Un mois après le début de l'affaire du lait contaminé aux salmonelles, Lactalis a présenté des excuses mais rejette toute erreur.

Dans Grand Soir 3 sur France 3 - le jeudi 11 janvier
Un mois après le début de l'affaire du lait contaminé aux salmonelles, Lactalis a présenté des excuses mais rejette toute erreur. La grande distribution est aussi dans le collimateur: plusieurs enseignes ont continué à vendre des lots malgré l'ordre de retrait. Emmanuel Macron évoque des sanctions sévères, Bruno Le Maire est chargé de faire la lumière... Ils sont tous là, à Bercy.
Les représentants de la grande distribution, sommés par Bruno Le Maire de s'expliquer sur la présence de laits interdits dans les rayons. A l'issue de la réunion, de mesures pour protéger les consommateurs ont été annoncées par le ministre. Cela ne peut pas et ne doit pas se reproduire. La mesure la plus efficace sera un contrôle électronique systématique en caisse dans tous les points de la grande distribution française. L'ordre est venu d'Emmanuel Macron.
Après des semaines de polémique, l'Etat reprend la main sur l'affaire Lactalis. Il dénonce des pratiques inacceptables dans la distribution de lait potentiellement contaminé à la salmonelle. Resté silencieux depuis le début de l'affaire, Lactalis a été obligé de prendre la parole lors d'une conférence de presse cet après-midi, séquence communication de crise. Je voudrais renouveler les excuses que nous avons déjà formulées à l'ensemble des parents qui ont pu être affectés.
Sincèrement, nous sommes désolés de ce qui a pu arriver, nous ne nous Puis le premier groupe laitier mondial s'est défendu d'avoir agi sans aucun contrôle. Nous devons travailler en parfaite collaboration avec les services de l'Etat et nous continuerons. Si l'enquête préliminaire qui a été ouverte venait à montrer qu'effectivement il y avait des responsabilités, notre groupe a agi depuis le début comme un groupe responsable. Les dirigeants de Lactalis devront à leur tour s'expliquer.
Ils sont attendus demain à Bercy.