A.Vahramian, vous êtes en direct de Los Angeles, où l'artiste possédait une résidence.

Dans Ça commence aujourd'hui sur France 2 - le mercredi 6 décembre
Les Etats-Unis saluent également notre rockeur national. Johnny, c'était le rêve américain. A.Vahramian, vous êtes en direct de Los Angeles, où l'artiste possédait une résidence. Une comparaison s'impose à la une de nombreux journaux... A.Vahramian: Oui. On dit que c'est l'Elvis français qui est mort. C'est comme ça que les médias américains lui rendent hommage. Ils soulignent la filiation entre les 2 artistes.
Ils ne se sont jamais rencontrés, mais E.Presley aura bouleversé la vie de J.Hallyday. Ce dernier a grandi dans la fascination de l'Amérique. Il adorait le rock'n'roll, le blues, la country. Il en a adopté le style de vie, les mythes. Il a évidemment acheté cette maison à Los Angeles pour s'y installer. C'était il y a 10 ans. Il aimait s'y retrouver avec ses musiciens et sa famille. C'était là qu'il se ressourçait. Il a vécu les Etats-Unis comme une passion.
S'il habitait à Los Angeles, c'est pourtant Nashville qui était sa ville de coeur. J.Hallyday vient rôder dans la ville de tous ses fantômes, de tous ses fantasmes. Nashville, Tennessee, là où Elvis a enregistré son 1er album. Johnny est arrivé. Le King est là, accroché au mur. La balade commence en compagnie de Don, des Elderly Brothers. J.Hallyday: Là où je ne suis pas né... Groupe légendaire de Nashville. J.Hallyday: Les rues de la ville. Là où je n'ai jamais joué... Les copains d'enfance...
J.Hallyday est venu à Nashville mettre en boîte un album, enregistrer une émission télé. La promenade se poursuit avec les Stray Cats.