Bienvenue aux Jeux olympiques de la Jeunesse de Buenos Aires 2018!

Dans Cérémonie sur France 4 - le dimanche 7 octobre
Francis, nous sommes avec le maire de Buenos Aires qui nous accueille pour ses 3e Jeux olympiques de la Jeunesse d'été. Francis Maroto : "On sent l'esprit olympique", dit-il... Tous les Argentins et le monde entier respire cela. Aussi important que les Jeux, c'est ce qui va rester à Buenos Aires, les infrastructures, les parcs, toutes les transformations faites, qui resteront pour toujours, pour tous les citadins de Buenos Aires.
A toutes les délégations, je souhaite le meilleur, tout le profit de la ville olympique, et bienvenue! Alexandre Boyon : Merci Francis! Ce n'était pas forcément prévu, l'allocution du maire de Buenos Aires n'était pas dans le déroulé officiel du Comité international olympique, qui généralement est très précis. Mais l'important, c'est que nous nous trouvons à Buenos Aires, avec cet obélisque majestueux de 67 mètres de haut, trois fois plus grand que celui de la Place de la Concorde à Paris.
Nous sommes sur la plus grande avenue du monde, 140 mètres de large, c'est l'un des symboles forts de ce grand Etat qu'est l'Argentine. Francis Maroto : Et pour la première fois, une cérémonie d'ouverture qui ne se déroule pas dans un stade mais dans un lieu complètement ouvert, et c'est voulu. Alors, pourquoi c'est voulu? Tout simplement parce que les Argentins ont désiré que tout le monde puisse assister gratuitement, sans avoir à rentrer dans un stade.
Vous savez que l'Argentine se prépare depuis de longues années pour accueillir ces Jeux... Alexandre Boyon : Effectivement, ces Jeux olympiques de la Jeunesse sont un laboratoire pour les Jeux olympiques de Tokyo 2020, Pékin 2022 pour les Jeux d'hiver et bien sûr Paris 2024. Le décompte, les secondes s'égrènent avec plus de temps qu'il n'en faut... Francis Maroto : Un décompte essentiel pour les Argentins. Ils ont été candidats aux Jeux à plusieurs reprises sans jamais les obtenir.
Voilà leur récompense, à trois secondes de l'ouverture de leurs Jeux olympiques des jeunes. Musique électro. Francis Maroto : Voilà, le spectacle mis en scène par la société Fuerza Bruta. On vous en reparlera, ce sont des ingénieurs, des techniciens, des amoureux à la fois de la musique et de l'image. Alexandre Boyon : On sort un peu des carcans habituels des Jeux °lYmpiques. Ce sont les JOJ qui ont vu leur apparition en 2010 du côté de Singapour.
C'est un excellent laboratoire pour les Jeux olympiques, pour y introduire de nouvelles disciplines, pour tenter des choses comme cette cérémonie d'ouverture qui pour la première fois se déroule en dehors du stade d'athlétisme. Avec la ville comme théâtre, comme scène pour cette cérémonie d'ouverture et de clôture mais aussi pour pas mal de compétitions. Nous aurons l'occasion d'en reparler tout au long de cette soirée. Francis Maroto : Voilà, bienvenue à Buenos Aires!
Alexandre Boyon : Sous le regard du président du Comité international olympique, Thomas Bach. Il y a très exactement 3.998 jeunes athlètes, avec une parité exacte entre les hommes et les femmes, c'est une nouveauté. On est bien loin des Jeux de 1896, les premiers Jeux de l'ère moderne du côté d'Athènes. Francis Maroto : Ceux qui avaient été déjà suivis par Alain Vernon à l'époque! Le personnage que vous avez vu est un journaliste très célèbre, il s'appelle Matias Martin.
C'est lui qui va animer toute la soirée.