Nos extraits de La grande librairie sur France 5

Revenir en haut
La grande librairie sur France 5
#lagrandelibrairie #lgl
Tous les jeudi à 20h40
La Grande Librairie est une émission littéraire présentée par François Busnel et diffusée sur France 5 depuis septembre 2008. L'émission est diffusée en direct et a lieu en public. De format 60 minutes, elle est réalisée par Adrien Soland et produite par Rosebud Productions. Le dessinateur Jul ponctue les interviews de François Busnel par des dessins humoristiques.

LES PRESENTATEURS & PRESENTATRICES

François Busnel

LES PERSONNALITES DONT ON PARLE LE PLUS SOUVENT

Karol Beffa

17 fois

Christian Bobin

13 fois

Luke Wilson

11 fois

George Bridgetower

4 fois

Anna Akhmatova

3 fois

Donald Trump

3 fois

Lambert Wilson

3 fois

Siri von Essen

2 fois

Olympe de Gouges

2 fois

Alexandre Dumas

2 fois

LES EXTRAITS DES EMISSIONS

LA GRANDE LIBRAIRIE DU 19 JANVIER

Ce qu'on a dit sur George Bridgetower

George Bridgetower La grande librairie du 19 janvier George Bridgetower La grande librairie du 19 janvier George Bridgetower La grande librairie du 19 janvier
...Voici la véritable histoire de cette fameuse sonate. Un chef-d'oeuvre de Beethoven qui est devenu une nouvelle de Tolsto' l'. Vous déconstruisez aussi une histoire.

George Bridgetower

a séduit le monde entier avant de tomber dans l'oubli. Voici un air de la symphonie. Dans quelles conditions cette sonate a été écrite ? - E. Dongala : Je veux dire que si Bridgetower n'avait pas existé, cette sonate n'existerait pas. Une pièce sublime aurait été perdue. L'histoire est simple.

George Bridgetower

vivait en Autriche. avait comme maître Joseph Haydn. - F. Busnel : Je vais vous raconter l'histoire de la sonate. Ça tient en deux pages. C'est flamboyant. Beethoven l'écrit en une nuit. - E. Dongala :

George Bridgetower

arrive et demande à ce qu'ils jouent ensemble. - F. Busnel : Ils jouent dans les bars tous les soirs. - E. Dongala : Beethoven accepte d'écrire cette sonate....
George Bridgetower La grande librairie du 19 janvier George Bridgetower La grande librairie du 19 janvier George Bridgetower La grande librairie du 19 janvier
...Dongala : Il n'a pas eu le temps de recopier.

George Bridgetower

Bridgetowerjouait en regardant par-dessus l'épaule de Beethoven. C'est une histoire extraordinaire. - F. Busnel : Ce sont les conditions de création de cette sonate. - E. Dongala : Et puis ily a eu un grand succès. Ils vont dans les bars, ils boivent. Beethoven était très porté sur la bouteille. Ils ont bu. George fait une remarque déplacée sur la femme que Beethoven aimait. Il tombait amoureux tout le temps. Mais aucune femme ne l'aimait vraiment. Il n'était pas très beau. On le considérait comme fou. Mais quand il était amoureux, il l'était vraiment. George a fait une petite remarque déplacée. Il se lève et s'en va. Il enlève la dédicace pour la donner au plus célèbre violoniste français....

Ce qu'on a dit sur Donald Trump

Donald Trump La grande librairie du 19 janvier Donald Trump La grande librairie du 19 janvier Donald Trump La grande librairie du 19 janvier
...Je me suis dit que vous m'invitiez à parler de Strindberg la veille de l'investiture de

Donald Trump

.

Donald

Trump. C'est une façon de lier l'histoire de Strindberg, l'histoire de ses ex-épouses. Quand ily a une éclipse, tout le monde est à l'ombre. S'ily a misogynie, s'il y a sexisme, tout le monde en souffre. - F. Busnel : Je me demandais qui allait commencer. Peut-être Michel Onfray sur

Donald Trump

. C'est la romancière qui en parle. Vous avez raison d'en profiter pour rappeler que le roman aura peut-être des choses à dire. - R. Detambel : L'intérêt d'Auguste Strindberg a été de constater qu'il y avait une concordance des temps. La concordance des temps, c'est de voir que Strindberg est accusé de blasphème. Parce que dans l'un de ses recueils de nouvelles, il a osé parler des hosties, du vin de messe....

