La majorité est à l'épreuve du projet de loi asile et immigration.

Dans Journal 07h00 sur France 2 - le lundi 16 avril
Concernant les zadistes, il parle d'idées fumeuses. Pas d'inflexion mais beaucoup d'explications. Cela montre bien qu'il a compris qu'il fallait expliquer et accompagner les réformes pour tenter de les faire accepter. Cela montre aussi qu'il est seul en 1re ligne. Cela veut aussi dire qu'il sera tenu pour seul et unique responsable de la réussite ou de l'échec des réformes. E.Colin: Merci beaucoup. Le sujet de Notre-Dame-des-Landes a été également abordé hier soir par le chef de l'Etat.
Il a affirmé que leur colère n'était pas légitime. Hier encore, des heurts ont éclaté entre forces de l'ordre et manifestants. A.-C.Hinet: Ce qui avait été présenté par le gouvernement comme une opération d'évacuation à vide tourne peut-être, une semaine plus tard, à l'enlisement. 2500 gendarmes contre 150 zadistes, lundi dernier. ils sont au bas mot 6 fois plus nombreux.
29 squats illégaux ont été détruits, mais il en reste en réalité une soixantaine dans la ZAD. Une route départementale a été reprise, mais une autre est désormais inaccessible. Bref, le retour à l'Etat de droit promis par le gouvernement paraît de plus en plus compromis, d'autant que les affrontements n'ont pas Des heurts ont encore éclaté hier alors qu'un grand rassemblement de soutien à la ZAD avait lieu ce matin.
Dans ces conditions, on voit comment la question de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes pourrait être réglée rapidement. E.Colin: La majorité est à l'épreuve du projet de loi asile et immigration. Son examen débute aujourd'hui. Hier, un millier de personnes étaient rassemblées près de l'Assemblée nationale pour dénoncer ce texte très controversé. De plus, la fronde pointe jusque dans les rangs de la majorité présidentielle.
Reconduire plus rapidement à la frontière les étrangers qui ne sont pas éligibles au droit d'asile, c'est la principale mesure du projet de loi présenté aujourd'hui à l'Assemblée nationale. Pour ce faire, la durée d'examen des dossiers devrait être ramenée à 6 mois au maximum. Porté par G.Collomb, le texte ambitionne aussi d'augmenter de 45 à 90 jours la durée de rétention administrative des étrangers en situation irrégulière.
Hier, dans les colonnes du JDD, le ministre de l'Intérieur se montrait optimiste en vue de l'adoption de ce projet de loi. Pourtant, de nombreux députés marcheurs venus de la gauche ont fait part ces derniers jours de leur malaise vis-à-vis de ces mesures plus répressives, une inquiétude relayée par J.Toubon, le Défenseur des droits.