Après avoir fait planer le doute, Donald Trump a finalement renoncé à venir cet après-midi, il fera une allocution vidéo en direct.

Dans 12/13 : Journal national sur France 3 - le lundi 14 mai
C'était une promesse électorale de Donald Trump mais c'est surtout la Jérusalem comme capitale d'Israël. Les Palestiniens dénoncent cette décision... Dans quelques heures, ce bâtiment qui abritait le consulat des Etats-Unis va devenir son ambassade. Par cette décision, Donald Trump rompt avec la ligne observée par ses prédécesseurs comme par la communauté internationale. Dans Jérusalem-Ouest, les messages de remerciements sont partout. Pour les Israéliens, c'est une reconnaissance historique.
Je pense que c'est une très bonne chose parce que cela aurait dû être fait bien avant. Il était temps, on ne peut pas laisser les terroristes nous dire où on peut construire ceci ou cela. La capitale, c'est ici et c'est ici que doit être l'ambassade. Toujours disputée par Israéliens et Palestiniens, aucun pays ne reconnaissait jusqu'à présent la Ville sainte comme une capitale. Alors, dans sa partie Est, sa population arabe crie à la trahison.
Pour nous, Jérusalem restera la capitale de l'Etat palestinien. Des heurts ont éclaté ce matin dans la bande de Gaza entre Palestiniens et soldats israéliens, faisant 7 morts côté manifestants. Ce transfert d'ambassade se déroule à la veille du jour où les Palestiniens commémorent l'exode de plus de 700.000 d'entre eux durant la guerre de 1948. Une décision qui, on l'a vu, provoque déjà des tensions. En direct de Jérusalem, nous retrouvons Stéphanie Desjars.
Pourquoi est-ce que Donald Trump a maintenu ce transfert envers et contre tous? S. Desjars : C'était une promesse de campagne de Donald Trump, il la met à exécution. Il satisfait son électorat juif mais surtout chrétien, quitte à rompre avec des décennies de diplomatie américaine et de consensus international.
Cette reconnaissance officielle de Jérusalem en tant que capitale d'Israël, elle est critiquée par l'ensemble de la communauté internationale pour les risques causés à la stabilité de la région. Après avoir fait planer le doute, Donald Trump a finalement renoncé à venir cet après-midi, il fera une allocution vidéo en direct. Une inauguration controversée.
En France, l'évacuation ce matin à l'aube de l'université de Rennes Les forces de l'ordre sont parvenues à reprendre le contrôle de l'établissement après plus de 4 semaines de blocage. Mais le mouvement étudiant contre la réforme universitaire continue de perturber les examens... Ils sont arrivés avec la ferme intention de faire annuler les examens, délocalisés dans deux salles de l'agglomération nantaise. l'ordre.
Je m'attendais à faire des partiels en toute tranquillité mais ça me rend un peu nerveuse. Déjà, on est à l'autre bout de Nantes, c'est bloqué.