Ce qu'on a dit sur Olympe de Gouges

Olympe de Gouges La grande librairie du 19 janvier Olympe de Gouges La grande librairie du 19 janvier Olympe de Gouges La grande librairie du 19 janvier
...Arrive aussi

Olympe de Gouges

. - E. Dongala : Voltaire a écrit des choses désagréables envers les Noirs que l'on appellerait racistes aujourd'hui. Certains ont pris fait et cause pour les Noirs. Condorcet, dans ses réflexions sur l'esclavage, commence son livre en disant: "Quoi que je ne sois pas de la même couleur que vous, je vous ai toujours pris pour des frères." C'est remarquable. - F. Busnel: Face à eux, ily a un étrange personnage qu'est le chevalier de Saint-George. Il est mulâtre. Il est tellement mulâtre que j'ai l'impression de voir Michael Jackson en 1789, c'est-à-dire un noir qui fait tout pour se blanchir dans tous les sens du terme. Il va servir la Révolution après l'avoir vertement critiquée... - E....
Olympe de Gouges La grande librairie du 19 janvier Olympe de Gouges La grande librairie du 19 janvier Olympe de Gouges La grande librairie du 19 janvier
...On parle déjà d'abolir l'esclavage et les prémices du féminisme. Avec

Olympe de Gouges

. Dans la science, l'idée scientifique commençait à dominer. Ce que je trouvais extraordinaire dans "L'histoire mondiale de la France", c'était le chapitre qui parle de la création du maître. Le principe de départ, c'était l'égalité de tous les peuples de la Terre. Nous allons faire une mesure universelle. Pour qu'elle le soit, elle doit appartenir à quelque chose de commun à tous les hommes et c'est la Terre. Ils mesurent le méridien. Le millionième du quart du méridien terrestre, c'est le maître. Ily avait aussi la chimie qui commençait. La part de fiction, c'est le personnage. Sa vie. Celui donne une vie. Je le mets dans des situations. C'est ça, la part de fiction....

Ce qu'on a dit sur Alexandre Dumas

Alexandre Dumas La grande librairie du 19 janvier Alexandre Dumas La grande librairie du 19 janvier Alexandre Dumas La grande librairie du 19 janvier
...Ily avait toute une élite noire très bien intégrée comme le chevalier de Saint-George,

Alexandre Dumas

, le père de l'écrivain. Ils étaient très bien intégrés. Il y avait cette hiérarchie de la couleur. Certaines élites ne voulaient rien avoir à faire avec les Nègres créoles, les vrais Noirs. A l'époque, on avait des classifications selon le taux de sang noir que vous aviez. Si vous étiez demi-blanc, vous étiez mulâtre. m u lâtre. - F. Busnel: Le père et le fils Bridgetower découvrent cette réalité. Ils ont le sentiment qu'ils pouvaient être de lointains - P. Boucheron : C'est un procès qui met en jeu un esclave noir. Ily a des esclaves noirs au XVe siècle. On voit les habitants du lieu protester auprès du juge en disant : "Nous avons des lois et pour nous, quiconque est ici devient citoyen et doit être libéré"....
Alexandre Dumas La grande librairie du 19 janvier Alexandre Dumas La grande librairie du 19 janvier Alexandre Dumas La grande librairie du 19 janvier
...Dongala :

Alexandre Dumas

portait cette cartouche. - F. Busnel : Votre personnage, le père se fait passer pour un prince d'Abyssinie, alors qu'il a grandi dans les bas-fonds de Londres. Il refuse refuse de porter cette cartouche. Vous montrez très bien qu'ilva se radicaliser peu à peu. On a le sentiment que cette radicalisation, ce sont des passions tristes. - E. Dongala : C'est un roman de quelqu'un qui découvre qu'il n'est pas ce qu'il croit être. Des gens comme le chevalier de Saint-George, bien intégré dans la société, jouait avec la reine Marie-Antoinette. Il était proche d'elle. Il était très important. Quand la reine et le roi voulaient le nommer directeur de l'opéra, il y a 3 divas, une danseuse et 2 chanteuses qui ont dit qu'ils ne pouvaient pas accepter de recevoir des ordres d'un mulâtre....

