Emmanuel Macron, Benoît Hamon et François Fillon forment le trio de tête des budgets de la présidentielle 2017.

Dans 19/20 : Journal national sur France 3 - le mardi 8 août
Un acte fermement condamné par Emmanuel Macron qui a déclaré que "cet acte indigne et lâche ne restera pas impuni". Dans l'actualité politique, Michel Mercier vient d'annoncer qu'il renonçait à intégrer le Conseil constitutionnel, il avait été officiellement nommé la semaine dernière par le président du Sénat Gérard Larcher, mais une enquête est en cours sur les emplois d'assistantes parlementaires de ses filles. En direct du Sénat, nous retrouvons Patricia Issa.
Comment Michel Mercier justifie-t-il cette décision? P. Issa : C'est via un communiqué qu'il a annoncé qu'il renonçait à son poste au Conseil constitutionnel alors qu'il venait tout juste d'être nommé. Michel Mercier est visé par une enquête du parquet national financier concernant de possibles emplois présumés fictifs dont auraient bénéficié ses filles. Sous pression il a donc décidé de lâcher son siège au Conseil constitutionnel.
"Je considère aujourd'hui que je ne pourrais pas siéger avec la sérénité nécessaire"... Michel Mercier a estimé que la situation était intenable. Néanmoins, il veut garder ses autres mandats électifs. Il est sénateur centriste du Rhône. Cela enlève une épine du pied au couple exécutif puisque c'est demain que doit être voté le dernier volet de la loi de moralisation de la vie publique. Les 100 jours d'Emmanuel Macron à l'Elysée...
Ce soir, le chef de l'Etat reçoit à dîner l'ensemble du gouvernement. L'occasion pour lui de tirer un premier bilan sur les trois premiers mois de son mandat... Emmanuel Macron au soir de sa victoire, c'était il y a trois Depuis, le chef de l'Etat s'est attelé aux dossiers prioritaires: renforcement du dispositif anti-terrorisme, loi sur la et feu vert à la réforme du travail par Ordonnances. Des sujets débattus à l'Assemblée dans une ambiance chaotique. Ça devient pénible!
L'inexpérience des députés de la majorité est pointée du doigt mais le gouvernement assume. Il y a eu de nombreux couacs mais ils sont naturels. Tout simplement parce qu'on a fait le choix de renouveler une classe politique. Il y a des femmes et des hommes qui ont eu d'autres expériences dans la vie et qui se confrontent à la politique, donc quelquefois ils ont pu trébucher. Cela m'arrive aussi régulièrement mais l'essentiel, c'est quoi? C'est que le travail est réalisé.
Premières maladresses, mais aussi premières erreurs politiques: baisse des APL, hausse de la CSG, coupes de budget pour les collectivités territoriales. L'opposition se remémore la série d'embûches rencontrées par le Président. Cela a commencé par l'éviction de certains ministres qui étaient empêtrés dans des affaires et qui ont été pour la plupart parachutés à l'Assemblée nationale. Cela a continué par une crise d'autoritarisme avec la démission forcée du chef d'état-major des armées.
Quand on a besoin de dire qu'on est le chef, c'est qu'on n'est plus réellement le chef. Près des Français, la cote de popularité du chef de l'Etat dégringole à 36% d'opinions favorables. Quand on a un nouveau président de la République, on constate une baisse de sa cote de popularité. Il démarre à 60 voire 70 et cela descend. A un moment donné, il finit par être stabilisé autour de son score de 1er tour. C'est quelque chose de tout à fait habituel.
Ce qui est nouveau dans le cas d'Emmanuel Macron, c'est qu'il chute beaucoup plus fort et beaucoup plus vite que par exemple Nicolas Sarkozy ou François Hollande au même stade de leurs quinquennats. L'état de grâce semble bel et bien terminé pour Emmanuel Macron. Quant à la rentrée, elle s'annonce mouvementée sur le front économique et social. C'est l'heure des comptes de la campagne de la présidentielle, ils officiellement publiés aujourd'hui.
Des dépenses qui sont largement en dessous des plafonds prévus par la Emmanuel Macron est logiquement le candidat qui a le plus dépensé... Leurs campagnes ont été les plus coûteuses... Emmanuel Macron, Benoît Hamon et François Fillon forment le trio de tête des budgets de la présidentielle 2017. Champion du palmarès sans surprise: Emmanuel Macron, 16,7 millions d'euros dépensés pour la campagne du candidat En Marche.
Benoît Hamon arrive 2e de ce classement, 15 millions d'euros dépensés pour un échec des le premier tour, 6,56% de suffrages recueillis, pas très rentable pour le candidat PS. Pour François Fillon, les dépenses de campagne atteignent 13,7 millions d'euros. Pour tenter de sortir de la tourmente de l'affaire Penelope, le candidat a dépensé 500.000 euros rien qu'en conseils de communication, deux fois plus qu'Emmanuel Macron.
Parmi les candidats, Jean-Luc Mélenchon est celui qui a dépensé le plus en réunions publiques. Hologrammes, meetings géants en extérieur coûteux en sécurité... Au total, 6,5 millions d'euros dépensés pour ces rassemblements pour le candidat insoumis.
Marine Le Pen de son côté a mené une campagne rentable, 12,4 millions d'euros de budget seulement pour accéder au second Renforcer les normes de sécurité dans les autocars, c'est ce que préconise un rapport d'experts sur la catastrophe de Puisseguin. En octobre 2015, 45 personnes avaient trouvé la mort dans un autocar après une collision avec un poids lourd. Le rapport précise que le réservoir auxilliaire du camion n'était pas homologué...