Emmanuel Macron face à la population en détresse de Saint-Martin et Saint-Barthélemy...

Dans 12/13 : Journal national sur France 3 - le mardi 12 septembre
Emmanuel Macron face à la population en détresse de Saint-Martin et Saint-Barthélemy... Le Président est arrivé à Pointe-à-Pitre il y a quelques minutes. Il est accompagné des ministres de l'Education nationale et de la Une visite qui s'annonce tendue, sur fond de polémique. Nous serons sur place. Cheminots, fonctionnaires, forains... Certains ont déjà répondu ce matin à l'appel de la mobilisation contre la réforme du Code du travail.
Une première journée à valeur de test pour le gouvernement et pour les syndicats. Départ du cortège à Paris, 14h, à Bastille, où nous sommes déjà. Direction Pointe-à-Pitre où Emmanuel Macron a atterri il y a quelques minutes. Le chef de l'Etat est attendu de pied ferme par les habitants de Saint-Martin et de Saint-Barthélemy, qui ont tout perdu ou presque. Que compte-t-il faire pour apaiser les tensions? Quel est le programme de sa visite?
A. Bourse : Le président de la République est actuellement en train de faire un nouveau point avec les services de l'Etat. Il tiendra ensuite une conférence de presse à Pointe-à-Pitre avant de s'envoler vers Saint-Martin et Saint-Barthélemy où il passera la journée. Une visite sous pression compte tenu de l'exaspération d'une partie de la population qui a le sentiment d'avoir été abandonnée au lendemain du passage d'Irma.
D'ailleurs, cette nuit, dans l'avion, lors d'une réunion autour du président de la République, le directeur de la sécurité civile rappelait que si maintenant des ponts aériens et maritimes sont rétablis, cette opération logistique est la plus importante jamais menée par la France depuis la Seconde Guerre mondiale. Avec cette visite de terrain, le président de la République va en tout cas tenter de désamorcer la polémique sur la gestion de cette crise.
Un Président attendu de pied ferme par toute la population. Voilà pour l'enjeu du côté du gouvernement. Emmanuel Macron va devoir faire face à une population excédée qui depuis l'ouragan Irma a tout perdu et ne s'est pas sentie aidée depuis. Voyez les raisons de leur colère et de leur exaspération... Une semaine après le passage d'Irma, les îles de Saint-Martin et Saint-Barthélemy restent traumatisées. Dès le vent retombé, la violence de la tempête est remplacée par celle des pillages.
Les habitants manquent de tout et craignent pour leur vie. On se retrouve livrés à nous-mêmes. Il n'y a pas d'eau, pas d'électricité. La nuit, on ne dort pas car il y a des pilleurs. Poussé par ce sentiment d'abandon, ce couple siphonne le carburant d'une voiture renversée. Ils se disent abandonnés par des forces de l'ordre dépassées. Pendant le cyclone, je me suis fait braquer... On m'a dit que j'étais en état de légitime défense, de me débrouiller...
Un climat d'insécurité accru par le manque d'information, autre source de colère. Deux jours après la catastrophe, les systèmes de communication n'étaient pas rétablis. On aurait pu faire le nécessaire pour avoir au minimum des communications, parler à la radio... On vous dit avant le cyclone d'acheter des transistors, des radios, et là on n'a rien. Car le besoin de savoir était amplifié par l'approche d'un deuxième cyclone.
L'angoisse monte devant la lenteur des évacuations, les appels à l'aide se multiplient... Il y a des gens, il ne leur reste plus qu'un sac plastique, ils n'ont plus rien, plus rien à manger... Envoyez-nous des avions et faites évacuer les enfants s'il vous Les renforts sont maintenant arrivés. 2.000 pompiers, policiers et militaires sont déployés et les ponts aériens sont opérationnels.
Aujourd'hui, Emmanuel Macron va devoir convaincre les Antilles françaises que depuis le début, l'État a bien fait son maximum pour leur venir en aide. A Saint-Martin, nous retrouvons d'ailleurs Stéphanie Desjars. Les habitants sont excédés, ils se sont sentis abandonnés, que vous disent-ils sur l'arrivée d'Emmanuel Macron? A quel accueil peut s'attendre le chef de l'Etat? Est-ce que vous nous entendez? Comment les habitants voient Un problème de connexion, nous essaierons plus tard.
A Saint-Barthélemy, la vie reprend tout doucement ses droits, les habitants font en sorte de relever la tête... Des gestes mille fois répétés que reprend avec plaisir ce boulanger après six jours d'interruption. Je reprends mon quotidien. Cette boulangerie relativement épargnée par l'ouragan a rouvert et le chef pâtissier ne cache pas son enthousiasme. On est en bonne santé, on est en forme, on a du pain, de la viennoiserie pour tout le monde...
Dans cette rue de Saint-Barthélemy, la distribution du pain sera gratuite ce jour-là... Du bonheur! Ça a l'air de faire plaisir aux gens. Un peu plus loin, l'ambiance est différente dans cette station-service prise d'assaut par les automobilistes. L'essence est rationnée et il est impossible de remplir simplement un Nous sommes en restriction d'essence... Je suis à sec depuis hier... De l'autre côté de l'île, longue d'à peine 10 kilomètres, le port de commerce s'anime nouveau.
Quatre navires viennent d'y faire escale pour décharger de l'eau et des engins de chantier, une satisfaction pour le directeur du La vie reprend, on ne peut pas se laisser abattre, cette île doit remonter, c'est l'objectif, mettre la population en sécurité, lui redonner confiance, il faut que la vie continue. A l'aéroport, retour à la normale. Après avoir été exclusivement réservé aux vols spéciaux, le trafic commercial a pu reprendre.
Des sentiments partagés sur place, on l'a vu, on va d'ailleurs essayer de rejoindre notre envoyée spéciale à Saint-Martin. Comment les habitants voient l'arrivée future d'Emmanuel Macron? S. Desjars : Le Président ne doit pas s'attendre à un bain de foule chaleureux. Beaucoup reprochent le manque d'anticipation des secours et les habitants de l'île ont des préoccupations autrement plus importantes. Il y a ceux qui ont décidé de quitter l'île.
Chaque jour, ils se pressent à l'aéroport dans l'espoir d'une évacuation. Ils espèrent pouvoir partir. Dans les quartiers populaires, les plus sinistrés, l'aide tarde toujours à venir. Le quotidien, le ravitaillement, est devenu infernal. Dans l'actualité également, la première journée de mobilisation sociale contre la réforme du Code du travail. Cela fait la une du "Courrier picard".