Ce qu'on a dit sur Siri von Essen

Siri von Essen La grande librairie du 19 janvier Siri von Essen La grande librairie du 19 janvier Siri von Essen La grande librairie du 19 janvier
...Detambel :

Siri von Essen

est une aristocrate. On n'a pas le droit, en Suède, de faire de la comédie si on est aristocrate. Elle va divorcer de son baron de mari pour épouser un roturier, M. Strindberg. Ensuite, sa 2e femme, Frida Uhl, fille du directeur du plus grand journal de Vienne. Il va vouloir la traduire. Ses 3 femmes sont extrêmement indépendantes. Elles veulent leur indépendance. Lui aime ce genre de femmes. C'est aussi ce que j'aime chez Strindberg. C'est aussi un homme qui aime les femmes indépendantes. - F. Busnel : Mais en les blessant. Il ne peut aimer qu'en blessant. - R. Detambel : On réagit comme on peut avec son histoire, ses capacités et son énergie. La plupart du temps, on s'en va....
Siri von Essen La grande librairie du 19 janvier Siri von Essen La grande librairie du 19 janvier Siri von Essen La grande librairie du 19 janvier
...La plupart du temps, on s'en va.

Siri von Essen

divorce. La 2de femme part vite elle aussi. - F. Busnel: Les puissances lui interdisent de consommer le soir des nuits de noces. Il est un peu dans une forme de folie. - R. Detambel : Ce sont des noces mystiques avec sa 3e femme. - F. Busnel : Il a révolutionné son art. Il a révolutionné le théâtre. Ou pas ? - R. Detambel : Vous m'avez demandé ce qu'on lui devait en littérature. C'est important que vous disiez en littérature et pas au théâtre, par exemple. Je crois qu'on le connaît. On le joue encore. Mais en littérature, on ne lit plus ses nouvelles. C'est là où la part de sexisme est imbuvable aujourd'hui. C'est très difficile à absorber, à supporter....

Ce qu'on a dit sur Autriche

Autriche La grande librairie du 19 janvier Autriche La grande librairie du 19 janvier Autriche La grande librairie du 19 janvier
...George Bridgetower vivait en

Autriche

. avait comme maître Joseph Haydn. - F. Busnel : Je vais vous raconter l'histoire de la sonate. Ça tient en deux pages. C'est flamboyant. Beethoven l'écrit en une nuit. - E. Dongala : George Bridgetower arrive et demande à ce qu'ils jouent ensemble. - F. Busnel : Ils jouent dans les bars tous les soirs. - E. Dongala : Beethoven accepte d'écrire cette sonate. Beethoven est le contraire de Mozart. Mozart est le génie. Il a la musique dans la tête. Il s'assoit et compose sa symphonie. Pour Beethoven, composer est laborieux. Il composait pendant des heures. La sonate n'était pas faite à temps. Et Georges le pressait. Il a fini à 5h30. 4 heures avant la répétition. - F....

Ce qu'on a dit sur Brazzaville

Brazzaville La grande librairie du 19 janvier Brazzaville La grande librairie du 19 janvier Brazzaville La grande librairie du 19 janvier
...Vous avez été professeur de chimie à

Brazzaville

, au Congo. Vous avez enseigné aux Etats-Unis comme Philip Roth. Voici la véritable histoire de cette fameuse sonate. Un chef-d'oeuvre de Beethoven qui est devenu une nouvelle de Tolsto' l'. Vous déconstruisez aussi une histoire. George Bridgetower a séduit le monde entier avant de tomber dans l'oubli. Voici un air de la symphonie. Dans quelles conditions cette sonate a été écrite ? - E. Dongala : Je veux dire que si Bridgetower n'avait pas existé, cette sonate n'existerait pas. Une pièce sublime aurait été perdue. L'histoire est simple. George Bridgetower vivait en Autriche. avait comme maître Joseph Haydn. - F. Busnel : Je vais vous raconter l'histoire de la sonate....

