Max Guazzini zje n'ai rien contre Jacky Lorenzetti ni contre Thomas Savare, mais j'étais contre la disparition de mon club de coeur.

Dans Stade 2 sur France 2 - le dimanche 19 mars
L'histoire commence lundi, le président du Racing Jacky Lorenzetti et celui du Stade Français Thomas Savare convoquent la presse. On a eu comme une révélation. On a été bénis par le Saint-Esprit du rugby qui nous a dit: "c'est ce qu'il faut faire, il faut vous allier". Nous savons que ça va être difficile au début, que l'annonce faite aujourd'hui est un peu violente... La bombe est lâchée: les deux clubs franciliens, ennemis de toujours, rêvent de fusionner.
Véritable déflagration dans le monde du rugby. Sur les réseaux sociaux, les joueurs dénoncent un mariage forcé, un délire de riches... Les secousses du séisme sont aussi ressenties par l'équipe de France. Huit internationaux sont concernés par ce nouveau projet, personne ne les a appelés. C'est comme si on m'avait annoncé que ma mère était décédée, en fait. C'est un club qui n'existera plus. On nous a souvent dit: "si tu pars, ce sera la mort du club".
Au final, ils l'ont tué alors qu'on est encore au club. L'épicentre de ce séisme, Jean-Bouin, résidence du Stade Français. Lundi soir, les joueurs annoncent qu'ils feront grève jusqu'à l'arrêt de la fusion. Une bataille devant les caméras, la seule possible pour se faire entendre. Personne ne peut empêcher les deux propriétaires de s'unir. La famille n'a pas été consultée et je crois que c'est une très mauvaise décision.
Je respecte énormément Thomas Savare, mais aujourd'hui, il me déçoit par son comportement qui est loin d'être humain. Pour les défenseurs du Stade Français, cette fusion, c'est en fait un rachat déguisé avec à la clef une centaine de salariés Le riche Racing 92 s'offrirait un Stade Français en proie à de graves difficultés financières. Autre inquiétude: quel stade pourra accueillir la nouvelle équipe? la résidence de cette nouvelle entité.
Que deviendrait alors le stade Jean-Bouin, la maison du Stade Une structure toute neuve qui aura coûté 156 millions d'euros... A la Ligue, son président Paul Goze annonce le report des matches de ce week-end des deux clubs parisiens. Un moyen légal d'éviter un forfait au Stade Français et une possible relégation en Pro D2 si la grève se poursuit. Vendredi soir, la mairie de Paris convoque Jacky Lorenzetti et Thomas Savare. Anne Hidalgo est en colère.
A la sortie, pas de commentaires pour les deux présidents... Et ce matin, coup de théâtre: le président du Racing fait machine arrière, la fusion est abandonnée... C. Géraud : Vendredi soir, à l'issue de la réunion, Thomas, vous déclariez: "je vais me battre d'arrache-pied pour que cette fusion se passe"... Que s'est-il passé pour que ça change?