La Coupe du monde va se dérouler pendant un mois dans la Russie de Vladimir Poutine.

Dans C politique, le débat sur France 5 - le dimanche 10 juin
Karim Rissouli: La Coupe du monde va se dérouler pendant un mois dans la Russie de Vladimir Poutine. Pascal Boniface, vous êtes un grand amoureux du football, mais aussi de la géopolitique. Vous publiez ce livre, "Planète football". Pascal Boniface: J'espère pouvoir me glisser dans une délégation pour aller en Russie. Karim Rissouli: Olivier Guez, vous partez pour le journal Le Monde? Olivier Guez: J'ai carte blanche pour écrire une série de chroniques.
Sans doute sur certains matchs, sur certaines rencontres. J'imagine que je vais raconter la Russie à l'heure de la Coupe du monde. Karim Rissouli: Les règles ne sont pas toujours respectées par Vladimir Poutine. Vous vous êtes posé la question avant d'y aller? Olivier Guez: Les institutions sportives ont toujours voulu séparer la politique et le sport. Ily a 40 ans, la Coupe du monde a eu lieu en Argentine dans des conditions probablement bien pires que celles de la Russie d'aujourd'hui.
Soit on boycotte, mais alors il faut aller très loin... On peut aussi se poser la question sur certaines équipes qui participent à cette compétition. C'est intéressant de raconter ce qui se passe en Russie aujourd'hui, à l'occasion Au-delà du plan sportif, quelle va être l'ambiance? Qu'est-ce que Poutine va vouloir faire de l'événement? Quelle image l'équipe russe va-t-elle donner? J'avais été frappé par la puissance de l'équipe russe.
Karim Rissouli: Pascal Boniface, votre livre pose un regard historique sur la façon dont les régimes autoritaires ont parfois instrumentalisé le ballon. Ily a eu Mussolini en Italie, qui a accueilli la Coupe du monde en 1934. On est dans le même risque d'instrumentation politique? Pascal Boniface: Non, parce que Poutine n'est pas Mussolini. En 1934, la Coupe du monde a donné lieu à beaucoup de reportages critiques sur le monde de Mussolini.
Le groupe d'opposition en Argentine appelait la communauté internationale à venir voir ce qui se passait en Argentine. Les compétitions ne peuvent pas être uniquement dans les pays occidentaux. Qui décide que le pays est une démocratie? On a attribué les Jeux olympiques de 2012 à Londres, 2 ans après que la Grande-Bretagne a lancé la guerre contre l'Irak. La Grande-Bretagne est une grande démocratie, mais on peut dire que les conséquences de cela ne sont pas très bonnes.
Le monde se multi-polarise, y compris dans le foot. Karim Rissouli: Le patron de la FIFA a dit: "La Coupe du monde n'est pas un événement politique et ne doit C'est tout simplement la fête du football." Pascal Boniface: Il a raison. Poutine veut montrer que la Russie accueille le monde. Lula, Mandela aussi, ont fait la même chose lorsqu'ils ont accueillis les J0 et la Coupe du monde. S'il n'y avait pas eu Nelson Mandela, la Coupe du monde ne serait pas allée en Afrique du Sud.
Ce n'est pas le monopole des régimes autoritaires. Karim Rissouli: Pour l'Angleterre, c'est une compétition qui va se dérouler dans des conditions glaciales. Je suis désolé pour le jeu de mots. Va-t-il y avoir un boycott? Cyprien Girerd: Ily a un débat. Theresa May a fait le choix du boycott: aucun membre du gouvernement et de la famille royale n'assistera au match, suite à l'affaire Skripal, cet espion empoisonné sur le sol britannique.