Moi, moche et méchant

voir tous les liens utiles

Jean Dujardin depuis son Oscar.
Il sera cette nuit à Los Angeles pour participer à la cérémonie.
- Je verrai ça dans la matinée. Je ne suis pas très à l'aise dans ce genre de chose. Je vais essayer de trouver du plaisir. C'est extraordinaire.
- Claire Chazal : La cérémonie des Oscar sera résumée demain à 13h. C'est la fin de ce journal. Dans un instant, la n "Moi, suivie du film instant, la n "Moi, moche et méchant" d'animation "Moi, moche et méchant" avec la voix de Gad Elmaleh. Pour l'information, vous retrouverez à 13h, Jean-Pierre Pernaut et à 20h, Gilles Bouleau. Excellente soiree.
"Du côté de chez vous".
- Louis Bodin : Bonsoir. Le froid s'est installé sur toute la France et il résiste très facilement. Tout cela avec un ciel souvent gris et accompagné d'averses de neige. On voit clairement la circulation de nord qui domine encore. On retrouve beaucoup de nuages et beaucoup d‘humidite. d'humidité. On se rapproche pour avoir plus de détails. Il y a
beaucoup d'averses de neige, mais il y avait quelques éclaircies.
Côté températures, nous avions dans toutes les régions des valeurs souvent négatives. Même en descendant dans le Sud-Ouest, les températures etaient largement négatives. Ces précipitations nous concernent encore. Elles sont sous forme de neige. Soyez prudents au cours de ces prochaines heures. Il y a toujours ce courant de secteur nord-est qui domine sur la France. Plusieurs limites vont encore circuler. On peut s'attendre à encore beaucoup d'humidité sur la France. Au lever du jour, on retrouvera ce ciel gris et neigeux. Mais c'est surtout dans le Sud-Est que l'on attend les plus hautes intensités. Les nuages sont restés bloqués au nord des Pyrènèes et il y aura beaucoup de chutes de neige. Il y aura peu de changements l'après-midi. Le ciel sera couvert et chargé. Ca ira mieux entre le golfe du Lion et le nord des Alpes. Il y a encore des averses entre la Côte d'Azur et la
Les chutes de neige vont donner jusqu‘à 10cm en plaine dans ces départements du Sud-Ouest.
L'air froid est encore parfaitement installé sur toute la France, et en particulier dans les régions du Voici les températures. Mardi, il y aura probablement encore quelques averses de neige dans le Nord. C'est ira mieux dans le Sud. Sur la Corse, encore des averses. Mercredi, l'amélioration se poursuivra. Jeudi, le ciel sera plus lumineux. Vendredi, temps sec partout. Les températures seront en legère hausse. Le week-end prochain, ça recommence. Il y aura de nouveau des nuages et de l'humidité. Ca ira mieux dans le Sud. Les conditions seront plus clèmentes à Mayotte ou du côté de La Réunion. Bonne soirée sur TF1.
-Ah ! "Sweet Home Alabama".
-Justin !
-Prends-moi en photo. Je porte la pyramide à bout de bras. C'est interdit ! Viens ici ! .Non, stop ! Ne grimpe pas ! Doucement ! Gentil petit garçon. Arrête, maintenant. Ne bouge plus. Non !
Non, non, non, non! Bon, tant pis.
-Oh ! J'ai. J'ai. Explosion.
-Un scandale secoue l'Egypte. On a découvert que la grande pyramide de Gizeh avait ete derobee et remplacée par une réplique gonflable. Un vent de panique souffle, et partout, gouvernements et citoyens protègent leur patrimoine. La police ne disposant d'aucune piste, on se demande qui, parmi les méchants de ce monde, est responsable de cet acte. Et quelle sera sa prochaine cible ?
Pisto-gel. Klaxon.
-Hé ! Bonjour, Gru. Comment ça va ?
-Bonjour, Fred. Votre chien a dépose des petites bombes dans mon jardin, et ça me contrarie. Désolé, vous connaissez les chiens. Ils font où ils veulent.
-Sauf quand ils sont morts. C'est pour rire. Même si c'est vrai, au fond. Bonne journée.
-Oh, 0K. C'est ça. Ronflements. On sonne à la porte. Qui vient m'écraser les pieds ?
-Oh, oh ! On vend des bons cookies.
-AIlez-vous-en. Il n'y a personne.
-Si, il y a quelqu‘un. Je vous entends.
-Ah !
Non, il n‘y a pas quelqu‘un dans... C'est un répondeur.
-Si, c'est vrai. Tenez, écoutez : "Laissez un message après le bip. "Biiiip." Aïe 1
-Au revoir, monsieur le répondeur.
-Viens, Agnès.
-Hein ? Bruits de pas et morsure. Marcel, lâche ! Aïe ! Assis ! C'est bon ! *-Gru !
-Ah, professeur Nefario. ‘-Je sais ce que tu ressens. J'ai aussi rencontré de cruelles déceptions, dans ma vie, mais... A mes yeux, tu compteras toujours parmi les meilleurs.
-Quoi ? Qu'est-ce qui se passe ? ‘-Un type a volé une pyramide. Ils disent que tous les autres méchants font figure de... ringards. Rassemblez les Minions !
