Et Geraint Thomas remporte le Critérium du Dauphiné.

Dans Cyclisme sur France 3 - le dimanche 10 juin
On est au pied du Mont-Blanc. L'équipe AG2R a de bons souvenirs ici, Romain Bardet s'était imposé au Tour de France il y a deux ans, avec le même final. Marion Rousse : Il avait attaqué dans la descente et il avait su s'échapper grâce à un équipier. Il était venu s'imposer en costaud. Laurent Jalabert : C'est un magnifique soleil qui suit la course et ça fait du bien aux coureurs, car cette semaine a été quand même un peu compliquée côté météo. C'est une magnifique région.
Les panoramas sont exceptionnels. Il y a un problème avec un coureur de Sky... Alexandre Pasteur : C'est le Maillot jaune, Geraint Thomas, il est dépanné par Gianni Moscon, l'Italien. Laurent Jalabert : Le problème, c'est qu'il n'y a pas de voiture. Marion Rousse : Forcément, AG2R-La Mondiale va poursuivre son effort. Alexandre Pasteur: Geraint Thomas est contraint donc d'entamer cette poursuite.
Geraint Thomas qui a plus de trente secondes de retard sur le peloton, il n'est pas forcément le meilleur descendeur... Il va devoir boucher un trou qui va forcément lui faire dépenser énormément d'énergie. Alexandre Pasteur : On se laisse décrocher chez Sky, forcément, pour attendre le Maillot jaune Geraint Thomas. Il y a le feu, cinquante secondes de retard maintenant, l'écart ne fait que croître par rapport au peloton emmené par les AG2R-La Mondiale.
Laurent Jalabert : Ça va rentrer dans l'ordre, mais c'est un moment un peu chaud pour lui. Alexandre Pasteur: On rappelle l'avance de Geraint Thomas au général: Laurent Jalabert : On va avoir un match entre l'équipe AG2R-La Mondiale à l'avant et les Sky à l'arrière. Il n'y a pas de panique du côté de Sky, on s'organise simplement pour rétablir la situation, sans faire preuve d'énervement. Alexandre Pasteur: On a vu même beaucoup de self-control dans l'attitude de Michal Kwiatkowski.
Laurent Jalabert: Bien sûr, cet épisode ne va pas favoriser les Il continue de perdre du terrain. Alexandre Pasteur: Geraint Thomas est à 40 secondes du groupe. On va l'écouter ce matin au départ... Bien sûr que ça pourrait être une étape de dingues, mais l'équipe est très forte et on a les cartes pour contrôler la course. Vous pensez que le Dauphiné n'est pas fini? C'est sûr que non, il y encore beaucoup de montées, les deux premières sont dures et la dernière est hyper dure.
Marion Rousse : Cette formation qui prend ses responsabilités... Laurent Jalabert : Oui, on ne pourra pas reprocher à l'équipe AG2R-La Mondiale de poursuivre l'effort maintenant, ils étaient déjà en marche au moment où Geraint Thomas a été victime de sa crevaison. Ils ne vont pas couper l'effort non plus pour l'attendre, ça fait partie de la course. Alexandre Pasteur : On retrouve Thomas Voeckler à la tête de la course...
Thomas Voeckler: Les six hommes de tête sont d'un niveau un peu différent dans la descente. Julian Alaphilippe se régale, il prend à chaque fois des longueurs d'avance, malheureusement ses cinq coéquipiers ont du mal à le suivre. Alors l'avantage qu'il prend à chaque fois, il est obligé de les attendre et ça pénalise un peu la progression de cette échappée.