Le Stade de France en fusion sait que les hommes de Guy Novès viennent de marquer l'essai le plus important de leur tournoi.

Dans Stade 2 sur France 2 - le dimanche 19 mars
Le Racing champion de France, le Stade Français l'était l'année dernière... Le club appartient à ceux qui l'aiment. Moi j'appartiens au passé, j'étais forcément content... Ce qui m'avait choqué dans la conférence de presse, c'était le C'est d'une violence absolue... Matthieu Lartot : Vous avez fait un appel pour que tous les amoureux du Stade Français se manifestent. On a vu hier au Stade Français qu'il y avait des drapeaux roses un peu partout.
Max Guazzini zje n'ai rien contre Jacky Lorenzetti ni contre Thomas Savare, mais j'étais contre la disparition de mon club de coeur. Mon rôle, c'est de dire que je suis contre cette fusion. Et d'abord, le Racing n'a pas besoin d'une fusion, il a une très belle équipe, il est champion de France... Ils ont un stade... Ça voulait dire qu'il bouffait le Stade Français. Pour moi, le Stade Français ne se laissera pas bouffer. Matthieu Lartot : Vous étiez le troisième budget cette saison...
Vous perdez en moyenne 6 millions d'euros par saison. Quel est le déficit? Thomas Savare : Oui, on est dans ces eaux-là... route, donc il faut trouver des solutions. Soit on réduit les ambitions, soit on va vers ce qu'on a proposé, après on va voir si on trouve d'autres choses.