-Là, et...
-Minions, rassemblement!
-OK, 0K. Trou. Langage minion.
-Et la famille, ça va ? Super. Salut, Pierre. Ca va, la vie, Rèmi ? Salut à vous, mes chers camarades ! Bien, bien, bien. On se calme ! Merci infiniment. 0K. J'imagine que vous avez eu vent de cette histoire de vol des pyramides. Dis comme ça, ça fait de l'effet.
Certains prétendent même que c'est le coup du siècle.
Mais suis-je contrarié ? Non, je ne le suis pas. Si, un peu. Mais... Nous-mêmes n'avons pas à rougir de notre bilan annuel. Mes chers petits gars, vous pouvez être fiers. Non, pas d'augmentation. Rècapitulons. Bien. Nous avons volé l'écran géant du stade de football. Cris de joie. C'est pas de la gnognotte, ça. Mais ça, ce n'est rien. Nous avons volé la statue de la Liberté ! La petite, celle de Las Vegas.
-Etje ne vous parle pas de la tour Eiffel. Je ne comptais pas vous en parler si vite, maisje travaille sur un projet tout à fait grandiose. Un projet qui réduira cette histoire de pyramide à du bricolage. Car grâce à l'acharnement de mon ami, le Pr Nefario...
-Merci à tous.
-Et le voilà, toujours aussi stylé. Nous avons localisé un piste-réducteur dans un laboratoire secret. Lorsque nous Paurons dérobé, vous et moi, nous aurons enfin la possibilité de réussir le coup du siècle.
Mes amis, nous allons voler...
Du calme ! Attendez une minute. Je ne vous ai pas encore dit de quoi il s'agissait. Hé, dis donc ! Danny ! Técoutes, quand je parle ! Et donc, vous et moi, nous allons voler... Petite pause pour le suspense. Et quand la Lune sera à moi, le monde entier sera à mes pieds pour la recuperer. Etje serai définitivement le plus grand méchant de tous les temps ! Et voilà le programme. Je savais que vous seriez pas déçus. Sonnerie de téléphone. Oui ?
-Allô, Gru ? J'ai traité toutes les données arithmétiques. Je ne vois pas comment financer ça. On n'a pas les fonds. Etje ne fais pas de miracles.
-Hé, relax. Je vais faire un nouvel emprunt à la banque. Ils m'adorent.
-Ah ! Edith, arrête.
-Ben quoi ? Je marche.
-Bonjour, jeunes filles.
-Personne n'est venu nous adopter?
-Hum... Laisse-moi réfléchir... Non ! Edith ! Quelle est cette chose-là, sur mon bureau ?
-Un gâteau en bouillasse.
-Oh, personne ne va Fadopter,
Edith. Tu le sais, ça ?
-Oui, je le sais.
-Bien. Comment ça s'est passé ? Avons-nous fait notre quota ?
-En gros, oui. On a vendu 43 Mini-menthe, 30 Choco-toupie et ‘l8 Coco-noisette. Elle soupire. D'accord. Je vois. Tu dis ça comme si ces chiffres etaient excellents. Regarde-moi bien ! Moi, je crois que nous pouvons faire un petit peu mieux que ça. Pas vous ? Oh si. Voulons-nous passer le week-end dans la boîte de la honte ? Voudrions-nous ? Non ?
-Très bien. Allez, oust. Allez nettoyer des trucs à moi.
-Salut, les filles. Téléphone.
-Bonjour, maman. Je voulais t'appeler mais...
-Je tenais à te féliciter pour le vol de la pyramide.
-Oh... *-Enfin, si c'est toi. A moins que ce ne soit un autre méchant. Un vrai. Elle ricane.
-Sache que je prépare quelque chose de quasiment planétaire. Un coup époustouflant. Quand tu le découvriras, tu seras fière de moi.
-Ah ! Eh ben, c'est ça. On peut rêver. A plus, gamin. Ah!
-C'est Gru
pour M. Perkins.
-Oui. Je vous en prie, asseyez-vous.
-Maman, unjour, moi aussi, j'irai sur la Lune.
-Hélas, tu arrives trop tard. La NASA n'envoie plus de singes dans l'espace.
-Hello. Je viens faire un emprunt pour une mauvaise action. Je suis Vector. C'est un terme de mathématiques. Une valeur representee par une flèche avec une direction precise et une puissance. Vector, c'est moi, carje commets mes exactions en conjuguant précision et puissance. Oh, mortel ! Oh, ouais ! Ouais... Attends de voir mon gun. Un Iance-piranhas. Ouais ! Ca envoie des piranhas vivants. Je viens de l'inventer. Je te fais une petite demo ? Non. Viens ici. Mais les munitions sont un peu glissantes.
-M. Gru, M. Perkins va vous recevoir.
-Il ne manque qu‘un financement de la banque pour construire ma fusée. Et bientôt, la Lune nous appartiendra.
-Ouah ! Très convaincante, cette présentation. J'aimerais voir ce piste-réducteur.
-Absolument. Vous le verrez
bientôt, des que je l'aurai.
-Vous ne l'avez pas encore et vous avez l'audace de me demander un prêt? Apparemment.