LA GRANDE LIBRAIRIE DU 12 JANVIER

Ce qu'on a dit sur Karol Beffa

Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier
...Il est entré à l'âge de 14 ans au Conservatoire et il en est sorti avec 8 premiers prix, dont le premier prix d'improvisation au piano. j'accueille tout de suite

Karol Beffa

. Applaudissements - F. Busnel: Bonsoir. Merci d'avoir accepté cette invitation surprise. Peut-être que ce n'est pas totalement une surprise car vous avez déjà travaillé ensemble, notamment pour ce magnifique album jeunesse : "L'oeil du loup". C'est un conte écrit par Daniel Pennac, et à l'arrivée, ça donne un conte mis en musique par un compositeur. Vous avez remporté, il y a 4 ans, la Victoire de la musique du meilleur compositeur. Vous écrivez des opéras, des concertos. Quel est votre rapport à la lecture ? - K. Beffa : J'adore accompagner des lectures à haute voix. On va le faire prochainement avec Daniel. Je lis à peu près de tout depuis que j'ai des amis qui écrivent, je me sens un peu obligé, mais c'est un plaisir....
Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier
...Busnel: Une des raisons pour lesquelles je vous ai demandé de venir,

Karol Beffa

, c'est que vous avez publié l'an dernier ce livre, "Les Coulisses de la création". Avec un mathématicien qui a reçu l'équivalent du prix Nobel en mathématiques. Ily a des choses étonnantes de conversation dans ce livre. Notamment: que se passe-t-il dans la tête du créateur ? J'aimerais être un neurochirurgien et mettre la tête de Daniel Pennac sous un instrument de mesure. - K. Beffa : J'ai essayé d'avoir ses secrets sur la question au cours de nos conversations. Est-ce qu'il a des moments privilégiés pour écrire ou des rites ? A-t-il l'angoisse de la page blanche ? C'est tout ce qu'on aborde dans ce livre avec la mathématique et la musique. On a fait en sorte que ce livre ne s'adresse pas simplement à des amateurs de musique mais à tout le monde. - F....
Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier Karol Beffa La grande librairie du 12 janvier
...Busnel: Les gens doivent se demander pourquoi

Karol Beffa

s'est installé derrière un piano. En lisant "Les Coulisses de la création", on s'aperçoit à quel point l'improvisation est centrale dans votre vie de compositeur, d'enseignant. On se demande ce que peut être l'improvisation. J'ai eu la chance de vous voir faire et c'est impressionnant. C'est de la littérature, quelque part. C'est quoi, l'improvisation ? - K. Beffa : C'est la création d'un instant. - F. Busnel : Si je dis un mot, vous pouvez le mettre en musique sur 15 ou 20 secondes ? - K. Beffa : Je vais essayer. - F. Busnel: Le mot "Pennac". - K. Beffa : Dans les lettres de l'alphabet, vous avez une analogie avec les notes de musique. Les gammes suivent A, B, C, D....

Ce qu'on a dit sur Christian Bobin

Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier
...Nous l'adorons dans cette émission. j'accueille tout de suite

Christian Bobin

. - D. Pennac : Ce sont d'authentiques surprises. Je ne savais rien. - F. Busnel : J'ai appelé

Christian Bobin

parce que j'avais entendu dans une de vos émissions de radio que l'un de vos remèdes à la mélancolie était la lecture d'un livre que place très haut: "Une petite robe de fête".

Christian Bobin

, poète, écrivain discret, auteur de livres merveilleux. Que représente-t-il, ce livre de

Christian Bobin

, pour vous ? - D. Pennac: La préface de "Une petite robe de fête" a été un émerveillement absolu. Je venais d'écrire... - F. Busnel: Un roman. - D. Pennac: "Comme un roman". Je ne connaissais pas l'existence de Christian. Quelques semaines après la sortie du bouquin, je rentre chez moi....
Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier
...Busnel : Avec peut-être une ou deux différences.

