2 breaks d'avance Benoît Paire, pour sa toute 1re apparition en Coupe Davis, c'est une franche réussite, aujourd'hui.

Dans Tennis sur France 4 - le vendredi 14 septembre
C'est la 1re sélection de Benoît Paire, aujourd'hui, en Coupe Davis. Il a un côté un peu incontrôlable, imprévisible sur le circuit. Ce sont des choses qu'il ne peut pas se permettre en Coupe Davis. Il y a une équipe derrière lui, un capitaine à chaque changement Casser des raquettes, ce n'est pas possible. Une seule, alors. Arnaud Clément: Dans le comportement des joueurs, ce n'est pas casser la raquette qui est l'élément le plus dérangeant.
Ce qui est dérangeant, c'est un joueur qui sort de sa concentration et qui râle après chaque point. Si on a besoin de se lâcher d'une manière ou d'une autre à travers un énorme cri ou un geste d'humeur, il ne faut pas forcément se bloquer. Il faut le faire, mais après, il faut savoir se reconcentrer tout de suite. Il faut évacuer la frustration, et ensuite être dans le positif et être dans le match.
Je ne peux pas vous garantir qu'il n'y aura pas de raquette brisée, mais Benoît Paire va faire sa partie. Il aura son capitaine sur sa chaise. Il va contrôler ses nerfs. Il sait qu'il ne joue pas pour sa pomme aujourd'hui, mais pour l'équipe de France. Il en est conscient. Il va assurer de ce côté-là. Je n'en doute pas. ELévêque: Il était impatient de débuter en équipe de France Il avait fait des appels du pied à Yannick Noah.
Nelson Monfort: Nous sommes aux côtés de Cédric Pioline, vice-capitaine de cette équipe de France. Dans quel état d'esprit étiez-vous quand vous avez été sélectionné pour la 1re fois en Coupe Davis? Cédric Pioline: Ça remonte à quelques années. Nelson Monfort: 1 ou 2 ans... Cédric Pioline: C'est une émotion. Là, c'est particulier. C'est une salle assez grande. Plus de 20 000 spectateurs. Il y a beaucoup d'émotions, un peu de tension. Le début du match sera important.
Pour Benoît, c'est mieux de démarrer. Nelson Monfort: C'est ce qu'on dit, généralement. Aviez-vous remporté votre 1er match de Coupe Davis? Cédric Pioline: J'avais gagné. C'était contre... La Suède. Nelson Monfort: J'espère que ce sera de bon augure pour l'Avignonnais. ELévêque: Et vous, Arnaud? C'était face à qui, votre 1er match Arnaud Clément: C'était contre la Belgique en 2001. J'avais mis 2 sets à commencer à respirer. J'avais perdu les 1ers sets avant de me libérer physiquement.
C'est ce qu'il faut faire. Il faut se concentrer sur son physique et réussir à transpirer, après 1 ou 2 bons échanges. ELévêque: Aujourd'hui, son adversaire, c'est P.Carreno Busta. C'est la 7e confrontation entre les 2 joueurs. 3 victoires de chaque côté. Arnaud Clément: Ces joueurs se connaissent bien. Ils se sont déjà affrontés sur surface dure. Le jeu d'attaque imprévisible de Benoît déstabilise beaucoup l'Espagnol.
L'Espagnol a eu de meilleurs résultats, mais quand on regarde les face-à-face, c'est très équilibré. Le fait que Benoît l'ait battu à 3 reprises, ça motive Yannick Noah. ELévêque: C'est la 10e confrontation entre la France et l'Espagne en Coupe Davis. 3 victoires seulement pour l'équipe de France. La dernière fois, c'était en indoor, à Clermont-Ferrand. La France s'était imposée facilement 5 à 0 face à l'Espagne. C'était déjà sans Rafael Nadal. Espérons que ça se termine d'aussi bonne manière.
Arnaud Clément: Il a participé à 4 campagnes victorieuses de l'Espagne. Il faut profiter de l'aubaine. C'est peut-être la dernière rencontre de l'équipe de France sous ce format de Coupe Davis. On espère qu'il y aura une finale. Ça aurait fait partie de l'histoire. Ça aurait été beau s'il avait pu être sur le terrain, aujourd'hui. Il est au minimum devant sa télévision, en train d'encourager ses coéquipiers pour qu'ils se qualifient et qu'ils jouent une finale. Je pense qu'il en rêve.
ELévêque: L'historique absolument vierge de Benoît Paire en Coupe Davis. 1,96 m pour l'Avignonnais qui attendait cela avec beaucoup d'impatience. Yannick Noah disait en conférence de presse qu'il attendait ce moment avec beaucoup de "gourmandise". Benoît Paire est un joueur qui intrigue un petit peu. Arnaud Clément: C'est un joueur qui ne laisse pas indifférent. On l'aime ou on ne l'aime pas. Dans ce contexte, on a tous envie de le voir. Je l'adore. J'adore son jeu.
Quand son jeu est bien en place, il est spectaculaire. Il peut déstabiliser beaucoup de joueurs. Avec son service, son revers exceptionnel, son toucher de balle, sa capacité à pouvoir enchaîner des amortis gagnants, point après point. Ça peut faire sortir de son rythme n'importe queljoueur. Il a réussi contre de très bons joueurs. En face, c'est un joueur très solide.
Il faudra tout de suite qu'il le bouscule et faire en sorte qu'il ne se règle ELévêque: Son adversaire du jour, c'est P.Carreno Busta, 21e joueur à l'ATP. C'est solide. Ça ne va pas être simple. C'est un joueur méconnu mais qui a beaucoup de références sur le circuit. Arnaud Clément: A l'image de Rafael Bautista Agut, ce ne sont pas les joueurs les plus médiatiques, mais ce sont des joueurs hyper solides.
On a une petite incertitude au niveau physique pour les 2 joueurs parce qu'ils ont eu des petits bobos. Ce sont des joueurs qui tiennent, qui sont solides physiquement et qui ont un coup droit et un revers extrêmement stables. Il faudra être performant de la part de Benoît et s'appuyer sur une très bonne qualité des premiers services.