Le score final est une véritable lame de fond, un véritable raz-de-marée démocratique.

Dans Télématin (suite) sur France 2 - le lundi 4 décembre
N.Tabouri: En Corse, raz-de-marée des nationalistes au 1er tour des élections territoriales. La liste Pè a Corsica enregistre 45,36 % des voix. Le candidat de la droite arrive 2e très loin derrière avec 15 % des suffrages. Explosion de joie pour G.Simeoni et J.-G.Talamoni. Chants corses pour fêter ce score au soir du 1er tour Leur coalition nationaliste, Pè a Corsica a récolté Pour le président du conseil exécutif sortant, c'est un 1er pas vers l'autonomie.
G.Simeoni: Le score final est une véritable lame de fond, un véritable raz-de-marée démocratique. La Corse envoie un signal très fort à Paris et dit d'une voix très largement majoritaire: "Nous voulons la paix, nous voulons la démocratie, nous voulons construire une île émancipée." L'objectif de ces élections territoriales est de désigner les 65 membres de la nouvelle collectivité unique, qui doit remplacer en janvier les 2 départements de la Corse.
Arrivés 2e et 5e, la droite régionaliste et le parti Les Républicains pourraient s'unir pour le 2d tour dimanche prochain. N.Tabouri: En direct de Bastia, on retrouve notre envoyée spéciale, H.Hug. Bonjour, Hélène. Avec cette victoire écrasante des nationalistes, les jeux sont-ils déjà faits pour le second tour? H.Hug: Oui, c'est déjà joué après ce raz-de-marée nationaliste. Il s'agit d'une "lame de fond", selon les propos de G.Simeoni.
Les nationalistes ne cessent de progresser en Corse depuis plusieurs années. C'est 10 points de plus que lors des élections territoriales de 2015. Un score qui leur donne du poids pour exiger l'ouverture de négociations avec Paris sur un futur statut d'autonomie. Les nationalistes, 1re force de l'île donc. Les 2 listes de droite font 15 et 12 %, respectivement. Elles devraient fusionner dans la journée.
La République en marche a déjà annoncé qu'elle ne se joindrait pas à ce front républicain ami-nationaliste. A noter qu'il n'y aura pas d'élu FN ni de gauche, et c'est une première.