Le Maréchal Pétain a été, pendant la Première Guerre mondiale, aussi un grand soldat.

Dans Le 6h info sur France 2 - le jeudi 8 novembre
Hier, le chef de l'Etat a jugé légitime d'inclure le maréchal Pétain dans un hommage samedi prochain aux Invalides aux chefs militaires de la Grande Guerre de 14-18. Quelques responsables politiques s'en sont émus. Peut-on rendre hommage au maréchal Pétain, héros de Verdun, alors que dès 1940, il met en place la collaboration et la déportation de milliers de juifs? Pour Emmanuel Macron, il faut faire la part des choses.
Le président de la République juge légitime de rendre hommage aux maréchaux de la Grande Guerre. Le Maréchal Pétain a été, pendant la Première Guerre mondiale, aussi un grand soldat. On peut avoir été un grand soldat à la Première Guerre mondiale et avoir conduit à des choix funestes durant la Deuxième. Inacceptable pour la quasi-totalité des oppositions. Ouvrir cet hommage est choquant et dangereux et participe aujourd'hui d'une division de la nation. La vie d'un homme n'est pas divisible.
Le Pétain de 14-18 n'a pas été une circonstance atténuante dans son procès de 1945 quand il est condamné à mort et qu'il est frappé d'indignité nationale. Même indignation du côté des institutions juives. Honorer un homme qui a été frappé de l'indignité nationale, c'est peut-être dénaturer cet hommage que l'on veut rendre aux autres héros de la nation. Pourtant, Emmanuel Macron n'est pas le 1er président à distinguer le héros de 14-18 du collaborateur. Le général de Gaulle, en 1966...
La gloire qu'il acquit à Verdun ne saurait être contestée. Ou encore Jacques Chirac, en 2006. Cet homme, c'est Philippe Pétain, hélas. L'Elysée sort ce soir de l'ambiguïté.