Quand je passe ici, il faut que je fasse un tour pour me rappeler ces bons moments etj'imagine une formule 1 C'est magique.

Dans Invitation au voyage sur Arte - le vendredi 29 décembre
Pour fêter son indépendance avec faste, le Maroc va transformer un terrain vague en une piste de course flambant neuve. Un jour de 1958, les regards de passionnés d'automobile du monde entier se sont tournés vers cette corniche. Histoire racontée par Abdelouahad Ettoubaji, président de l'Automobile club du Maroc. C'est la ligne droite distante, d'où on donnait le départ, On venait d'avoir notre indépendance et le Maroc tenait à avoir son Grand Prix pour promouvoir son image, le tourisme.
Le monde allait connaître le Maroc à travers ce Grand Prix. Habitué à organiser des compétitions automobiles depuis le début du XXe siècle, le royaume convainc la fédération de le laisser organiser une finale de Formule 1 en 1958. Le bord de mer est choisi, mais, à l'époque, aucune route. Preuve de l'enthousiasme des Marocains, le circuit sort des sables en six mois. Les routes ont été faites pour le Grand Prix.
On a construit des maisons à côté après, mais, au moment de la course, il n'y en avait pas. Quand je passe ici, il faut que je fasse un tour pour me rappeler ces bons moments etj'imagine une formule 1 C'est magique. Magique et même royal. Le 19 octobre 1958, le roi Mohammed V en personne et son fils, le futur Hassan II, donnent le départ de la compétition. La course promet d'être belle. 53 tours, soit un peu plus pour les 25 participants.
Ce jour-là, deux pilotes britanniques se disputent le titre mondial: Stirling Moss et Mike Hawthorn. Toutes les caméras du monde étaient braquées sur Casablanca, que les gens connaissaient pas ou peu, pas comme maintenant. Il y avait environ 100 000 spectateurs. Et il fallait voir comment les tribunes étaient remplies de monde.
Pendant que les deux favoris britanniques s'affrontent, un autre pilote fait tourner la tête du public, André Guelfi, qui, ce jour-là, est un des deux seuls à défendre les couleurs du Maroc.