-Avez-vous une idee des sommes que cette banque a investi dans vos projets et du peu de bénéfices que vos magouilles ont rapporté en retour? Gru... Comment vous dire ? Imaginons que vous êtes cette pomme. Si nous ne récupérons pas notre capital... Vous comprenez ? Gru, de nouveaux méchants arrivent sur le marché. Plus jeunes que vous ! Comme ce jeune qui attend dehors, Vector, qui a volé la pyramide.
-Je vois, oui. Je vois. Euh... Sinon, pour le financement de ma fusée ?
-Trouvez le piste-réducteur, et on en recause.
Barrissement. Il s'énerve.
-Ah ! Ah ! Gros nase. Gros nase.
-Ca y est, on l'a. Mais... Mais qu'est-ce qui...? Hé ! Non, non, non ! Hé, oh! Lui ?
-La prochaine fois, reflechis avant de congeler la tête des gens. Ciao, ciao, ma poule. Rires.
-Il ne faut pas qu'il s'échappe. Droit devant ! Droit devant !
Feu ! Feu à volonté !
-Oups. Raté.
-Tiens. RégaIe-toi.
-Ouh, j'ai peur. Oh, il est trop mignon.
-Tu es dans ma ligne de mire Les doigts dans le nez. Un jeu... Quoi ?
-Hé, Gru ! J'ai un petit cadeau pour toi. Du sur mesure.
-Ah !
-Ca, c'est pas normal. Ca devient trop petit, ici. C'est trop petit pour moi. Ah... Je hais ce type.
-Et protège-nous. Apporte-nous le sommeil.
-Fais qu‘il y ait pas des bêtes qui viennent pondre des oeufs dans nos cervelles.
-Hé !
-Bien. Merci pour cette précision.
-Et fais qu'une famille nous adopte bientôt, et que la maman et le papa soient très gentils et qu'ils aient une licorne apprivoisée. Amen.
-Amen.
-J'aime les licornes Beaucoup, beaucoup Les licornes Je les aime beaucoup Et si j'en avais une apprivoisée Je serais très contente Les licornes, c'est génial La, la, la A l'aide !
Gru ricane. Bon courage, les filles.
-Ouah.
-Cool.
-Bonjour. Nous sommes des orphelines du pensionnat de Mlle Hattie.
*-Je m'en fous ! Tirez-vous ! ‘-Nous vendons des cookies pour avoir un plus bel avenir. *-Attendez. Vous avez des Coco-noisette ?
-Oui.
-Ding ! Bingo. Professeur Nefario ? *-Oui ?
-ll me faut des mini-robots camouflès en cookies.
-Des robots-cookies. *-C'est qui ?
-Des rob... Oh, laisse tomber. Il ricane.
-Bien. Vous avez réussi nos tests préliminaires, Dr Gru. Etje vois que vous nous avez transmis une liste de vos succès et de vos records personnels. C'est gentil de votre part. J'adore lire. Je vois qu‘on vous a décerné la médaille militaire et le titre de chevalier. Langage minion. Vous avez eu votre propre émission culinaire et vous pouvez retenir votre souffle pendant 30 secondes. Ce n'est pas impressionnant.
-Débile.
-Mais enfin, qu'est-ce que...? Quoi ?
-En fait, je vais être honnête avec vous. Tout est devenu affreusement triste, depuis que ma femme, Marie-Pierre, est décédée. C'est comme si... mon coeur était une dent
avec une carie, et ne peut être comblé que par des enfants.
Pardonnez-moi. Il pleure. Vous êtes une femme d'une grande beaute. Vous parlez espagnol ?
-J‘ai une tête à parler espagnol ?
-Vous avez une tête "como un burro".
-Oh ! Merci. C'est tout à fait gentil.
-Quoi qu‘il en soit, pouvons-nous finaliser notre adoption ? C'est tellement, tellement excitant. Margo, Edith et Agnès pourraient venir me voir? Cris de joie.
-La maman doit être jolie.
-Et le papa, avec des yeux qui pètillent.
-Et leur maison doit être en guimauve. Je dis juste que ça sera chouette. Ma chenille ne s'est même pas transformée en papillon.
-C'est une Croustille, ton truc.
-Marie-Pierre etait une femme vraiment chanceuse.
-Quelle Marie-Pierre ?
-Votre femme. Une porte s'ouvre. Coucou, les filles ! Mesdemoiselles, je vous presente M. Gru. Il vous adopte. Et en plus, il est dentiste.
-Bonjour. Moi, c'est Margo.
Voici Edith. Et là, c'est Agnès. J'ai attrapé ta jambe.
-Ca suffit, fillette. Enlève tes pattes, s‘il te plaît. Tu peux le faire. Lâche-moi. Comment on les décolle ? Il y a une technique ? Vous utilisez un produit ménager ? Un pied de biche ? 0K, les filles. Alors, en route. Alarmes de voitures.
