Météo à la carte

voir tous les liens utiles

un bel après-midi, a demain.
- Laurent Romejko : Bonjour, merci de votre fidélité. Bienvenue pour cette nouvelle édition de "Météo à la carte", votre magazine 100% météo. Au menu de ce jeudi 7 février, c'est gris, frais, arrosé, mais c'est un peu mieux à l'ouest.
- Marine Vignes : Salut Laurent, salut à tous! Le soleil perce péniblement à l'ouest mais les températures dégringolent à nouveau. Pour le reste, Laurent vous dira tout à 13h15 et 13h35. Et pour bien commencer, vous allez vous régaler à la mode ch'ti.
- Laurent Romejko : Direction Dunkerque, chez Patricia, qui nous a chaleureusement ouvert les portes de sa maison. Elle a cuisiné rien que pour vous la carbonade flamande, une sorte de boeuf bourguignon du Nord, sauf qu'à la place du vin, on y met de la bière...
- Ici, dans le Nord, les Dunkerquois ont un plat incontournable en hiver: la carbonade flamande. Patricia va nous concocter ce plat. Accompagnée de son mari, elle se rend dans son
épicerie fine pour récupérer les ingrédients.
Pour réaliser une carbonade flamande traditionnelle, il faut deux éléments indispensables...
- Le pain d'épices, c'est bon, et tu mets la bière que tu nous as conseillée...
- Il est temps de se mettre aux fourneaux. Quand il fait froid, un bon plat mijoté est le bienvenu. Patricia est prête à nous livrer les secrets du plat traditionnel de Dunkerque. On commence par faire revenir les oignons dans du beurre, puis on fait griller les tranches de paleron de boeuf.
- Je vais placer l'ail dans la marmite.
- On ajoute un bouquet garni composé de thym et de laurier.
- C'est un plat typique du Nord mais très simple à réaliser. Ca réchauffe en hiver. Ca va bien avec une bonne frite.
- Retour à la recette. On dépose une pincée de sel...
- On place le pain d'épice sur la viande...
- Un conseil: choisissez votre pain d'épice bien moelleux.
- L'autre élément important de la recette, c'est la bière. Moi,
j'utilise de la bière brune.
Je vais la verser dans le plat, ce qui va permettre de lier le tout et de faire fondre le pain d'épice.
- On ajoute une cuillère à soupe de farine pour obtenir une sauce onctueuse. Pendant la cuisson, l'alcool s'évapore et la bière libère ses sucres. Le mélange de pain d'épice et de bière donne une sauce sucrée qui va caraméliser la viande.
- Il faut que la viande soit entièrement recouverte de bière brune. Si au cours de la cuisson vous vous apercevez que le jus a diminué, vous en rajoutez un peu.
- On laisse mijoter 2h30 à feu doux en s'assurant que la bière n'ait pas diminué, sinon on en rajoute.
- C'est cuit.
- On dresse la carbonade sans oublier la garniture favorite des Ch‘tis: les frites. Alors, c'est comment?
- C'est vraiment délicieux! Avec le froid, ça
- Laurent Romejko : L'origine du mot "carbonade" vient du latin "carbo, carbonis", le charbon, parce que la carbonade était une préparation de viandes grillées sur les charbons.
Mais les Belges et les Français du nord de la France ont vite détourné ce plat afin de l'adapter à leur goût.
- Marine Vignes : A propos de gens du Nord qui ont du goût, nous partons maintenant sur la Côte d'Opale rencontrer Emmanuel. Sa passion? Récupérer les morceaux de bois rejetés par la mer les lendemains de tempête. Ce bois constitue la matière première de ses oeuvres...
- Visiter la Côte d‘Opale entre Calais et Dunkerque est une excellente idée même en hiver. Il se peut même que vous croisiez un étrange personnage. Il s'appelle Emmanuel Battesti et sa passion est surprenante. Les morceaux de bois que vous prenez pour de vulgaires détritus sur la plage, cet homme va en faire des objets déco. Tables basses, chaises, bibliothèques et petits objets d'artisanat, les morceaux de bois charriés par les tempêtes vont connaître entre ses mains une seconde vie.
- Voici une ardoise faite avec des rondins de bois trouvés sur la côte. Le bois a été cousu avec de la corde de matelotage. Voici une bibliothèque. Il y a aussi des petits personnages. Tout cela, c'est de la recup et cela plaît fortement aux enfants.
- Ce bois sculpté par la mer porte même un nom, le bois flotté, une véritable passion pour Emmanuel.
- On se retrouve tout seul sur la plage et on est bien. Cela vide la tête. Même la météo, comment elle peut changer en quelques minutes, c'est... On peut voir toutes les saisons en une après-midi.
- 2 heures avant notre arrivée, il a grêlé et maintenant, la météo annonce une mini tempête et une mer agitée. C'est parfait pour ramasser du bois flotté. Certains quittent la plage, pour du bois flotte. Certains quittent la plage, pour Emmanuel, c'est le bon moment pour s'y rendre.