Christian Bobin

pose cette question : comment parvient-on à la lecture ? Comment devient-on lecteur ? Vous évoquez la prière. Vous avez une très belle phrase pour dire que la lecture est semblable à la prière. Mais savons-nous prier ? - C. Bobin : Il m'est arrivé une chose très belle sortie d'un de tes livres, Daniel. En sortant d'un taxi, le conducteur savait qu'il m'emmenait pour cette émission. Il commence à me parler des livres et il me dit: "Est-ce qu'on est bête si on ne lit pas ?" Etje lui ai dit qu'il y avait mille sources d'intelligence et que je connaissais des gens qui avaient de grandes bibliothèques et qui étaient sots et que je connaissais des gens qui étaient illettrés dont le coeur et la pensée touchaient la vie....
Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier Christian Bobin La grande librairie du 12 janvier
...Quant à Antonio Moresco, j'aurais offert le bouquin à

Christian Bobin

. Moresco n'est pas tombé de la dernière pluie. C'est un gars de ma génération qui n'a jamais été lu. Il a été refusé par tous les éditeurs d'Italie, de France et de Navarre jusqu'à ce que Verdier le prenne ici. Il est très surpris qu'on le célèbre. Il n'en revient toujours pas, alors que c'est l'homme d'une oeuvre magnifique, extraordinairement concentrée et tout à fait atypique. Son écriture ne ressemble à rien. - F. Busnel: Daniel, vous défendez depuis longtemps le plaisir de la lecture à haute voix. Je vous propose de mettre vos convictions en pratique avec un lecteur que nous allons accueillir. Il connaît bien votre univers car il a prêté sa voix à l'un de vos romans....

Ce qu'on a dit sur Luke Wilson

Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier
...Voici Lambert

Wilson

. Applaudissements - F. Busnel: Bonsoir. - L.

Wilson

: Bonsoir. - F. Busnel : Merci d'être venu nous rendre visite. Vous êtes en tournée dans toute la France avec un spectacle qui s'intitule : "

Wilson

chante Montand". Je vous ai proposé de venir faire une surprise, de lire du Daniel Pennac. - D. Pennac : J'avais incarné Ernest, qui va très loin. Ernest a eu un succès mondial. Il a marqué une génération. C'est énorme, l'impact d"'Ernest et Célestine". - F. Busnel : C'était la voix au cinéma. Mais je sais que vous êtes aussi un lecteur. Vous lisez la lecture contemporaine, étrangère, française. Un acteur se nourrit de - L.

Wilson

: Le trésor pour nous, c'est d'avoir enfin accès aux livres....
Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier
...Et il cherche qui a pu avoir le culot de lui faire ça. Ily a un certain nombre de monologues avec tous les gens à qui il a eu affaire. - L.

Wilson

: Ensuite, il fait leur fête aux syndicalistes, aux gens de la presse, etc. - F. Busnel : Je voudrais vérifier cette histoire de mémoire, Lambert

Wilson

. En ce moment, sur scène, vous reprenez des chansons d'Yves Montand. Entre les chansons, vous avez glissé, comme en contrebande, des textes d'écrivains. Notamment...
Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier Luke Wilson La grande librairie du 12 janvier
...Monologue que va nous lire Lambert

Wilson

. - L.

Wilson

:Vous imaginez que quelqu'un va lâcher un rond pour nous faire libérer ? Qui? Une rançon ? Contre quoi ? Contre un Lapieta déboulant dans leurs combines minables et leur administration. Trop content que vous les ayez débarrassé de moi. Vous allez faire la tournée des copains. Cent briques et on vous rend Lapieta. On file le double pour me garder. Le triple pour me taper la tronche et encore plus si vous me restituez en boîte. Ma femme, peut-être ? Vous comptez rançonner ma femme ? Faire chanter l'amour, vous allez l'amour ? Alors là, mes chéris, l'amour, vous allez en atteindre le sommet. L'amour, c'est qu'elle ne paiera pas. La preuve absolue de l'amour, c'est qu'elle ne lâchera rien car elle sait que je ne le supporterais pas....