-Ah ! Ouah ! Mortel ! Oh, ouais, ouais ! Ca le fait grave. Qu'est-ce que tu regardes, toi ? Ouah ! Je t'ai rétréci, hein ! Toi aussi, rétrécis. Téléphone. Oui, allô ? J'ai le piste-réducteur. Non, je ne... Je ne m'amuse pas avec. Gru 7 Non. Me fais pas rire. Non. Et dis donc. P.S. :jamais il n'aura la Lune. Et re-P.S. : quand j'en aurai fini avec lui, il me suppliera à genoux. OK ? A plus.
Oh, regardez-moi ça ! de tout petits bébés. Ah ! Maudites petites toilettes !
-Et voilà, on est arrivés. C'est votre petit chez-vous.
-Euh... C'est ça, votre maison ? Attendez. C'est vous qui faisiez semblant d'être un répondeur.
-Non. Tu fais erreur. Ce n'était pas moi.
-Tu me donnes la main ? Non.
-C'est comme un château de princesse, sauf que c'est moche. Grognements.
-Marcel ! Ce sont des invitées. Ca ne se mange pas. Les filles, voici Marcel, mon... chien.
-ll est tout mimi. Oh...
-C'est... Euh... Je sais pas.
-C'est un endroit pour des enfants ? Parce que moi, je trouve pas.
-Non ! Ne touche pas à ça. C'est fragile. Bon. J'imagine que mon plan marchera aussi bien avec deux.
-Hé, oh ! Il fait tout noir, Ià-dedans. Il est mort, mon jus de framboise.
-Je me suis procuré tout le matériel nécessaire à l'élevage d'enfants. 0K. Donc, comme je le disais...
-Quelqu‘un a cassé ça.
-Oh, ça va. Ca va. Nous allons établir
un règlement. Règle numéro 1 : vous n'avez le droit de toucher à rien. D'accord. Même pas le sol ?
-Si, vous pouvez toucher le sol.
-Même pas l'air ?
-Si, vous pouvez toucher l'air.
-Même pas ça ?
-Ah ! Où est-ce que tu l'as pris ?
-Je l'ai trouvé.
-Règle numéro 2 : on ne me dérange pas quand je travaille. pas le droit de pleurer, de chouiner, de rire, de ricaner, dèternuer, de roter ou de péter. Bref, aucun, aucun, aucun petit bruit énervant. Compris ?
-Ca, c'est un bruit énervant ?
-Oui, très. Il soupire. Ne bougez pas, je reviens dans 11 heures.
-Bon. Allez, pas de souci. Cette maison est parfaite. Je sens qu‘on va être très bien, ici. Hein, les filles ? Agnès ? Langage minion. ‘Musique.
-Euh... une question : c'est quoi, ça ?
-Une douzaine de robots boogie-woogie. Ca swingue ! C'est chaud ! Des robots-cookies ! Pourquoi êtes-vous si... vieux ?
-Bon. Ben, je m‘y remets.
-ll v a quelqu'un 7
-La télé ! Grognements.
-Qu'est-ce que c'est ?
-Ouah !
-Regardez.
-Trop cool. Onyva!
-Moi, je crois pas que ce soit un dentiste.
-Ca fait longtemps que j'y travaille. Un sérum aux propriétés ami-pesanteur.
-J'avais l'intention de fermer. il lui arrivera rien.
-Les effets sont temporaires ?
-Jusqu'ici... Non. On peut pas dire. Et par ailleurs, voici l'arme que tu m'as commandée. non, non. J'avais dit lance-roquette, pas lance qui pète !
-Oh, d'accord. Je me demandais dans quel genre de circonstance on en aurait besoin. Laisse tomber. De toute façon, j'ai mieux. Regarde ça.
-Ah ! Ben, voilà. Ca, c'est des robots-cookies.
-La, la, la, la J'aime les licornes
-Que faites-vous ici ? Vous deviez rester à la cuisine.
-On s'ennuyait. C'est quoi, cette pièce ?
-Je peux le boire, ça ?
-Tu as envie d'exploser? Ah ! Gru! Retournez immédiatement là-bas !
-Tu viens jouer avec nous ?
-Non.
-Pourquoi ?
-Je suis occupé.
-Tu parles ! A quoi ‘.7
-OK, 0K. Tu m'as démasqué.
Soigner des dents, c'est un passe-temps.
Dans la vraie vie, je suis un espion. C'est top secret. Tu n'as pas le droit de le dire, sinon...
-Ca sert à quoi, ce truc ?
-Oh !
-Hé !
-0ups.
-Ma licorne ! Tu dois la réparer!
-La réparer ? Elle vient d'être dèsintègrèe. Elle ne peut pas être réparée. C'est très déplaisent. Que fait-elle ?
-Elle retient sa respiration. Vous devez dire "oui".
-C'ètait un jouet. Arrête de faire ça. 0K, d'accord ! Je vais arranger ça. Emile, Noè, Jojo! Vous devez rapporter à cette petite fille une licorne en peluche.
-Hein, "babuche" ?
-Non, non. "Papuche."
-Ah ! "Papuche" !
-Hè ! En peluche !
-Ta, ta, ta. "Papuche."
-Allez ! Et vite !
-C'est qui, eux ?
-Ce SOHÎ mes... COUSÎHS. Thierry, Gérard ! Occupez-vous d'elles et empêchez-les de me déranger.
-Papuche, papuche.
-Oh, fauteuil.