- On va essayer de faire un peu nos courses Ià-dedans.
- Le bois flotté provient d'arbres ou de branches rejetés dans
l'océan, de maisons détruites lors d'inondations ou encore de palettes et de caisses perdues par les cargos au large.
Les jours de tempête, la mer vient rejeter sur le rivage tous ces débris, du pain bénit pour Emmanuel.
- Voilà une planche qui doit provenir d'une palette. C'est une forme qui peut servir pour faire un miroir ou une ardoise. Ici, avec les graviers, ça fait comme une machine à laver, sur le bois, il n'y a plus d'écorce, plus rien. Une fois qu'il va sécher, il va blanchir. Ca le ponce complètement, le nettoie.
- Ce n'est pas un bois comme les autres, il a passé de longs moments dans l'eau de mer qui l'a sculpté, poli au fil du temps. Et surtout, il a voyagé, il a une âme, une histoire.
- Ce morceau-là vient peut-être d'Angleterre, un autre de Belgique... On ne sait pas, c'est la tempête, c'est magique. Sur le miroir radeau, c'est un coffre, c'est marqué "Alaska" dessus. Du coup, on peut s'imaginer comment il a pu voyager.
- La Côte d‘Opale compte 120 km de littoral et ici, la météo change très vite.
Emmanuel choisit ses endroits en fonction des prévisions et il n'est pas rare qu'il s'adapte en cours de journée. La mini tempête annoncée ce matin pointe le bout de son nez, le ciel devient noir, le vent se lève, Emmanuel est sur le qui-vive.
- On voit la pluie au large, une averse qui est en train de tomber. On n'est pas loin de la tempête.
- Emmanuel a eu le nez fin, 5 minutes après, c'est la grande valse des éléments, pluie, soleil et vent avec en point d'orgue un magnifique arc-en-ciel. Parfois, Emmanuel s'assoit tel un sage et attend que la mer lui dévoile ses trésors. Il se perd dans ses pensées et imagine ses futures créations. De retour sur le parking, il tient à nous montrer l'une de ses créations, une chaise qu'il aime particulièrement et dont il ne veut pas se séparer.
- J'ai utilisé le bois dans sa forme, c'est pour cela qu'il est un peu de travers mais il n'y a qu'une
seule chaise comme ça et il n'y en aura pas deux. Rien que ce morceau-là, j'ai cherché deux mois pour trouver le morceau qui correspond vraiment à la distance et à la courbure. C'est que du bonheur, de la galère mais du bonheur. Quand on a un métier qu'on aime, on ne veut pas le lâcher.
- Emmanuel le reconnaît lui-même, la mer, c'est son magasin et aujourd'hui, les courses ont été fructueuses. Il ne travaille pas à la commande, c'est la nature et les éléments qui décideront en partie du résultat final.
- Laurent Romejko : La chaise vous plaît mais il ne veut pas s'en séparer... Emmanuel anime également des ateliers pour les enfants et les personnes handicapées où il leur explique l'importance du recyclage et de la préservation de la nature.
- Marine Vignes : Il participe aussi à des opérations bénévoles pour nettoyer la plage, et avec les déchets, il fait réaliser des oeuvres éphémères.
- Laurent Romejko : Nous allons maintenant à La Défense, tout près
de Paris.
Au coeur du plus important quartier d'affaire d'Europe trône la plus haute tour de France: la tour First. Culminant à 231m, son sommet s'illumine le soir et annonce la météo du lendemain...
- On pourra désormais l'appeler "la tour qui donne la météo"... Depuis décembre 2012, la tour First, dans le quartier d'affaire de La Défense, s'est équipée d'un système inédit. Chaque soir, son sommet change de couleur pour donner la tendance du temps du lendemain. Rouge orangé, il fera beau; des flocons, il va neiger; des gouttes, il va pleuvoir... Avec ses 231 m, c'est la plus haute tour de France. Plus petite que la tour Eiffel, elle dépasse la tour Montparnasse. Pour comprendre comment cette tour peut donner le temps, il faut descendre au sous-sol.
- Nous sommes dans le PC sécurité. Tous les jours, on va voir une information sur le site de Météo France et on donne cette information à notre système.
- Jean-Marc Besson est fier de sa
tour.
Direction le sommet mais attention, ça va très vite...
- On va se retrouver au 44e étage assez rapidement puisque c'est un des ascenseurs les plus rapides de France, avec 7,5 m/s.
- Pour comprendre comment fonctionne le système des couleurs, il faut encore prendre des escaliers. Premières sensations, c'est comme à la montagne, en haut, il fait plus froid...
- Si on est autour de 0 degré en bas, ici on doit être autour de -5. Là, on est protégés mais si on monte sur les pointes de tour, on peut arriver à -7. Enormément de gens regardent la couleur de l'indication météorologique, c'est devenu une sorte de réflexe. Et