Premier à dévisser, Nairo Quintana, 23e du jour, qui abandonne près d'une minute sur Simon Yates.

Dans Tout le sport sur France 3 - le mercredi 12 septembre
Tour d'Espagne. Valverde grappille quelques secondes au général et Quintana, lui, abandonne presque tout espoir de remporter la Vuelta... C'est peu dire que cette étape leur a fait très mal, et Fabio Aru n'est pas le seul à avoir pris une sacrée fessée... "L'enfer en béton", c'est le doux surnom du sommet du jour, une route en ciment avec des passages à 24%, à vous faire passer le Mur de Huy pour une côte de troisième catégorie. Bref, on en a perdu du monde...
Premier à dévisser, Nairo Quintana, 23e du jour, qui abandonne près d'une minute sur Simon Yates. Le Colombien aura bien du mal à remporter un deuxième Tour d'Espagne. Ne cherchez pas Thibaut Pinot. Ignoré par la réalisation espagnole, le Français concède plus de 5 minutes au sommet, le voici 10e du général. Je ne sais pas, le rythme, la fatigue, le repos, lendemain de chrono, il y a beaucoup de facteurs mais ce n'est pas une excuse.
Ça arrive d'avoir des jours sans, il ne fallait pas que ça tombe sur une journée aussi dure mais c'est comme ça, il reste quand même de belles étapes, ce n'est pas fini. Premier à sortir du brouillard, Michael Woods remporte cette 17e étape. Simon Yates conserve son maillot rouge pour 25 secondes seulement devant Alejandro Valverde. Il n'est pas encore dit qu'un Britannique remportera le troisième grand Tour de la saison. En handball, c'est la reprise de la Ligue des Champions cette semaine.
Avant Montpellier et Nantes ce week-end, le PSG, champion de France en titre, ouvrait le bal cet après-midi à l'autre bout de l'Europe... La Ligue des Champions vous emmène dans des contrées parfois lointaines. Pour le PSG, cette semaine, c'est Zaporozhye, à 3.000 km du périph, au fin fond de l'Ukraine, le plus long déplacement de la saison dès le début de la compétition.
Mais qu'importe, les champions de France en ont vu d'autres, il faudrait quelque fuseaux horaires supplémentaires pour troubler leur habituelle décontractions. Après le triplé de mai dernier, les clubs français sont devenus la référence contre laquelle tout le monde veut s'étalonner. A commencer par Zaporozhye.