-Ah ! *"Copacabana". Rires. C'est vos cousins.
-Quoi ?
-Tout le monde au lit. Maintenant !
-OH...
-Sauf vous deux.
-OK, les enfants, on se couche.
Faites de beaux rêves. Gros dodo et tout ça...
-Je vous le dis tout de suite : vous ne serezjamais mon père.
-C'est pas grave. Je m'en remettrai.
-C'est des trucs de bombes ?
-Oui. Mais elles datent d‘il y a longtemps. Elles ne risquent plus d'exploser. Mais ne tousse pas trop fort.
-Cool.
-Tu nous lis notre histoire ?
-Non.
-Mais on peut pas dormir, si tu nous la lis pas. Préparez-vous à compter les moutons toute la nuit. Mettez la tête sous vos couettes et pensez pas aux vilaines bêtes. Bien qu‘il y en ait des milliers qui sortent dès qu‘on éteint. Et il y a probablement aussi un monstre dans l'armoire.
-Il plaisante, Agnès. C'est rien. Une porte s'ouvre.
-Tiens, "para tu". Papuche.
-C'est la plus belle du monde.
Il soupire.
-Les filles ! En route! C'est l'heure de livrer les cookies.
-Mais d'abord, on va au cours de danse.
-Hèlas, nous devons sauter le cours de danse de ce matin.
-Nous ne pouvons pas "sauter
Nous avons un gala bientôt. On répète "Le Lac des cygnes".
-Ouais, "Le Lac des cygnes".
-C'est fascinant. Mais nous allons Hop là ! Cookie, cookie, cookie.
-On ne livrera pas les cookies avant la danse.
-Ah bon. Très bien. Ne comptez pas sur moi pour vous y conduire. Si vous tenez tellement à votre cours, il va falloir vous y rendre à pied. Que faites-vous ?
-Eh ben, on y va à pied.
-Bon, d'accord. Très bien. Bon courage. Je ne vous emmènerai pas. C'est hors de question !
-Ca marche.
-Vous ne savez pas ce qu'est la colère de Gru. A 3, vous avez intérêt à être dans la voiture. C'est clair ? Attention, 1, 2...
-3, 4, 5. Et lève, et tends. Et 1 et 2...
-Tiens, prends.
-Qu'est-ce que c'est ?
-Ton billet pour le gala. Tu vas venir nous voir?
-Evidemment. Tu penses. "Le Lac des cygnes" avec des tutus, j'en rêve !
-Croix de bois, croix de fer.
-Oh ! Oui. Alors, notre premier client est un monsieur appele Vector.
-Mais c'est un "V". Oui, on est censés
commencer par les "A", continuer avec les "B"...
-Oui, merci. Je suis allé à l'école. Je sais comment ça marche, un alphabet. Cestjuste que j'ai pense que ça pourrait être sympathique, de livrer ce M. Vector en premier. Voilà tout. c'est presque fini.
-Les filles, soyez les bienvenues dans la forteresse de Super Vector. Vous avez bien tous mes cookies ?
-4 boîtes de Mini-menthe, 2 Tout-choco, 2 Croustillants caramel, et ‘l5 boîtes de Coco-noisette.
-C'est ça. On ne vous a jamais commandé autant de cookies. Je déchire. Qui en a commandé autant?
-Ca fait 52 dollars.
-Ah oui. D'accord. Alors, 7, 8, 9... Dis donc, c'est pas donné. Où j'en étais ? Ah oui. 7, 8, 9 et...
-Pourquoi t'es en pyjama ‘.7
-Mais c'est pas un pyjama. C'est un survêt de sportif.
-Tu fais quoi, avec ?
-Des trucs.
-Quel genre de trucs ?
-Des trucs cool.
-Comme dormir?
-C'est pas un pyjama !
-Et voilà pour vous. 52 dollars. Merci.
-Ah ! Non !
-Au revoir.
-Oh, allez !
-On se calme, le poisson. Oh ! Relax, bébé.
-On a réussi ! Allez, les filles. En route.
-Mais il y avait d'autres gens à qui on devait livrer.
-La vie peut être cruelle, parfois. Pour certains plus que pour d'autres. Agnès crie. Ne refais plus jamais ça !
-Le parc de Folie-land !
-On y estjamais allées. Et c'est un endroit génial.
-Je m'en fiche.
-Mais... On ne vous demandera plus rien. On promet.
-S'il vous plaît.
-Ding, bingo.
-C'est parti !
-Au revoir ! Amusez-vous bien !
-Desole, monsieur. Il faut la présence d'un adulte.
-Quoi ? Oh...
-Youhou !
-Oh ! Gru crie.
-Trop bien !
Regardez ! Une grosse licorne en peluche. Je la veux ! Elle est géniale !
-ll faut la gagner.
-Non, non, non, non.
-Allez !
-Combien vaut cette licorne en peluche ?
-Navrè, la licorne n'est pas à vendre. Mais si vous tenez à repartir avec, il vous suffit détruire ce petit vaisseau, Ià-bas. C'est facile.
-Ouais !
-Encore, s‘il te plaît.
-Juste une fois. J'ai fermé les yeux sans le faire exprès.
-Je l'ai touché.
