Arsène Wenger trouve que Robert Pirès est un peu bavard, car il ne peut pas en placer une!

Dans Football sur TF1 - le mardi 12 juin
France 98. Denis Brogniart: Ils sont bien? AJacquet: Tout à coup, on n'entend plus de bruit. On se prépare pour le match. Denis Brogniart: Venez, on va aller de l'autre côté du vestiaire pour retrouver Zinédine Zidane, qui a retrouvé tous ses copains de 1998. Quelle ambiance? Zinédine Zidane: Comme vous le voyez, ce n'est plus l'ambiance de préparation d'un match de la Coupe du monde. Nous, c'est plutôt relax. C'est bien qu'on soit ensemble encore une fois, 20 ans après.
On n'est pas tous toujours ensemble. A part Trezeguet, on est tous Denis Brogniart: Il y en a qui se sont échauffés comme quand ils étaient pro, comme Liza. Zinédine Zidane: Il se prépare. Denis Brogniart: Vous êtes en forme? Zinédine Zidane: Non, mais ce n'est pas grave. Nikos Aliagas: C'est la place où il faut être ce soir. Il y a 30 O00 spectateurs et les places sont parties en quelques jours. Tout le monde est là avec toutes les générations. L'équipe de France 98 fait encore rêver.
Vous vous souvenez de la finale? J'étais en Bretagne pour Zizou. Nikos Aliagas: Vous aimez encore l'équipe de France 98 alors que vous étiez très jeune, à l'époque. On n'a jamais oublié. Je n'ai qu'un mot à dire: "Zinedine Zidane, je t'aime". Nikos Aliagas: Vous, vous étiez petit, quel âge aviez-vous? J'avais 9 ans et c'était le lendemain de mon anniversaire. Nikos Aliagas: Aujourd'hui vous êtes là pour leur rendre hommage. Vous allez aussi soutenir l'équipe de France qui sera en Russie?
On sera derrière eux. Nikos Aliagas: Le commentaire est signé Grégoire Margotton. Grégoire Margotton: Ce soir, on va voir de grands joueurs. Ils ont un peu vieilli, mais ce sont toujours de grands talents. Nous aurons de grands consultants à côté de moi. Ils vont nous faire vivre la rencontre.