Les faits se sont déroulés le soir du Réveillon à Champigny-sur-Marne devant un hangar où était organisée une soirée privée.

Dans 12/13 : Journal national sur France 3 - le mardi 2 janvier
Le ministre de l'Intérieur appelle à briser "une mécanique infernale" à l'oeuvre dans certains quartiers populaires... C'est lors d'un banal contrôle de scooter volé hier en fin d'après-midi dans cette cité sensible d'Aulnay qu'un policier de la brigade anticriminalité a été blessé, frappé alors qu'il tentait d'interpeller le conducteur. Il faut savoir que mes collègues n'étaient que deux au moment de l'intervention, ce qui est peu.
Le collègue s'est retrouvé isolé et un groupe d'individus, on peut parler de dix à quinze individus, l'ont roué de coups. et qui a tiré une fois avec son arme administrative en l'air pour faire fuir le groupe. Cinq suspects ont été arrêtés. Une agression qui intervient dans un contexte très tendu après la diffusion hier sur Internet de vidéos montrant une policière jetée au sol et frappée au corps et au visage.
Les faits se sont déroulés le soir du Réveillon à Champigny-sur-Marne devant un hangar où était organisée une soirée privée. Peu avant minuit, un groupe de jeunes tentent d'en forcer l'entrée, font tomber un mur de béton. Une bagarre éclate, des voitures sont renversées. Deux policiers sont envoyés sur place. Prise à partie, la jeune policière souffre de nombreuses commotions. Le ministre de l'Intérieur s'est rendu au commissariat de Champigny-sur-Marne.
Pour lui, c'est toute une politique de la ville qu'il faut revoir. Lorsque l'on voit ces grandes barres, on se dit qu'il y a un aspect inhumain qui ne peut générer que de la violence. C'est cette mécanique infernale qu'il faut briser. Emmanuel Macron a promis des sanctions sévères envers les agresseurs de policiers. Alors assiste-t-on à une recrudescence des agressions de policiers? Que disent les chiffres?
N. Perez: Les chiffres officiels de 2017 n'ont pas encore été publiés, mais selon nos informations, ils seraient sensiblement les mêmes qu'en 2016: 12.388 policiers ont ete agressés dans l'exercice de leurs fonctions. Chaque jour, 16 policiers ont été grièvement blessés dont 2 par arme à feu. Un chiffre qui selon les syndicats reste stable depuis maintenant 5 C'est pourquoi les policiers ont plusieurs revendications. Que réclament-ils?
N. Perez : Cela fait plusieurs années que tous les syndicats tirent la sonnette d'alarme. Ils demandent avant tout au gouvernement de renforcer la securité des fonctionnaires avec des patrouilles de trois policiers sur les interventions difficiles et non deux comme c'était le cas dans l'agression à Champigny-sur-Marne.
Ils réclament également des sanctions exemplaires pour les agresseurs des représentants des forces de l'ordre, le rétablissement des peines planchers sans possibilité d'aménagement de peine, ils demandent enfin que les outrages soient systématiquement verbalisés, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui. En résumé, ils souhaitent des mesures sévères contre ce qu'ils appellent la "haine anti-flic".
Début d'une nouvelle ère en Corse, terminés les deux départements et la région, une nouvelle assemblée, unique, sera officiellement installée en début d'après-midi. A sa tête, l'alliance nationaliste qui a triomphé lors des élections il y a deux semaines... Désormais, en Corse, tous les pouvoirs seront concentrés à Ajaccio.