-T'as vu ? Je l'ai eu.
-Oh, oh, oh ! Qu'est-ce que c'est que ça ? Elle l'a touche. Je l'ai vu de mes propres yeux.
-Mon petit gars, laissez-moi vous expliquer. Vous voyez, ce vaisseau spatial. Il est pas explosé. Et vous savez, ça, ce que ça veut dire ? Ca veut dire que vous aurez pas la licorne ! Ah ! Oh, oh. J'en connais une qui fait du boudin. Bou... Peut-être la prochaine fois.
-OK. Mon tour. Ah! Explosé !
-Elle est trop géniale.
-Yes!
-C'ètait énorme.
-T'as tout pété. Ouais !
-On va détruire un autre manège.
Rires.
-Gru, je peux te dire un petit mot?
-Allezjouer. On se voit plus tard. On a le piste-réducteur. Barbe à papa.
-Dans ‘l2jours, la Lune sera dans sa configuration optimale. On ne peut pas se laisser distraire.
-Appelez le bureau de Perkins.
-Dèsolè de vous déranger, M. Perkins,
-Quoi ? ‘Félicitations, Gru. Très impressionnant.
-La suite de mon plan est très simple. Je vole jusqu‘à la Lune, je rètrècis la Lune, je m'empare de la Lune, je pose la Lune sur les W.-C... ‘Desole. Si vous voulez bien m'excuser un instant... Je vous ai dit de pas toucher à mes affaires.
-On peut commander une pizza ?
-Vous venez de manger.
-Pour dîner.
-OK, ça va. Ce que vous voudrez, mais restez là-bas.
-Avec la pâte fourrée au fromage ?
-C'est vous que je vais fourrer au fromage.
-T'es trop rigolo, toi.
-Ne remettez pas les pieds dans cette pièce. Bon. Alors... ‘Je reviens à nouveau. Où est-ce qu‘on en était ?
-Vous étiez sur les W.-C.
-Pardonnez-moi.
Je me suis autorisé une pointe d'humour. Je sais combien vous-même, vous aimez rigoler. intérieurement. Bref. Donc, je disais... Grincement de porte.
-Vous n'avez pas l'air très concentré. ‘Croyez-moi, je suis très concentré. *-Oh, hé ! Coucou ! ‘-C‘est quoi, ça ? Des gosses ? Qu'est-ce que vous faites ici ? Je vous avais interdit d'entrer. Non, non.
-Pisto-gel ! *-Monsieur Gru ?
-Oh non ! Comme je le disais... *-lnutile de poursuivre. J'en ai suffisamment vu.
-Mais mon projet... ‘-C‘est un grand projet. Tout me plaît, sauf une chose : vous.
-T'as vu, maman ? J'ai fait un dessin de moi qui atterris sur la Lune. Elle soupire. T'as vu, maman ? J'ai construit une vraie fusée à partir du prototype.
-Oh !
-Je ne comprends pas. ‘Appelons un chat, un chat, Gru. Vous êtes dans le métier depuis longtemps, avec bien trop peu de réussite. Désormais, nos espoirs et nos capitaux reposent sur de plus jeunes talents.
-Mais...
‘-C‘est fini. Adieu, Gru.
-Bien. Je sais que depuis ce matin, des rumeurs circulent selon lesquelles la banque ne nous financerait plus. Je suis venu pour mettre un terme à ces rumeurs. Tout est vrai, je l'avoue.
-Hein ?
-Oh, oh.
-Et donc, pour parler argent... il n‘y a plus d'argent. "Comment irons-nous sur la Lune 7", direz-vous. La réponse est claire : nous n'irons pas. Nous sommes finis. Il seraitvraisemblablementopportun d'envisager d'autres perspectives professionnelles. Oui, c'est dur. J'ai remis à jour mon C.V. etje vous encourage vivement à faire de même. Qu'y a-t-il 7 Vous ne voyez pas que je remotive mes troupes ?
-Hé, hé ! Moi, moi ! Sous. Sous.
-Moi aussi !
-Oui ! Nous allons construire notre fusee avec cet argent et tout ce que nous trouverons. Récupérez tout ! Allez dans le garage, démontez les voitures. Qui a besoin des banques ?
-Au boulot. Allez.
-Maman ? Mais qu'est-ce que tu fais ici ?
-Là, il venaitjuste
de prendre son bain.
Regardez ses petites fesses. Rires.
-Maman, c'est pas cool.
-Et là, il est tout mignon, dans ses habits du dimanche.
-On dirait une fille.
-Oui, c'est vrai. Une fille très moche.
-T'es trop rigolo, toi.
-"Le Lac des cygnes." "Voler la Lune."
-Ouais ! Le mien, c'est un cadavre. Regarde.
-Bravo. *-M. Perkins, votre fils est là.
-Faites-le entrer.
-Salut, papa. Tu voulais me voir ?
-Oui, en effet, Victor.
-"Victor", c'est quand j'étais ringard. Maintenant, je suis Vector.
-Assis ! Tu peux me dire où est le piste-réducteur ?
-Chez moi, bien planqué.
-ll est chez toi ? C'est une bonne chose. J'en conclus que Gru en a un autre qui lui ressemble étrangement !
