Hier, Kim Jong-un a répliqué en menaçant de prendre pour cible, dans les jours prochains, une base américaine du Pacifique.

Dans C dans l'air sur France 5 - le jeudi 10 août
Hier, Kim Jong-un a répliqué en menaçant de prendre pour cible, dans les jours prochains, une base américaine du Pacifique. Applaudissements. Ce devait être une simple conférence de presse entre 2 parties de golf. En vacances, D.Trump n'a pas dérogé à ses habitudes et a surpris tout le monde. Le président américain a menacé D.Trump: La Corée du Nord ferait mieux de ne pas proférer de menaces à l'encontre des Etats-Unis.
La Corée du Nord, via sa télévision publique, balaie C95 menaces avec vigueur. Elle va jusqu'à annoncer une attaque imminente A Trump d'en rajouter via son Des échanges tendus, une guerre des mots accentuée depuis les révélations du Washington Post. Selon un rapport, la Corée du Nord serait capable de fabriquer elle-même la bombe nucléaire. Le régime de Pyongyang compterait bien s'en servir. Kim Jong-un a menacé d'attaquer les Etats-Unis. La date est même fixée: mi-août.
Objectif: l'île de Guam, à 3200 km de la Corée du Nord. Une île américaine de 170 000 habitants qui héberge une base navale de 6000 soldats. Son gouverneur rassure la population. E.Calvo: J'assure au peuple de Guam qu'il n'y a aucune menace envers notre île. J'ai parlé au contre-amiral de la région, qui me l'a confirmé. Washington, via le secrétaire d'Etat américain, bombe le torse.
R.Tillerson: Ce que le président fait, c'est d'envoyer un message fort à la Corée du Nord dans un langage que Kim Jong-un devrait comprendre. Il ne comprend pas le langage diplomatique. Le président américain veut montrer au régime nord-coréen que les Etats-Unis se défendront. Cela fait plusieurs mois que les Etats-Unis subissent les provocations du régime nord-coréen avec des tirs comme le 4juillet, jour de l'indépendance américaine, ou encore le 28 juillet.
Exaspérés et lassés, les Américains ont mis la pression sur la Chine, seule alliée de la Corée du Nord, pour qu'elle s'implique davantage. A l'ONU, Washington obtient le vote chinois pour des sanctions économiques envers la Corée du Nord. W.Yi: La sanction est nécessaire, mais elle n'est pas la solution ultime. Notre but est d'amener toutes les parties autour de la table des négociations. Il faut trouver un moyen de parler de la dénucléarisation de la Corée.
La Chine appelle à l'apaisement, tandis que l'opinion américaine est de plus en plus inquiète. 62 % des Américains voient comme une menace sérieuse. Laurent Bazin: Question. J.Morillot: Le plus lucide... Laurent Bazin: Qui est le plus irrationnel? J.Morillot: Pour moi, D.Trump. Ça paraît paradoxal... Je ne dis pas que Kim Jong-un n'est pas dangereux. La Corée du Nord poursuit, sans faillir, la même politique depuis des années. Depuis 2006, lors du 1er essai nucléaire nord-coréen...
Depuis 2006, la Corée du Nord poursuit un même but, sans s'éloigner de son chemin. Elle veut se défendre contre la menace américaine, elle veut pouvoir dialoguer, petite nation, d'égal à égal avec les Etats-Unis. Elle poursuit son programme balistique et nucléaire. Laurent Bazin: Elle laisse le sentiment d'être à l'attaque plutôt qu'à la défense. J.Morillot: C'est une arme dissuasive. La Corée du Nord veut assurer sa survie.
C'est ce qui fait le danger de la Corée du Nord, cette rationalité implacable.