006 à 2010), Axel de Tarlé (joker depuis 2008) ou Laurent Bazin (joker depuis 2011).

LES PRESENTATEURS & PRESENTATRICES

Caroline Roux

Axel de Tarlé

LES PERSONNALITES DONT ON PARLE LE PLUS SOUVENT

Stéphane Bern

20 fois

Jérôme Fourquet

17 fois

Emmanuel Macron

11 fois

Bruno Fuligni

7 fois

François Mitterrand

4 fois

LES EXTRAITS DES EMISSIONS

C DANS L'AIR DU 15 SEPTEMBRE

Ce qu'on a dit sur Stéphane Bern

...onde imaginaire. C'est ce qui explique les rois, les reines, les fées... C'est être relié à quelque chose qui a une longue histoire. - Une longue histoire qu'il veut continuer à mettre en valeur. L'année prochaine, il sera de nouveau l'ambassadeur du loto du patrimoine. - A. de Tarlé : Question d'un téléspectateur... Pourquoi

Stéphane Bern

? - C. Bommelaer : Il a pris quelqu'un qui pouvait prêter sa notoriété à la cause.

Stéphane Bern

le dit lui-mémé, il prêté sa célébrité... Il est très connu, il fait ses émissions "Le plus beau village de France", "Secrets d'Histoire"... C'est un professionnel de la communication. - A. de Tarlé : Pour...
...cocher une grille de loto. La Française des Jeux espère récolter près de 20 millions d'euros qui reviendront à la Fondation du patrimoine. Un succès dans les bureaux de tabac mais une goutte d'eau face à l'ampleur des restaurations nécessaires en France. Notamment dans les régions, délaissées au profit de la capitale, ce que déplore

Stéphane Bern

. - Quand je vois qu'on donne 450 millions pour le Grand Palais à Paris alors que les églises de nos campagnes sont en train de disparaître, je trouve cela injuste. - D'autant qu'un projet législatif inquiète l'animateur et les défenseurs du patrimoine: une future loi qui pourrait empêcher le ministère de la Culture de...
...Fourquet: Dans un contexte d'argent public qui se raréfie, c'est une volonté très pragmatique du Président et de

Stéphane Bern

d'aller chercher de l'argent ailleurs. Il faut voir cela comme une première initiative qui va rapporter un peu. Mais sans doute espère-t-on en haut lieu que cela va créer un déclic dans la population française. D'ailleurs,

Stéphane Bern

a dit que si ce n'était pas assez, on pouvait très bien faire des...

Ce qu'on a dit sur Jérôme Fourquet

...On voyait les gens défiler car il y avait un cordon... François Hollande travaillait sur un bureau Louis XV, très ancien... Ily avait un cordon rouge, on voyait Hollande derrière le bureau et les gens qui défilaient devant... Ily a un député de l'opposition qui avait dit que c'était le Musée - A. de Tarlé :

Jérôme Fourquet

, vous comprenez que les présidents s'approprient ces - J. Fourquet : Ily a à peu près 70 monuments à visiter par département. Cela prouve l'attachement de nos concitoyens à leur histoire. Ça se vérifie pendant les journées du patrimoine mais aussi toute l'année, avec le public qui vient visiter de nombreux lieux d...

Ce qu'on a dit sur Emmanuel Macron

...Fourquet : Ily a aussi un élément qui n'a pas échappé à

Emmanuel Macron

, ily a un plan gouvernemental qui est sorti pour doper encore davantage la fréquentation touristique étrangère de notre pays. On a près de 85 millions de touristes en France chaque année et l'objectif, c'est de monter à 100 millions. - A. de Tarlé : Le monument le plus visité de France, c'est quand même Euro...
...- A. de Tarlé : Et

Emmanuel Macron

hésite à faire des travaux de peur qu'on lui reproche la facture? - C. Bommelaer : Je pense qu'il y songe, car ce n'est pas très efficace, on perd du temps! Mais c'est vrai que faire des grands travaux, on s'expose à de grandes critiques. - A. de Tarlé : Est-ce que c'est du patrimoine ou du voyeurisme, quand on va visiter cela? - C. Bommelaer : C'est du patrimoine! Ily a tout un tas de gens illustres qui y ont habité. Ily a eu le comte d'Evreux pour lequel le bâtiment a été construit, ily a la Pompadour, les Murat, Louis Napoléon... C'est du patrimoine! - A. de Tarlé : Et on se l'approprie en visitant? - C. Bommelaer : On s'approprie cette histoire. On est un peu chez soi!...
...On voyait des tas de gens qui faisaient des selfies avec

Emmanuel Macron

! - C. Bommelaer : C'est un peu tout, on veut voir l'histoire ancienne et l'histoire immédiate. François Mitterrand a lancé les Journées du patrimoine mais il ne voulait pas accueillir les gens sur le perron... Il estimait que la fonction présidentielle devait garder une partie de sacré. - A. de Tarlé : Alors que c'était son ministre qui avait initié les Journées du patrimoine! - C. Bommelaer : Oui, il pensait que l'Elysée devait garder une part Mais en dehors de François Mitterrand, tout le monde s'est prêté à accueillir les gens, avec cette idée de faire passer "vous êtes chez vous". - A. de Tarlé : François Hollande, ça s'est toujours bien passé? - C....

