Il soutient désormais un plafonnement, puis une baisse de la consommation d'agrocarburants contenant de l'huile de palme.

Dans 19/20 : Journal national sur France 3 - le lundi 11 juin
Pourtant, en mai dernier, Total obtient un feu vert pour en importer... Voici les images que la France voudrait ne plus voir... Une déforestation massive en Malaisie, en Indonésie, due à la culture intensive de palmiers à huile utilisés principalement en Europe dans les carburants et responsables de la disparition d'espèces animales. Nicolas Hulot s'était engagé à y mettre fin. Nous allons fermer une fenêtre qui donnait la possibilité pour les biocarburants d'y incorporer de l'huile de palme.
Pourtant, l'Etat vient d'autoriser Total à mettre en route cette bioraffinerie près de Marseille. L'entreprise annonce qu'elle y traitera 300.000 tonnes d'huile de palme par an. Une décision dénoncée par plusieurs associations écologistes. Pour répondre à la seule demande de cette bioraffinerie, il faudrait l'équivalent d'une surface de plantation de la taille de six fois la ville de Marseille, c'est immense.
Alors soit directement Total va détruire cette forêt, soit indirectement parce que Total va participer à la hausse de la demande. De son côté, Total annonce qu'elle se conformera aux critères européens les plus exigeants sur l'huile de palme. Total s'est engagée non seulement à n'avoir recours qu'à de l'huile de palme d'origine et de filière certifiées, mais aussi à en limiter l'usage et à faire monter en puissance les autres types d'huiles.
Mais pourquoi cette autorisation en dépit des promesses? Le ministre s'en défend, c'était une décision prise par le gouvernement précédent. Quand il y a eu un deal entre Total et l'Etat, qui a demandé à Total d'investir plusieurs centaines de millions pour changer sa raffinerie, si au dernier moment, quand ils vont rouvrir et qu'on a sauvé 450 emplois, je leur dis que c'est terminé parce qu'ils importent de l'huile de palme...
La bataille autour des importations d'huile de palme se joue désormais au niveau européen. Bonsoir Sandrine Feydel, vous avez signé ce reportage. Au-delà de Total, la France a tout de même une position ambiguë sur les importations d'huile de palme... S. Feydel : Effectivement, le gouvernement français n'a pas soutenu le Parlement européen qui a voté en janvier une résolution contre ces importations.
C'est ce que prouve ce document de travail confidentiel que nous nous sommes procurés, on y lit clairement que "l'amendement adopté ne saurait être soutenu par les autorités françaises". V. Sacchi : Mais pourquoi cette question est-elle si sensible pour le gouvernement? S. Feydel: Parce que nous sommes au milieu de négociations commerciales, la France aimerait bien vendre des Rafale à la Malaisie, pays producteur d'huile de palme.
La photo d'une visite récente sur place de la ministre de la Défense, qui avait alors soutenu les importations d'huile... Tout n'est pas joué pour autant, le gouvernement affirme que sa position évolue. Il soutient désormais un plafonnement, puis une baisse de la consommation d'agrocarburants contenant de l'huile de palme.
On saura à la fin de l'année si l'Europe arrête, freine ou poursuit Quand 629 migrants à bord du navire de sauvetage d'une ONG se retrouvent bloqués en mer Méditerranée, au coeur d'un bras de L'Italie a décidé de fermer tous ses ports, Malte en a fait de même. Après plusieurs heures dans l'expectative, l'Espagne a proposé d'accueillir "L'Aquarius". Mais à bord, les vivres risquent de manquer...
Avec sa grande coque orange, "L'Aquarius" est devenu un symbole de survie pour les migrants naufragés en mer. A son bord, 629 personnes dont 123 mineurs et 7 femmes enceintes. Ils ont été secourus au large des côtes libyennes au cours de 6 opérations. Mais quand "L'Aquarius" reprend la direction de la Sicile, l'Italie, qui vient d'accueillir 2.000 migrants en 48 heures, décide alors de fermer ses ports. Même fermeté en provenance de Malte.