Ce qu'on a dit sur Anna Akhmatova

Anna Akhmatova La grande librairie du 12 janvier Anna Akhmatova La grande librairie du 12 janvier Anna Akhmatova La grande librairie du 12 janvier
...Bobin :

Anna Akhmatova

, c'est la poésie même. C'est une amoureuse. C'est une femme amoureuse. Ce n'est pas une pleureuse. Ce n'est pas le sentiment qui fait la pointe de l'amour. C'est la saisie, la pensée du tigre sur le réel. Quand bien même le tigre finirait par traverser le feu et y rester. On se redresse quand on la lit. Juste une histoire sur elle qui est emblématique, comme une petite parabole de toute écriture, quelle qu'elle soit. C'est une histoire vraie. Elle la met en tête de son poème qui s'appelle "Requiem". C'est l'époque C'est l'époque stalinienne. Son fils est en prison comme beaucoup d'autres fils d'autres femmes ou un de leurs frères ou de leur mari....
Anna Akhmatova La grande librairie du 12 janvier Anna Akhmatova La grande librairie du 12 janvier Anna Akhmatova La grande librairie du 12 janvier
...C'est ça,

Anna Akhmatova

. Est-ce que je peux lire 4 vers La fantaisie de l'éditeur change à chaque fois. Le format, la mise en page. La courtoisie, c'est donner le texte en russe. "Je ne pleurerai pas sur moi, mais si je pouvais ne plus voir le poinçon d'or de l'échec marquer mon paisible front." C'est tout et c'est vraiment tout. " Merveilleux, le chemin d'Han Shan", chez Moundarren. L'éditeur s'est mis en tête de publier les vagabonds célestes, les poètes de Chine et du Japon. Si vous êtes sombre, si vous ne croyez plus en la vie qui pourtant reste toujours là, à portée d'oeil et de main, un de ses livres donne tout. La couverture est splendide. Je vais vous lire un poème....

Ce qu'on a dit sur Lambert Wilson

Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier
...Il a joué dans près de 80 films, 25 pièces de théâtre, sans compter les mises en scène. Voici

Lambert Wilson

. Applaudissements - F. Busnel: Bonsoir. - L. Wilson : Bonsoir. - F. Busnel : Merci d'être venu nous rendre visite. Vous êtes en tournée dans toute la France avec un spectacle qui s'intitule : "Wilson chante Montand". Je vous ai proposé de venir faire une surprise, de lire du Daniel Pennac. - D. Pennac : J'avais incarné Ernest, qui va très loin. Ernest a eu un succès mondial. Il a marqué une génération. C'est énorme, l'impact d"'Ernest et Célestine". - F. Busnel : C'était la voix au cinéma. Mais je sais que vous êtes aussi un lecteur. Vous lisez la lecture contemporaine, étrangère, française. Un acteur se nourrit de - L. Wilson : Le trésor pour nous, c'est d'avoir enfin accès aux livres....
Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier
...Monologue que va nous lire

Lambert Wilson

. - L. Wilson :Vous imaginez que quelqu'un va lâcher un rond pour nous faire libérer ? Qui? Une rançon ? Contre quoi ? Contre un Lapieta déboulant dans leurs combines minables et leur administration. Trop content que vous les ayez débarrassé de moi. Vous allez faire la tournée des copains. Cent briques et on vous rend Lapieta. On file le double pour me garder. Le triple pour me taper la tronche et encore plus si vous me restituez en boîte. Ma femme, peut-être ? Vous comptez rançonner ma femme ? Faire chanter l'amour, vous allez l'amour ? Alors là, mes chéris, l'amour, vous allez en atteindre le sommet. L'amour, c'est qu'elle ne paiera pas. La preuve absolue de l'amour, c'est qu'elle ne lâchera rien car elle sait que je ne le supporterais pas....
Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier Lambert Wilson La grande librairie du 12 janvier
...Busnel : Je voudrais vérifier cette histoire de mémoire,