Ce qu'on a dit sur Bruno Fuligni

...-

B. Fuligni

: Ce n'est pas au niveau des régions. Ily a des monuments qui menacent ruine et des monuments qu'il faut entretenir. Mais on trouve cela sur l'ensemble du territoire. - A. de Tarlé : Mais peut-on dire que les grandes métropoles sont choyées et que le reste est oublié? -

B. Fuligni

: Disons que vous avez des communes qui ont vraiment très peu de ressources. S'il n'y a pas derrière la région, l'Etat ou un mécène... Mais je crois beaucoup à la notion de volonté. La bonne nouvelle, c'est que si les citoyens s'y intéressent, les élus s'y intéresseront. Mais quand on veut bâtir un affreux Centre des congrès en béton, on trouve l'argent. Pour un ignoble rond-point, ily a toujours des centaines de milliers d'euros!...
...-

B. Fuligni

: Les Français aiment leur patrimoine, ils ne demandent qu'à visiter, entrer, découvrir... Ily a beaucoup de légendes autour de nos monuments, de nos châteaux, de nos institutions. C'est l'occasion de voir un peu l'envers du décor. Les Français sont très sensibles aussi au côté coulisses. On veut voir ce que l'on ne voit pas d'habitude! Je ne suis pas surpris, je suis ravi. C'était un bonheur de voir les gens faire la queue très tôt auprès des monuments parisiens ce matin, comme pour un concert! - A. de Tarlé : Claire, j'ai lu ce matin votre article sur la vedette de ces Journées du patrimoine, l'Elysée. Vous décrivez notamment les cuisines... C'est cela qu'on a envie d'aller voir?...
...trimoine. On n'a pas de pétrole, pas de gaz mais on a le pays le plus vaste de l'UE et le plus riche d'un point de vue patrimonial. - A. de Tarlé : C'est une source de frustration supplémentaire, dans les campagnes oubliées, de voir que le patrimoine est complètement Je reprends l'exemple de cet aqueduc romain qui est en train de -

B. Fuligni

: C'est très varié. D'abord, il faut distinguer le statut des monuments. A Paris, ily a des monuments qui sont des institutions en soi et qui ont leur propre financement. Pour l'aqueduc, la région concernée a mis un peu d'argent. Mais ily a aussi une question de volonté. Ily a des communes qui ont littéralement d...

Ce qu'on a dit sur François Mitterrand

...Bommelaer : C'est un peu tout, on veut voir l'histoire ancienne et l'histoire immédiate.

François Mitterrand

a lancé les Journées du patrimoine mais il ne voulait pas accueillir les gens sur le perron... Il estimait que la fonction présidentielle devait garder une partie de sacré. - A. de Tarlé : Alors que c'était son ministre qui avait initié les Journées du patrimoine! - C. Bommelaer : Oui, il pensait que l'Elysée devait garder une part Mais en dehors de

François Mitterrand

, tout le monde s'est prêté à accueillir les gens, avec cette idée de faire passer "vous êtes chez vous". - A. de Tarlé : François Hollande, ça s'est toujours bien passé? - C. Bommelaer : On ne sait pas qui a eu l'idée saugrenue en 2016 de conseiller à François Hollande de s'asseoir derrière son bureau, dans le salon doré, en faisant semblant de travailler. Comme ça, les Français auraient pu photographier le Président au En fait, ça a donné quelque chose d'invraisemblable!...
...Bommelaer : Oui, elles ont été refaites déjà par

François Mitterrand

qui trouvait qu'entre les anciennes cuisines et la salle à manger privée, ily avait une telle distance que tous les plats arrivaient froids! Donc, il a fait refaire des cuisines de 500 mètres carrés, mais elles sont situées sous le salon Napoléon III, le grand salon où se déroule les grandes réceptions. Et il y a ce petit escalier, on a du mal à se croiser, surtout avec des grands plateaux! - A. de Tarlé : Et Emmanuel Macron hésite à faire des travaux de peur qu'on lui reproche la facture? - C. Bommelaer : Je pense qu'il y songe, car ce n'est pas très efficace, on perd du temps! Mais c'est vrai que faire des grands travaux, on s'expose à de grandes critiques. - A. de Tarlé : Est-ce que c'est du patrimoine ou du voyeurisme, quand on va visiter cela?...
...unes. Une toute petite commune perçoit deux fois moins par habitant que la ville de Paris ou la ville de Rennes. Donc, les moyens des collectivités territoriales pour aider à la réhabilitation du patrimoine ancien sont bien moindres. Ensuite, lorsque vous regardez les grandes décisions patrimoniales ces dernières années, que ce soit chez

François Mitterrand

, Georges Pompidou, ce sont des monuments nouveaux. La Grande Arche, la pyramide du Louvre ou le Centre Pompidou... On a créé à Paris de nouveaux monuments emblématiques. Il a fallu les financer et surtout, ils ont des coûts d'entretien phénoménaux! C'est évidemment de l'argent qui n'est pas utilisé ailleur...