Mais où en est-on Cette façon de parler raconte la stratégie de Laurent Wauquiez.

Dans C politique sur France 5 - le dimanche 12 novembre
Il va remplacer Nicolas Sarkozy. M. Sarkozy vous manque? Oui. Mais, on en a trouvé un autre. Karim Rissouli: Mais où en est-on Cette façon de parler raconte la stratégie de Laurent Wauquiez. Camille Girerd: Elle renforce la comparaison avec Nicolas Sarkozy. La militante faisait elle-même cette comparaison. Sur la forme, c'est le même phrasé entre les 2 hommes. Ce sont les mêmes expressions. Laurent Wauquiez utilise: "la France silencieuse".
C'était une phrase Et ce parler vrai avec des fautes de français. Il le ferait exprès, selon ses proches, pour faire plus populaire. Il a fait Sciences-p0, l'ENA, Normale Sup. "Wauquiez a lâché la casquette du meilleur élève pour s'encanailler."Il veut aller reconquérir cet électorat du Front national. Il dit qu'il préfère une pensée qui rentre dans un magasin de porcelaine à une pensée où il n'y a pas de rebords ni d'aspérités.
"Oui, je parle aux électeurs qui parlent au Front national. Je veux les ramener vers nous." Cette proximité n'a pas empêché Nicolas Sarkozy d'envoyer un message d'alerte à Laurent Wauquiez. Le parrain de la droite défend l'union de la famille. Il n'a pas apprécié les exclusions des Macron-compatibles. Nicolas Sarkozy: C'est celui qui ne rassemble pas, qui n'est pas ouvert, qui pense qu'une famille politique, c'est une secte, qu'il ne peut pas défendre ses convictions.
Karim Rissouli: Ce n'est pas votre famille politique. Il vous fait penser à Nicolas Sarkozy, Laurent Wauquiez? Gaspard Gantzer: Il s'en inspire sur le fond et sur la forme. C'est dangereux de vouloir prendre les mots des autres. La bonne communication, c'est celle qui est au service de votre identité. Quand les citoyens le voient, ils le sanctionnent. Karim Rissouli: Vous croyez qu'il fait exprès de faire des fautes de français pour être plus proche des gens?
Gaspard Gantzer: J'ai du mal à croire qu'à l'agrégation d'histoire, il ait parlé comme ça. Karim Rissouli: Ce reportage dit des choses sur la droite. Il dit aussi des choses sur le changement d'époque. Les vieux partis comme le PS et Les Républicains sont-ils morts? Gaspard Gantzer: Les organisations politiques traditionnelles avec un mode de fonctionnement pyramidal et figé sont certainement mortes. La droite existe en France, qu'elle soit conservatrice ou libérale.
Tout comme cela existe à gauche. Ils manquent de leadership, mais ça reviendra. Karim Rissouli: Vous parlez de discussion avec Emmanuel Macron quand vous étiez élèves de l'ENA. Vous étiez déjà du côté sclérosé Gaspard Gantzer: Tout à fait. La bureaucratie est assez sidérante Karim Rissouli: Vous êtes encore Gaspard Gantzer: On verra si je paye encore ma cotisation au mois de janvier, à Paris. Je n'étais qu'un humble militant.
Karim Rissouli: Vous avez évoqué votre candidature aux législatives à laquelle vous avez renoncé ily a quelques mois. Avez-vous à nouveau envie de vous engager en politique? Gaspard Gantzer: Je crée une entreprise pour l'instant. La politique, ça ne vous quitte jamais. Si je dois en faire, ce sera à Paris et non à Rennes. Karim Rissouli: Laurent Wauquiez appartient à quelle famille de la droite française? Thomas Snégaroff: Il est le 1er Il sait de quoi on va parler.
Vous avait eu comme professeur René Rémond. Vous avez beaucoup de respect pour lui? Gaspard Gantzer: Oui. Thomas Snégaroff: René Rémond a dirigé Sciences-p0.
Il a écrit: "La droite Il définit 3 droites en France: la droite dite bonapartiste, la droite légitimiste, la droite orléaniste. Où Laurent Wauquiez peut-il se situer? Les bonapartistes, c'est dans la définition de ce qu'a dit Laurent Wauquiez Il est autoritaire. Il doit faire un peu de populisme. On s'adresse directement au peuple. Laurent Wauquiez est bonapartiste. Ensuite, légitimiste. C'est le rejet historiquement de la Révolution française. C'est plutôt une droite très réactionnaire qui vante les valeurs de la famille et l'héritage chrétien de la France. On l'a vu dans le reportage. Ily a un côté légitimiste également chez Laurent Wauquiez. Karim Rissouli: Il était d'ailleurs très Manif pour tous. Thomas Snégaroff: Tout à fait. Orléaniste, c'est la droite modérée, parlementaire, ouverte aux évolutions sociétales, libérale d'un point de vue économique. On est plutôt sur une droite juppéiste. Ce n'est pas la droite Karim Rissouli: L'un des thèmes de la droite, c'est la dénonciation de l'assistanat et de ces chômeurs qui profiteraient du système. Maxime Darquier: L'assistanat est un thème récurrent. Nicolas Sarkozy et François Fillon en ont parlé pendant la campagne. Ce sont maintenant les candidats LR comme Maël de Calan, qui a dit qu'il était contre. Voici une situation qu'il a vue. Laurent Wauquiez: J'ai vu des situations qui nous révoltent. Un demandeur d'emploi pousse la porte de Pôle Emploi pour trouver un emploi et on lui répond: "Vous avez 2 ans d'assistance chômage.
Ne vous pressez pas. Profitez de la vie. " Maxime Darquier: Il n'y a pas qu'à droite que l'on parle d'assistanat. On parle de ça également dans En Marche. Karim Rissouli: C'est un député En Marche qui le dit. Ily a pourtant une info cette semaine qui tord le cou à ces idées reçues. Maxime Darquier: C'est un rapport par Les Echos qui coupe court à cette idée reçue.