Lambert Wilson

. En ce moment, sur scène, vous reprenez des chansons d'Yves Montand. Entre les chansons, vous avez glissé, comme en contrebande, des textes d'écrivains. Notamment celui d'une figure martyre. Vous pourriez nous faire un extrait? - L. Wilson : "Leurs chants sont plus beaux que les hommes, plus lourds d'espoir, plus tristes, plus durables. Plus que les jeunes hommes, j'ai aimé leurs chants. J'ai pu vivre sans les hommes. Jamais sans les chants. Il m'est arrivé d'être infidèle à ma bien-aimée, jamais aux chants. En ce monde, de tout ce que j'ai pu voir ou manger, tous les pays où j'ai voyagé, tout ce que j'ai pu voir et entendre, tout ce que j'ai pu toucher et comprendre, rien ne m'a rendu jamais aussi heureux que les chants."...

Ce qu'on a dit sur Autun

Autun La grande librairie du 12 janvier Autun La grande librairie du 12 janvier Autun La grande librairie du 12 janvier
...C'est extraordinaire ce qu'ils font à

Autun

. Quant à Antonio Moresco, j'aurais offert le bouquin à Christian Bobin. Moresco n'est pas tombé de la dernière pluie. C'est un gars de ma génération qui n'a jamais été lu. Il a été refusé par tous les éditeurs d'Italie, de France et de Navarre jusqu'à ce que Verdier le prenne ici. Il est très surpris qu'on le célèbre. Il n'en revient toujours pas, alors que c'est l'homme d'une oeuvre magnifique, extraordinairement concentrée et tout à fait atypique. Son écriture ne ressemble à rien. - F. Busnel: Daniel, vous défendez depuis longtemps le plaisir de la lecture à haute voix. Je vous propose de mettre vos convictions en pratique avec un lecteur que nous allons accueillir....

Ce qu'on a dit sur Chine

Chine La grande librairie du 12 janvier Chine La grande librairie du 12 janvier Chine La grande librairie du 12 janvier
...L'éditeur s'est mis en tête de publier les vagabonds célestes, les poètes de

Chine

et du Japon. Si vous êtes sombre, si vous ne croyez plus en la vie qui pourtant reste toujours là, à portée d'oeil et de main, un de ses livres donne tout. La couverture est splendide. Je vais vous lire un poème. C'est comme les cerises au marché, il faut en goûter une pour savoir. "Quand les gens voient Han Shan, tous disent que son visage, on ne le distingue même pas. Son corps est mal fagoté dans un morceau de tissu. Je parle, ils ne comprennent rien. Il parle, je ne comprends rien. A ceux que je rencontre, je dis : "Essayez, venez à Han Shan" et qu'est-ce qu'il dit ? Il dit que la vie passe et que nous passons et que ce passager, cette mortalité, c'est la plus belle figure de l'éternel et que tout est là sauf nous, idiots que nous sommes."...

Ce qu'on a dit sur Japon

Japon La grande librairie du 12 janvier Japon La grande librairie du 12 janvier Japon La grande librairie du 12 janvier
...L'éditeur s'est mis en tête de publier les vagabonds célestes, les poètes de Chine et du

Japon

. Si vous êtes sombre, si vous ne croyez plus en la vie qui pourtant reste toujours là, à portée d'oeil et de main, un de ses livres donne tout. La couverture est splendide. Je vais vous lire un poème. C'est comme les cerises au marché, il faut en goûter une pour savoir. "Quand les gens voient Han Shan, tous disent que son visage, on ne le distingue même pas. Son corps est mal fagoté dans un morceau de tissu. Je parle, ils ne comprennent rien. Il parle, je ne comprends rien. A ceux que je rencontre, je dis : "Essayez, venez à Han Shan" et qu'est-ce qu'il dit ? Il dit que la vie passe et que nous passons et que ce passager, cette mortalité, c'est la plus belle figure de l'éternel et que tout est là sauf nous, idiots que nous sommes."...