-Oh ! Mais c'est les filles qui m'ont livré des cookies.
-As-tu idee du pactole que peut rapporter l'enlèvement de la Lune ? Je t'offre une opportunité, et tu la gâches par ta bêtise.
-Non. J'ai rien gâché. Attends que Gru ait vu l'arme que j'ai inventee. Un lance-calmars. Mortel.
-J‘ai un calmar sur mon visage !
-T'inquiète pas. Dans peu de temps, la Lune sera à nous. Chahut.
-Ca suffit. Au lit. Tu t'es brossé les dents ? Souffle, pour voir. Menteuse. Mettez vos pyjamas. On se calme. Je ne rigole pas. Je ne rigole pas. C'est l'heure de faire de beaux rêves. Sinon, je me fâche.
-On n'est pas fatiguées.
-Moi, je le suis.
-Tu nous lis une histoire du soir ?
-Non. s'il te plaît.
-La repetition des "s‘il te plaît" ne fait aucune différence. C'est toujours non. Allez, éteignez.
-On n'a pas envie. On est ènervèes.
-Sans l'histoire, on va rester debout et on vous embêtera beaucoup. Toute la nuit.
-Oh ! Bon. D'accord. 0K, allons-y. "Bonne nuit, petit chat." C'est quoi ?
-Des poupées. Il faut les faire bouger en racontant l'histoire. D'accord. Finissons-en au plus vite. "Trois chatons qui aimaientjouer s'étaient amusés toute la journée. "Leur maman vint et leur dit : ‘C'est l'heure d'aller au lit."' Ouah ! C'est totalement nul.
Vous aimez ces âneries ?
-Continue à lire. J'arrête pas. D'accord, d'accord. "Trois petits chats se mirent à pleurer : “Maman, on n'est pas fatigués.‘ "Maman répond en ronronnant : marossez vos pehges, a" mOÎHS, mes enfants "'
-Vas- , brosse.
-C'est de la littérature. Un enfant de 2 ans a dû écrire ça. D'accord. joliment brossés dirent : '"On ne dort pas, on est trop ènervès.‘ "Leur maman répond avec un sourire doux : “Buvez votre lait, au moins, mes minous.”
-Fais-leur boire leur lait, maintenant.
-Oh, je n'aime pas ce livre. On n'en voit pas le bout. leur bon lait avalé, "se frottèrent les yeux et se mirent à bâiller. '"On va pas dormir, c'est sûr, on pourra pas.‘ "Alors leur maman leur fredonne tout bas : “Bonne nuit, chatons. Fermez vos paupières. “Dormez en paix pour la nuit entière. '"Et même si vos rêves vous emmènent ailleurs, “votre maman vous aime de tout son coeur.” Fin. 0K, bonne nuit.
-Attends.
-Quoi, encore ?
-Notre bisou du soir.
-Euh, non... Pas de bisou, ni de câlin.
-ll nous fera jamais de bisou du soir, Agnès.
-Moi, je l'aime. Il est gentil.
-ll fout la pètoche.
-Comme le Père Noël.
-Plus que 48 h avant le décollage, et tous les systèmes fonctionnent.
-Ah ! Oui, justement. Je me disais qu‘on pouvait reporter le lancement de quelques jours. Rassure-moi, ce soudain revirement n'a rien à voir avec le gala de danse ?
-Non, non, non! Le gala de danse ? Non. Quelle idée stupide ! Je me disais que c'était bizarre, de faire ça un samedi, etje me faisais la remarque. Un coup pareil convenait mieux le mardi.
-Gru, toi et moi travaillons sur ce projet depuis des années. Nous en rêvons. Une chance d'entrer dans l'histoire. Tu vas devenir l'homme qui a volé la Lune. Mais ces filles nous envahissent. Elles Faccaparent. Elles doivent partir. Si tu ne fais rien pour qu'elles partent, c'est moi qui le ferai.
-Je comprends.
-Bien.
-Fesses.
-Quand nous entrechoquons délicatement nos tasses, nous faisons "Tchin". Nous prononçons le mot. Edith.
-Tchin.
-Voilà, c'est bien. Maintenant, tu bois. Ensuite, Agnès. Tchin. Oui, bravo. On sonne à la porte.
-Un instant, mesdemoiselles.
-Allez, reste.
-Restez sages, je reviens. Continuez à tchiner.
-Oh ! Mademoiselle Hattie, vous desirez ?
-Je viens prendre les filles. Il paraît que vous voulez les rendre. Et par ailleurs, je me suis procure un dictionnaire d'espagnol. Je n'ai pas aimé le compliment.
-Mais je... Je vais aller chercher les filles.
-La laisse pas nous emmener, M. Gru. Dis-lui que tu veux nous garder.
-Bien, jeune fille. On y va, maintenant.
-Au revoir, M. Gru. Et merci pour tout.
-J‘ai fait ça pour ton bien. Allez, viens, la Lune n'attend pas.
-D'accord.
-Tiens, "para tu".
-C'est quoi ?
-Le gala de danse.
-Je suis probablement le plus grand esprit criminel de ce siècle. Qu'est-ce que j'irais faire à un gala de danse ?
