Premières commémorations du 11 Novembre pour Emmanuel Macron, pluvieuses mais solennelles.

Dans 12/13 : Journal national sur France 3 - le samedi 11 novembre
Image marquante ce matin, Emmanuel Macron au musée Clemenceau à Paris. Anne Bourse sera en direct avec nous. L'incompréhension et la colère d'une femme âgée de 80 ans. Admise aux urgences de Vannes elle a dû rentrer seule chez elle en pleine nuit. Une enquête interne a été ouverte. Le meurtre d'Alexia Daval suscite l'inquiétude de nombreuses femmes. problème. La belle victoire de l'équipe de France de footbaIl 2 à 0. Les Bleus ont largement dominé le Pays de Galles au Stade de France hier soir.
par des Indiens. De grosses productions hollywoodiennes qui profitent largement à la région. Il n'y a plus de poilus aux commémorations du 11 Novembre, et pourtant, cette journée est riche en symboles. Au lendemain des commémorations en Alsace, Emmanuel Macron a célébré l'armistice de la Première Guerre mondiale en souhaitant d'abord honorer la mémoire de Georges Clemenceau. Arrivé au pouvoir en 1917, il a mené le pays jusqu'à la victoire...
Premières commémorations du 11 Novembre pour Emmanuel Macron, pluvieuses mais solennelles. Le traditionnel dépôt de gerbe sur la tombe du soldat inconnu, le président, visage grave, recueilli... Ily a 99 ans, à 11 heures, le clairon a résonné dans les tranchées pour déclarer la fin de la Grande Guerre. Le nom des soldats morts pour la France sont égrainés... L'histoire, autant de souvenirs pour les enfants et petits-enfants de poilus venus assister aux cérémonies... J'étais tout petit...
J'en ai gardé le souvenir... Ce qui m'a le plus marquée, parce que j'étais petite fille quand on me racontait cela, c'est la vie dans les tranchées, le froid, les rats, la boue... Traditionnelle revue des troupes... Puis Emmanuel Macron salut les pupilles de la nation, les enfants dont les parents sont morts pour la France ou victimes d'attentats. Enfin, revue plus politique, poignée de main appuyée et chaleureuse avec ses prédécesseurs, François Hollande et Nicolas Sarkozy.
Le Président a commencé cette journée de commémorations par une visite au musée Georges Clemenceau, une volonté politique d'honorer Français au moment où le pays était menacé. Cette grande carrière politique... Un symbole prisé à droite comme à gauche qu'Emmanuel Macron a voulu à son tour s'approprier. En direct de l'Arc de Triomphe, Anne Bourse, bonjour... C'est le premier 11 Novembre pour le président Emmanuel Macron, qui marque sa différence avec ses prédecesseurs?
A. Bourse : En tout cas, Emmanuel Macron ne souhaite pas comme François Hollande multiplier les commémorations et les discours, il ne veut pas faire d'inventaire. Emmanuel Macron qui doit célébrer cette date incontournable... Le président de la République est très attaché aux symboles et dès sa prise de fonctions, ce n'est pas un hasard si Emmanuel Macron rend hommage à Clemenceau, homme de gauche décrié dans son propre camp mais qui est aussi une figure de la droite.
Emmanuel Macron qui aime chez Clemenceau l'emblème de l'unité des Français. Un président qui à chaque fois veut lier le passé au présent et à l'avenir. Un travail de réconciliation sur lequel il s'appuie par exemple pour porter son projet de refondation de l'Europe. Ce message de réconciliation, Emmanuel Macron va continuer à le porter toute l'année car dans un an, tous les pays belligérants seront à Paris pour célébrer la fin de la Première Guerre mondiale.
C'est une image très forte de ces cérémonies du 11 Novembre. Le nom de Chloé Boissinot va être ajouté sur le monument aux morts de sa commune Château-Larcher, dans la Vienne. Chloé allait avoir 26 ans le 15 novembre 2015 lorsqu'elle a été tuée à la terrasse du "Carillon" à Paris. Pour suivre les cérémonies du 11 Novembre, je vous invite à consulter le site et l'application Franceinfo.
Sachez que les huit hommes arrêtés mardi, soupçonnés de projeter un attentat en France, ont été mis en examen pour "association de malfaiteurs terroriste criminelle". Sept d'entre eux ont été placés en détention provisoire. L'affaire fait grand bruit en Bretagne... Une femme de 80 ans ne comprend toujours pas pourquoi elle a été renvoyée chez elle en pleine nuit alors qu'elle avait été admise aux urgences.