‘Ouverture des trappes de lancement. Mise en route de la séquence de décollage. On est prêt pour démarrer. Le compte à rebours commence. 10, 9, 8, 7, Grondement.
-Mortel !
-Bravo, professeur, tous les circuits fonctionnent. Vector crie.
-Mon delta intégré. Mortel. Une fois encore, l'invincible...
Cris de joie.
Hurlement.
-Ca y est, je l'ai. J'ai décroché la Lune. Oui, je peux y être.
-C'est quoi, ce binz ?
-Didier !
-Allez, plus vite. Fonce.
-Il est pas là.
-Pourquoi il viendrait? Il nous a abandonnées.
-ll a promis. Mesdemoiselles, en place.
-On a un invité qui est pas encore là.
-On peut attendre une petite minute ? Mais une toute petite.
-Je suis sûre qu'il viendra pas.
-Gru ? Gru, tu me reçois ? 0K, il faut le prévenir, et vite. Gru crie. *"Lac des cygnes".
-Alors, là, c'est la bibliothèque. La rue qui mène à l'académie de danse... C'est là.
Désolé, vieux. Le spectacle est terminé.
-"Terminé" ? "Papa de Margo, Edith et Agnès."
-"Apporte la Lune.
"
-Vector, ouvre-moi. ‘-Donne d'abord la Lune. Après, on cause. *-Monsieur Gru ! *-La ferme, la marmaille.
-Maintenant, les filles. ‘-Finalement, je vais les garder encore un petit moment.
-Non ! ‘-Mortel. Je suis imprévisible.
-Ecoute, je vais reussir à entrer et tu regretteras le jour de ta naissance.
-Ouh ! Mort de peur.
-ll va te mettre la misère.
-Pff.
Oh, l'autre ! Mon requin !
-Ah ! Le voilà. Tiens bon, Gru. Oh non !
-Il a les filles. Suivez-le. Le vaisseau a retrouvé sa taille.
-La Lune va retrouver la sienne. Plus grosse est la masse de l'objet, plus vite les effets se dissipent. J'ai baptisé ça le principe de Nefario. En fait, je viens de me comprendre.
-Oh non.
-Vous avez vu ça ? Vector ! Au secours !
Vite, regardez.
-Vous me soulez. Fermez-la.
-La Lune! Attention !
-Approchez-vous le plus possible. Là, c'est bien.
-Monsieur Gru, nous sommes là.
-OK, les filles. Attention. Il va falloir sauter, maintenant.
-Mais t'es pas un peu malade ?
-Je vous attrape.
-Vous nous avez abandonnées.
-Tu as raison. Je sais que c'est la plus grosse erreur que j'ai faite. Maintenant, il faut sauter. Allez !
-Ca va bien se passer.
-Allez, maintenant.
-Margo, je te rattrape. Saute. Tu as ma parole que jamais plus, je vous abandonnerai.
-Pas si vite.
-Non.
-Lâchez-moi.
-Margo g Tiens bon. Rire diabolique. Margo crie. Je te tiens.
-Oh, ben, crotte.
-Le bien triomphe encore, car la Lune a retrouvé sa place dans le ciel. Une fois encore, on a défié les forces de l'ordre. Et chacun peut se demander qui est ce mystérieux heros et quelle sera sa prochaine mission.
-Allez, les filles. Au lit.
-On veut une histoire.
-Oui ! "Bonne nuit, petit chat."
-Desole, cet ouvrage a ete
accidentellement pulvérise.
Ce soir, nous allons lire une nouvelle histoire. Celle-ci s'intitule : "Une grande licorne". Qui a écrit ça ? C'est de moi. Il y a des personnages qui bougent. Regardez. Oh, la belle licorne. Rires.
-Ca va être l'histoire la plus géniale du monde.
-C'est pas pour m'envoyer des fleurs, mais ça va vous plaire. Allez, lisons. "Monsieur licorne, très fort et très libre, "se croyait heureux autant qu'il est possible. "Mais trois petits chats, un jour, débarquèrent. "Et sans crier gare, ils mirent sa vie en l'air."
-Celui-là, on dirait moi.
-N'importe quoi. Ce sont des chats. Toute ressemblance avec des personnes serait purement fortuite. "lls le firent rire. Oh, oh, oh ! "Et même pleurer. Ouh... "Comment a-t-il pu les laisser tomber ? "Maintenant, il sait que son univers, "c'est ces trois petits chats, "qui Papprivoisèrent." Voilà, fin. Bon. Allez, on éteint. Faites de beaux rêves.
-Moi aussi, je t'aime.
-Euh... Bruits de bisous.
-Non, non.
-Bon. D'accord. Je t'en ai pas déjà fait un, toi ? *"Le Lac des cygnes". Elles sont très douées.
-Je suis fière de toi, fiston. Tu es devenu un parent exemplaire. Tout à fait comme moi. Peut-être même encore plus. ‘Bee Gees : "You Should Be Dancing".
-Non, ça va. Vous, dansez. Non, non, non.
-Oh, oh. Hé, Dave. Hé, Stuart.
Sifflet.
Il imite le cri du corbeau.
-Bonjour. Je suis Gru. Au boulot ! Rire.